manifeste pour une cantine respectueuse de la santé de nos enfants

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Les parents d’élèves des écoles de la ville de Maintenon souhaitent par ce manifeste vous faire part de leur opposition à la mise en place d’une liaison froide comme mode de restauration scolaire.
La Mairie de Maintenon avait évoqué la possible mise en place d’une liaison froide dans le cadre de la création d’une salle de restauration scolaire au sein de l’école primaire Collin d’Harleville.
Ladite salle de restauration ne devant pas voir le jour avant 2020, les représentants de parents d’élèves, pensant avoir le temps de réfléchir à la question, avaient alors simplement sollicité de la Mairie qu’ils soient associés à la rédaction du cahier des charges nécessaire à l’appel d’offre, ainsi qu’au choix du futur prestataire.
Or nous apprenons suite à la tenue de la Commission scolaire du 11 avril dernier que, non seulement la création de la nouvelle cantine ne sera pas possible mais qu’en plus la Mairie, sans avoir informé ni consulté les représentants de parents d’élèves, a choisi de résilier en février 2018 le contrat qui la liait à son prestataire actuel, RESTAUVAL, à la seule fin de mettre en place ladite liaison froide dès la rentrée scolaire de septembre 2018.
Nous ne pouvons être qu’indignés de cette façon de procéder de la Mairie, sans aucun égard pour ses administrés, et nous nous opposons fermement à la mise en place de la liaison froide !


LES RAISONS DE NOTRE OPPOSITION A LA LIAISON FROIDE


La liaison froide c’est la fin de notre restauration traditionnelle, celle qui se rapproche de la cuisine familiale où les repas élaborés au sein de l’établissement sont également consommés sur place dès la fin de la préparation, c’est la fin des frites !

Mais c’est aussi :
1° Le risque sanitaire lié à l’utilisation de barquettes en plastiques

2° Le risque de toxi-infection alimentaire collective lié à l’erreur

3° Le coût de ce changement pour les parents

1° Le risque sanitaire lié à l’utilisation de barquettes en plastiques
Dans le système de la cuisine en liaison froide, le lieu de production est séparé du lieu de consommation. C’est à dire que les repas sont préparés dans une cuisine centrale puis réfrigérés plusieurs jours à l’avance avant d’être transportés dans des camions réfrigérés puis remis à température une fois arrivés sur le lieu de cantine.
Les plats préparés sont conditionnés dans la majeure partie des cas dans des barquettes en plastique puis réchauffés dans ces mêmes barquettes avant d’être servis aux enfants.
Qui d’entre nous voudrait consommer quotidiennement des repas réchauffés dans du plastique ?
Cette pratique va à l’encontre des recommandations des scientifiques et des agences de santé en raison des risques liés aux perturbateurs endocriniens et des substances chimiques qui migrent de l’emballage vers les aliments, avec pour conséquence parmi d’autres des baisses de fertilité, une augmentation des pubertés précoces, de l’obésité, du diabète mais aussi et surtout à long terme une explosion des cancers hormonaux.
Nos enfants, qui sont par définition une population extrêmement vulnérable aux expositions environnementales, mangent chaque jour à la cantine et durant des années, nous savons bien que ce n’est pas la quantité qui pose problème mais la durée de l’exposition à ces substances et la répétitivité.
Le fait que l’utilisation de barquettes en plastique soit autorisée avec des certificats de conformité du fabricant ne constitue pas une garantie certaine pour la santé de nos enfants, bien souvent la législation est en retard sur les problématiques de santé qui peuvent ne se manifester que bien des années après.


2° Le risque de toxi-infection alimentaire collective lié à l’erreur humaine
La Mairie soulève comme argument que c’est un mode de restauration plus hygiénique.
En temps normal ce type d’infection en restauration collective représente 70% des foyers infectieux, dont un tiers en milieu scolaire.
Les viandes et notamment les volailles, ainsi que les aliments préparés à base d’œufs sont les principaux véhicules des germes des toxi-infections alimentaires collectives.
Le non-respect de la chaîne du froid, les erreurs dans le processus de préparation des aliments et un délai trop important entre la préparation et la consommation représentent les principaux facteurs de risques ; alors si nous ajoutons à cela des risques de mauvaises conditions de transport des plats réfrigérés, de refroidissement rapide, de conditionnement ou de réception des préparations culinaires autant dire que le risque est d’autant plus présent.
N’est-il pas courant de dire que l’erreur est humaine ?
Bien que la surveillance épidémiologique se soit améliorée, il faut savoir que les informations épidémiologiques disponibles sont probablement sous-estimées et partiellement biaisées en raison d’une insuffisance de déclaration des foyers.


3° Le coût de ce changement pour les parents
Si la mairie invoque des raisons financières à cette mise en place d’une liaison froide qui lui permettrait de faire des économies, nous avons un doute sérieux sur le maintien des prix actuels pour les parents au regard des tarifs pratiqués dans les localités avoisinantes étant déjà sur ce mode de restauration.
Ainsi nous avons pu effectuer la comparaison des tarifs pour la tranche la plus élevée entre Maintenon qui est encore en cuisine sur place et les autres villes passées en liaison froide, la comparaison est édifiante :
 pour la tranche B:

MAINTENON : 3,93€

EPERNON : 4,30 €

CHARTRES :4.46€

PIERRES : 5.39€

Sachant que depuis 2012 Chartres métropole exerce la nouvelle compétence de production et de livraison de repas en restauration collective, fonctionne en liaison froide et qu’à ce jour aucun appel d’offre n’a encore été émis…
C’est pourquoi nous demandons un engagement ferme de la ville de Maintenon sur le maintien du mode de cuisine traditionnelle sur place



CPEM compte sur vous aujourd'hui

CPEM a besoin de votre aide pour sa pétition “Maire de Maintenon: manifeste pour une cantine respectueuse de la santé de nos enfants”. Rejoignez CPEM et 39 signataires.