Foire des Cours de Gien. Parce que c’est notre patrimoine, c’est

0 a signé. Prochain objectif : 100 !


La ville de Gien qui a déjà subi, du fait des évènements de juin 1940 les lourdes pertes d’un très riche patrimoine a vu, du fait des décisions souvent unilatérales de diverses municipalités, disparaître la quasi-totalité de ce qui restait de ce patrimoine.

Avec quelques rares édifices, la foire des Cours qui anime notre cité depuis 1440 années, est le témoin patrimonial le plus ancien.

Malgré un intermède discutable de quelques années, elle est inscrite dans une tradition séculaire, celle de se tenir le deuxième mardi de carême.

L’évolution des réalités agricoles, commerciales et industrielles impliquent pour sa pérennité que dans le cadre du respect de son histoire et de sa date, elle s’oriente vers les réalités industrielles et commerciales de notre temps.

Aussi, nous, habitants de son rayon d’action, le pays giennois, anciens giennois ou habitués de la foire, concernés au titre de notre passé giennois ou de notre enfance dans ce pays, nous avons l’honneur de vous demander :

A monsieur le maire actuel de Gien

Le respect de votre décision de 2015 par la résistance au déplacement de date vers le dimanche 8 mars d’une partie de la foire. Nous vous prions, à ce titre, de ne pas présider la manifestation de ce dimanche.

A madame et messieurs les responsables de liste mars 2020

L’assurance du respect de date historique au deuxième mardi de carême.

L’engagement d’une concertation des forces vives  avec les industriels, les artisans et les forces commerciales sur la nature des activités foraines et les moyens de leurs encouragements.

L’étude avec les établissements scolaires  et les entreprises des possibilités d’accès de leurs élèves ou personnels à la foire.

Nous vous remercions de l’attention que vous voudrez bien apporter à notre demande.