René-Muret : Maintien des lits de SLD à l'APHP et programmer leur Humanisation

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Martin Hirsch, directeur général de AP-HP, a décidé de fermer 50% des lits de Soins de Longue Durée (SLD) de l’institution, soit un peu plus de 1 200 lits


Les Soins de Longue Durée
Dans ces lits sont soignées des personnes âgées dont l’état nécessite une surveillance et des soins médicaux constants (patients atteints de troubles comportementaux sévères, cancers, pathologies cardiaques et/ou respiratoires non stabilisées, etc…).

L'équipe soignante définit avec la patiente ou le patient et son entourage un projet de vie individualisé dans lequel s'inscrivent les soins. L'objectif est de maintenir autant d'autonomie que possible et de favoriser l'ouverture vers l'extérieur pour améliorer la qualité de vie. Des animations sont aussi proposées en fonction des capacités des patients.

Vous comprenez bien que ce sont, affectueusement, nos « vieilles et nos vieux » qui y sont hospitalisés. Celles et ceux qui sont aux origines de nos familles. Celles et ceux qui ont participé à construire notre société Ce sont nos grands-parents, nos parents…

Demain … ça sera nous ! Après demain… nos enfants !

Pourquoi fermer des lits de SLD ?
Martin Hirsch communique, certes très mal, en se prenant les pieds dans le tapis. Comment réussir à justifier de telles fermetures ? Un coup, il nous dit qu’il n’y a plus de médecins gériatres, une autre fois que la moitié des patients sont dépendants, mais n’ont pas besoin de soins... qui justifient une hospitalisation !!!

La conséquence de ces fermetures de lits est, encore et encore, donner de l’argent aux actionnaires au détriment de nos ainé-e-s…

En Ile de France,  la population croît régulièrement. Nous vivons de plus en plus vieux, mais malheureusement pas forcément en bonne santé. Alors quel recours a-t-on ? Quelles prises en charges?

En fermant ces lits,  Martin Hirsch condamne « nos aîné-e-s» à partir vers des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).

Le transfert se fera, le plus souvent, vers des EHPAD de statuts privés.

Souvenons-nous des scandales de certaines de ces structures dernièrement (manque de personnel, maltraitance, intoxication alimentaire…).

Mais un EHPAD n’est pas du SLD : il n’y a pas la surveillance et des soins médicaux constants.

Ce sont bien deux prises en charges totalement différentes !!!

EHPAD de chance…

Ces groupes appartiennent pour la plupart à des fonds de pension qui exigent un retour sur investissement au détriment de la prise en charge des personnes âgées et au prix d’une maltraitance institutionnelle qui se généralise.

Dans certains EHPAD privés, 3 repas et une collation s’élèvent à 3€46 par jour!

Dans certains EHPAD privés, il est alloué 3,46 € par jour pour 3 repas et une collation.

Certains groupes sont même cotés en bourse, comme KORIAN et ses 24 158 lits, qui a réalisé 15,5 % de marge et un bénéfice de 6 %, en 2016. En cinq ans, il a doublé les dividendes versés aux actionnaires. Au premier semestre 2017, il dégage 38 millions d’euros de bénéfices contre 32 un an plus tôt. ORPEA  et ses 19 598 lits, a dégagé un excédent brut de 17,4 % au premier semestre, soit 258,8 millions d’euros, un renforcement de son patrimoine immobilier de 545 millions d’euros, pour atteindre 4,6 milliards.

Une belle démonstration de la marchandisation de la personne âgée! Autrement appelé « l’or gris » …

Que se passe-t-il à René Muret ?

Aujourd’hui le projet de Martin Hirsch serait de fermer tous les lits de SLD de René Muret (179). Ce serait plus de la moitié des lits de SLD du département. Pourtant on sait qu’il y aura de plus en plus de personnes âgées et pas forcément en bonne santé !

Que faire ?

Les choix politiques en matière de santé concernant la gériatrie ne sont que des choix de rentabilité!

Il est, inhumain et inconcevable, de laisser tomber nos anciens aujourd’hui !!! Ceux-là même qui ont construit NOTRE SOCIETE.

La prise en charge de nos personnes âgées passe par l’ouverture de lits de Soins de Longue Durée et une politique, ambitieuse. De bientraitance envers nos patients de gériatrie !

Il faut un réel débat, une prise de conscience et dégager les moyens nécessaires pour assurer les conditions d’accueil et de prise en charge dans nos SLD.

La fin de vie de nos anciens mérite mieux que de servir à remplir les poches des actionnaires des EHPAD.

 

Contact : comite.de.lutte.93@gmail.com