Alerte de 100 professionnels sur les risques des mesures sanitaires sur les enfants

Alerte de 100 professionnels sur les risques des mesures sanitaires sur les enfants

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !

Professionnels enfance 05 a lancé cette pétition adressée à maires 05 et à

La lutte contre la propagation du virus VS la restriction des libertés des enfants : Les professionnels sonnent l’alarme !

Renforçant les mesures sanitaires visant à lutter contre la propagation de la Covid-19, le Décret du 29 octobre 2020 impose, notamment, pour une durée illimitée, le port du masque à l'école dès 6 ans et un reconfinement (entrainant la suppression de toutes leurs activités sportives et culturelles en ville comme en pleine nature).

Nous, professionnels de l’enfance et de la famille (avocats.es, éducateurs.trices, orthophonistes, psychologues, enseignants.es, équipes éducatives…), constatons que les restrictions des libertés imposées aux enfants, qui s’inscrivent dans la durée, vont à l'encontre de nos valeurs, des connaissances scientifiques actuelles sur le sujet mais surtout de nos espérances pour offrir le meilleur terrain de développement possible aux enfants. 

Nous dénonçons aujourd’hui les atteintes disproportionnées aux droits des enfants.

Si la question de la pandémie est à prendre en compte, en tant que professionnels de l'enfance nous entendons interpeler les pouvoirs publics quant aux réponses institutionnelles apportées qui limitent de façon disproportionnée les droits fondamentaux des enfants. 

Les mineurs, compte tenu de leur vulnérabilité, doivent faire l’objet d’une attention et d’une protection particulière. De nombreux textes, supra légaux, fixent leurs droits. Parmi eux, la convention internationale des droits de l'enfant (CIDE) qui vise à reconnaître et protéger les droits spécifiques des enfants.

Des restrictions peuvent être apportées aux droits et libertés fondamentales mais pour qu’elles soient juridiquement valables, elles doivent nécessairement être proportionnées au but recherché, c’est-à-dire qu’elles doivent être adéquates, nécessaires et proportionnées et « Dans toutes les décisions qui concernent les enfants, (…) l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale » (art.3 de la CIDE).

De nombreux professionnels de santé (tribune du 1er novembre 2020 : pédopsychiatres, psychologues, neuropsychiatres, pédiatres) ont déjà alerté sur les répercussions du confinement et du port du masque pour les enfants dans le cadre scolaire, voire l’inutilité de cette dernière mesure du fait de leur incapacité à le porter de façon adéquate.

Sur le plan de la santé, nous constatons que le port du masque entraine parfois des malaises, des maux de tête intenses, une sensation d'étouffement et d'hypoxie, un sentiment d’isolement et de déprime, le développement de peurs et d’angoisses liées à la surveillance permanente de leurs gestes par l'adulte ou à des réprimandes et sanctions lorsque le masque est estimé ne pas être porté correctement. Pour certains enfants, il s'agit de subir ces dommages durant les 8 heures de port de masque qu'on leur impose quotidiennement sans pause pour respirer normalement et récupérer les ressources physiques et cognitives.

Sur le plan de l’apprentissage, l’ensemble des compétences langagières (orales et écrites) et cognitives sont affectées par le port du masque. L'écoute, l'attention, l’articulation, la compréhension, la maitrise de la voix sont impactées. La vision, pour qui porte des lunettes, est impactée. L’interaction avec le monde et ses pairs est impactée. Le bien être  physique et psychologique est impacté. Le port du masque impose un auto contrôle permanent et extrêmement coûteux sur le plan cognitif pour les enfants (y compris lorsque cet auto contrôle est automatisé). Le port du masque sature les aptitudes exécutives (inhibition, attention et flexibilité mentale) très sollicitées au cours des apprentissages et réduites chez l'enfant. Sur le plan des aptitudes communicationnelles, le port du masque entrave la reconnaissance des émotions et du langage infra verbal qui passe par les mimiques et les expressions faciales.

Or, le droit à l’éducation est consacré dans les articles 28 et 29 de la CIDE, l’éducation étant alors entendue au sens large en ce qu’elle doit notamment viser à favoriser l’épanouissement de la personnalité de l’enfant et le développement de ses dons et aptitudes mentales et physiques dans toute la mesure de leurs potentialités mais également viser à préparer l’enfant à assumer les responsabilités de la vie dans une société libre, dans un esprit de compréhension, de paix, de tolérance.

Le droit des enfants aux loisirs, aux activités récréatives et culturelles (art.31 de la CIDE) est également entaché. Le vivre et le faire ensemble, l'ouverture culturelle, l'apprentissage de techniques (activités musicales, sportives, artistiques....) hors le cadre scolaire sont pourtant essentiels pour apprendre à faire preuve de tolérance, d'entraide, d’empathie et permettre aux enfants de s'épanouir dans une société à laquelle ils se sentent appartenir. 

Or, les mesures sanitaires mises en place depuis 9 mois entravent les interactions sociales et la possibilité d’appartenance à un groupe pourtant essentiels à la construction de leur personnalité et à l’apprentissage du vivre ensemble.

Si la responsabilité d’élever l’enfant et d’assurer son développement incombe au premier chef aux parents qui doivent être guidés avant tout par l’intérêt supérieur de l’enfant pour prendre les décisions les concernant (art.18 de la CIDE), ce rôle est inhibé par la mise en place de règles sanitaires impératives qui ne peuvent être remises en question aujourd’hui par les parents eux-mêmes, même s’ils estiment qu’elles sont contraires à l’intérêt de leur enfant.

Or, la responsabilité parentale est un des socles de l'organisation sociale et tout comportement pouvant ressembler à une substitution du rôle parental est à proscrire.

En outre, il nous paraît dangereux de faire peser sur les enseignants et les chefs d’établissements scolaires l’application et le respect de ces mesures, parfois en contradiction avec les valeurs qu’ils souhaitent leur transmettre. Le risque de perte de confiance dans les institutions et les structures qui ont en charge l'éducation scolaire est grand et place enseignants et chefs d'établissement en grande difficulté. Nous le constatons déjà au vu du nombre d'enfants déscolarisés et personnels en souffrance depuis le 2 novembre. 

Nous avons le devoir de mettre en sécurité sanitaire, psychologique, psychoaffective et psychosociale tous les enfants dont nous avons la responsabilité. 

L’intérêt supérieur de l’enfant doit primer, y compris lors de la gestion d’une telle crise sanitaire !

Pour cela, il est urgent d’évaluer bien plus globalement le coût bénéfices/risques des mesures restrictives imposées car nous rappelons que la santé est un état de complet bien-être physique, mental et social et pas seulement une absence de maladie ou d'infirmité, selon l'OMS, d’autant qu’aucune étude n’évalue clairement le bénéfice des restrictions imposées aux enfants. 

Il est urgent d’ouvrir le débat démocratique en écoutant la position des parents, parfaitement capables de protéger leurs enfants, et de nous écouter, professionnels de l’enfance, quant aux risques encourus sur leur développement global.

Nous estimons que le prix à payer est trop lourd et nous, professionnels, vous alertons sur ces mesures irraisonnées risquant d’entraver le développement de la génération future.

tribunepros05@protonmail.com

 

SIGNATAIRES :

Cécile ONFRAY, Educatrice de jeunes enfants/ formatrice, Guillestre 

Gaëlle MATHIEU, Avocate, Embrun

Aurélie HULOT, Animatrice socioculturelle/formatrice, Gap

Emmanuelle BACOU, Orthophoniste, Guillestre

Héloïse DUPONT, Psychologue hospitalière, Briançon et Embrun

Laure BLANC, Professeure des écoles, Puy Saint Eusèbe

Canelle GUEYDAN, Psychologue clinicienne, Briançon

Nicolas MICHAUD FIDEY, Psychologue clinicien et neuropsychologue, Briançon

Elsa VALENTIN, Autrice jeunesse animatrice d'ateliers d'écriture, Saint Crépin

Mélodie ARNOULD, Neuropsychologue, Gap

Géraldine LAGARDE, Professeure des écoles  Réotier / St Clément

Gaëtan MARTINON, Educateur à l'environnement, Châteauroux les Alpes

Agnès MARSEILLE, Monitrice-éducatrice, Savines le lac

Barbara FOUGNON, Intervenante en Arts Plastiques, Montdauphin

Lucile JOURDAN, Intervenante théâtre, Briançon

Jessica HAYES, Educatrice de jeunes enfants, La Roche de Rame 

Céline PLOUSEY, Psychothérapeute, Puy-Sanières

Claire BOUYALA, Professeure des écoles, Abriès

Céline SOULIE, Professeur de danse, Eygliers

Cécile DUBOIS, Intervenante en Education à l'environnement, Guillestrois

Stéphanie BRISSON, Psychologue, Embrun

Olivier PLANUS, Educateur sportif, Eygliers

Anne LOPEZ, Psychomotricienne/conteuse, Hautes-Alpes

Laure DE SARTE, Professeur de piano, La Roche des Arnauds 

Romaric GANDON, Chiropracteur, Embrun 

Sophie SAVINA, Médiatrice culturelle et formatrice Hautes-Alpes

Virginie JEAN, Assistante d'Education, Embrun

Isabelle NATAF, Educatrice de jeunes enfants et AESH, Embrun

Emilie DI CARLO, Psychologue Clinicienne Libérale, Gap et Saint Firmin

Leslie LOMBARD, Psychologue, Hôpital de Gap et en libéral

Sophie COTTIGNY, Ludothécaire/formatrice, Guillestrois 

Arnaud TOUZET, Intervenant clown, Guillestrois 

Hélène ROBEIN, Avocate, Embrun

Karine GHIGONETTO, Avocate, Gap

Marie LAGIER, Professeure de soutien scolaire en mathématiques, Embrun

Sandrine CHARRIOT, Enseignante, Le Poet

Sylvie VIDALEN, AED, Embrun

Quentin REYNAUD, Educateur sportif, Guillestre

Erika BAVAROIS, AESH/éducatrice sportive, Réotier St Clément

Odile POMMIER, Animatrice d’ateliers d’écriture

Laure THUET, Educatrice Montessori/consultante parentale, Gap

Marilou PEYROTTY, Ostéopathe DO MROF, Embrun

Agathe RAGO, Ostéopathe DO MROF, Gap

Suzy PLACHTA, Psychologue clinicienne, Embrun

Aude ROMA-COLLIGNON, Avocate, Gap

Magdalena HELLEQUIN, Educatrice spécialisée, Embrun

Lucie OGER, Psychologue clinicienne, Embrun

Aude DURAND, Enseignante spécialisée, Guillestrois

Noémie CHAIX, Gestionnaire EAJE, Briançon 

Corinne PAGES, Enseignante de danse, Embrun 

Catherine SUIRE, Psychologue, Gap

Bénédicte HUTTINGER, Professeur de musique, La Roche des Arnauds

Julie GEGOUT, Osthéopathe, Guillestre

Valérie BOURRET, Intervenante en Arts Visuels, Département 05 

Hilde RAMAN, AED, Embrun 

Fanny ECOCHARD, Psychologue clinicienne, Gap

Aurore EGROT, Psychologue clinicienne, Gap

François-Noël GIRAUD, Médecin retraité, Manteyer

Lydie LE SQUER, Educatrice scolaire, Gap

Myriam DE VECCHI, Professeure des écoles, La Roche des Arnauds 

Anne Claire BEL, Psychologue de l'Education Nationale, L'Argentière-La-Bessée

Hamrijan CARMONA , Educatrice de jeunes enfants Gap 

Sandra BOEUFGRAS , Educatrice spécialisée Gap

Mireille BESSON, Monitrice-éducatrice Gap 

Dominique DUMESTE, Ludothécaire, Gap

Violaine BAILLE, Orthophoniste, Gap 

Elsa NADAL, Professeure des écoles, Gap

Céline NEDELEC, Assistante sociale, Conseil Départemental, Gap

Julie CASSIN, Professeure des écoles, Aiguilles

Julie MERLIN, Professeure des écoles

Johanna OSMOND, Professeure des écoles, Queyras

Séverine SALIOU, Ludothécaire, Gap

Pauline LATIL, Professeure, Gap 

Caroline BRUNO, Professeure des écoles, Embrun

Margaretha De PAUW, Agent technique école, Puy st Eusèbe

Emilie LE MAIRE, Auxiliaire de puériculture, Embrun 

Gersende PARRENIN, Professeure des écoles, Saint Clément / Réotier

Lucas MALZAC, Professeur, Gap

Marina DEVOS, Educatrice spécialisée, Briançon

Lisa DIAS PEREIRA, Educatrice spécialisée en CAMSP, Briançon  

Laura GILLET, Infirmière, L'Argentière la Bessée 

Elsa MEJEAN, Professeure des écoles, Ceillac 

Maud GAGET, Directrice d'école, Puy Saint Eusèbe

Magali CASAVECCHI, Directrice de crèche, La Batie Neuve

Vanina DONEDDU, Professeure de danse, Embrun

Piotr CHYC, Professeur de musique, Embrun

Yoma MARTI GALTIER, Intervenante en Arts Plastiques, Champsaur 

Anne RIGAUD, Sophro-analyste/ Ancienne professeure, Gap

Céline, ALLAVENA, Psychologue en CAMSP, CMPP, Briançon

Gilles PIERRARD, Enseignant/Guide de haute montagne, Gap

Didier BRUNA-ROSSO, Professeur des écoles, L'Argentière la Bessée

Marianne BODRERO, Educatrice de jeunes enfants, Aiguilles en Queyras 

Julie BURAUD, Intervenante théâtre en école et collège, Châteauroux les Alpes

Claire TANNE, Psycho praticienne, Briançon 

Amandine DREYFUS, Art thérapeute, Embrun

Stéphanie LAURENS, Psychologue, Briançon

Anna FALCAO-GERBER, Psychologue clinicienne, Briançon

Florence CHALANDON, Directrice Ecole européenne de l'aventure, Serre-Chevalier

Sally CAMPUSANO TORRES, Intervenante théâtre, Briançon 

Maëlle DUVILLARD, Educatrice sportive, Puy Saint Vincent 

Sandrine DI ROCCO, Animatrice socio-culturelle, Hautes-Alpes

Elvire CORNILLON, Educatrice spécialisée, Gap

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !