Lycée François Villon des Mureaux : État critique !!!

Lycée François Villon des Mureaux : État critique !!!

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !

INITIATIVES aux Mureaux a lancé cette pétition adressée à Madame la Présidente de Région

Depuis de nombreuses  années déjà, nous sommes alertés par une dégradation générale du lycée François Villon due au temps mais aussi aux événements particuliers de ces dernières années. Etablissement pourtant réputé des Yvelines, notre lycée semble être dans une situation préoccupante. Au delà du vieillissement des bâtiments, de la vétusté de certains espaces, des récentes inondations qui l'ont fragilisé, du manque d'équipements, de l'augmentation du nombre d'élèves, c'est l'avenir du lycée François Villon qui est en jeu.

Un récent article de presse titré "L'excellence en cours, pas dans l'assiette" faisait état de dysfonctionnements dans la cantine scolaire. En effet, la panne d'un lave-vaisselle a privé de nombreux élèves de leur repas. Ils ont été réduits à manger des chips et du pain. Imaginer que ces élèves, qui ont une journée de 12h, soient réduits à un paquet de chips nous est insupportable. A ce jour le lave-vaisselle n’est toujours pas réparé et les élèves mangent dans des assiettes en plastique. Une aberration pour un lycée qui a été labellisé éco-lycée. Cet incident, aussi accidentel soit-il, révèle l'état général désastreux de notre lycée.

La cantine :

La cantine, dimensionnée pour accueillir 600 pensionnaires, reçoit plus de 850 élèves. La pause méridienne, qui doit-être un moment convivial de détente, devient un moment de stress pour les lycéens. Cette situation ne peut pas durer.

Depuis le début d’année, beaucoup d’élèves préfèrent manger un sandwich sur le pouce plutôt que de faire la queue pendant près de 45 mn et arriver en retard après avoir avalé leur repas frugal en quelques minutes. La cantine n’arrive pas à préparer assez de nourriture pour tous, les élèves qui déjeunent aux deux derniers services (sur les 3 mis en place) doivent se contenter de ce qui reste. Une situation déplorable pour des élèves en pleine croissance et en période d’apprentissage. 

D’autres préfèrent sortir du lycée pour aller se restaurer dans un fast food qui a été plusieurs fois signalé auprès de l’ARS pour la violation des règles basiques d'hygiène suite à des intoxications qui ont entraîné des hospitalisations. L’Etat lutte contre la malbouffe et le lycée ne remplit pas sa mission en ne leur permettant pas de déjeuner de manière équilibrée et dans de bonnes conditions. 

Nous savons tous que la réussite scolaire est en partie tributaire de l’alimentation. Il est à noter d’ailleurs que le lycée accueille des élèves issus de classes sociales défavorisées dont le repas de la cantine du lycée constitue pour certains d’entre eux le seul repas complet de la journée. 

Les promesses de réhabilitation de la cantine sont faites par la région depuis des années, mais la situation est urgente et les élèves ne peuvent attendre plus. 

L’informatique :

A l'ère du numérique et du haut débit, l’état du matériel et du réseau informatique nous interpelle. Dans une région qui se vante d’être devenue une région numérique, nous pouvons vous assurer que nous sommes déconnectés au lycée des Mureaux. Les élèves se sont vu offrir récemment des tablettes ou des ordinateurs portables. Mais ceux-ci sont difficilement utilisables en classe car il n’y a pas d’accès wifi au lycée. 

Encore une fois, nombreuses sont les familles touchées par la fracture numérique, et n’ont pas forcément de connexion internet à la maison. Ces élèves ne peuvent donc pas télécharger les manuels numériques qui sont utilisés en classe. Ainsi privés de supports pédagogiques, les professeurs tentent de pallier ce manque en fournissant des photocopies.

Le réseau informatique du lycée doit-être une priorité de la région bien avant les tablettes. 

Le transport :

Les élèves du lycée viennent principalement des collèges voisins : les trois collèges des Mureaux, les deux collèges de Meulan et le collège de Gaillon-sur-Montcient. L’établissement est dimensionné pour 1000 élèves. Il y a actuellement 1300 élèves qui viennent d’un territoire élargi et prennent les lignes de bus du réseau francilien. Les bus sont bondés le matin et ne peuvent véhiculer le flot d’élèves qui se rend au lycée. 

Depuis le début d’année, de nombreux élèves se voient interdire l’accès aux bus déjà pleins et viennent au lycée à pied. Il est à noter que plusieurs agressions d’élèves ont eu lieu, sur le chemin qui mène au lycée, parce qu’ils ont été contraints de venir à pied par manque de bus. Ces conditions ne sont pas tolérables pour nos lycéens. En période de Covid, ils s’agglutinent dans le peu de bus qui circulent risquant ainsi de propager le virus.

La région est l’acteur principal des transports sur son territoire. Il devient urgent de revoir la fréquence de rotation des bus afin d’améliorer la situation actuelle.

Sureffectif :

L'établissement accueille plus de 1300 élèves cette année. Les infrastructures locales n’ont pas évolué malgré l’augmentation démographique prévisible. La grogne des professeurs s’est accentuée ces derniers jours lorsque 7 élèves ont été affectés en seconde (faisant passer les classes de seconde à 36). 

Cette annonce, alors que d’autres lycées du secteur ont encore des places disponibles en seconde, est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Un mouvement de grève des enseignants s’en est suivi pour exiger de meilleures conditions de travail.

Le lycée est déjà en surpopulation et ne permet pas d’accueillir les élèves déjà inscrits dans des conditions de travail acceptables. Les équipes alertent depuis de nombreuses années et continuent de fonctionner dans ces conditions d’autant plus déplorables que nous sommes en période sanitaire complexe. De plus, le lycée François Villon bénéficie d’une bonne réputation et apporte des résultats très satisfaisants pour un territoire comme le nôtre. Mais pour combien de temps encore ? 

La Direction départementale de l’Éducation Nationale doit absolument agir en mettant en œuvre les solutions adéquates pour remédier au sureffectif dans cet établissement.

L’équipement :

Le lycée François Villon a vu le jour dans les années 70. C’est un établissement qui n’est pas tout jeune. L’état général des bâtiments n’est pas du tout satisfaisant. En effet, malgré les entretiens courants, cet établissement a besoin d’une réhabilitation totale pour être pérenniser et permettre aux élèves d’étudier dans de bonnes conditions.

Dans d’autres villes, aux lycées plus récents, des travaux de réhabilitation ont été faits : Lycée Adrienne Bolland, Poissy (10 M€), Lycée Jean Monnet, La Queue-lez-Yvelines (6,9 M€) et Lycée Van Gogh, Aubergenville (7.1M€). Au lycée François Villon, les élèves et les familles se contentent de promesses et continuent de fonctionner dans des conditions pédagogiques et logistiques inadmissibles (bâtiments algéco, toilettes inutilisables, conditions sanitaires alarmantes de la cantine qui pourtant reste en fonctionnement, absence de réseau informatique…).

Le plan pluriannuel de réfection totale du lycée date du début des années 2000. Il est grand temps que la région tienne ses promesses et montre par des actions concrètes et rapides à ses habitants l’intérêt qu’elle leur porte. Nous avons suffisamment patienté. Il faut que notre lycée soit enfin une priorité dans l’agenda des grandes réhabilitations.

Les présidents et les ministres se succèdent en visite aux Mureaux depuis des décennies vantant une ville exemplaire mais en coulisses, on ne peut que se demander si les habitants de ce territoire sont réellement considérés.

La situation est devenue tellement alarmante que les élèves se sont fortement mobilisés à leur niveau pour mener des actions citoyennes (flashmob, manifestations pacifiques, cahier de doléances remis en mains propres par leurs représentants au conseil d’administration de l’établissement, etc.). 

Il en est de même pour les parents d'élèves qui s'inquiètent des conditions d’accueil et d’enseignement de leurs enfants. Plusieurs actions sont menées en parallèle avec les acteurs du territoire. Leurs mobilisations et leurs engagements montrent à quel point la situation est devenue dramatique. Il faut entendre leurs mécontentements.

Madame la Présidente de région, entendez cet appel et prenez les mesures nécessaires pour que nos élèves étudient dans de meilleures conditions. Comme vous pouvez le constater au vu de cet état des lieux détaillé, la situation générale est très préoccupante.

Nous souhaitons ardemment préserver notre lycée qui rayonne sur un large territoire et qui reçoit de nombreux élèves d’horizons divers. Nos Elu-e-s bataillent dur à coup de millions d’euros pour amener de la cohésion sociale dans nos territoires. Nous avons l'exceptionnelle chance de l’avoir atteinte dans cet établissement. Nous ne pouvons pas accepter que ce dernier maillon garant de la mixité sociale et de l’égalité des chances, une exception dans le département, soit menacé. Ce sont des enjeux majeurs pour nous et un outil exceptionnel de réussite scolaire pour de nombreux jeunes lycéennes et lycéens.

Préservons notre lycée, c’est notre grande fierté!

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !