NON AUX DÉCHETS RADIOACTIFS NUCLÉAIRES DANS LE VAL D'ESSONNE - 91

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !

POUR LA FERTE ALAIS POUR LA FERTE ALAIS
POUR LA FERTE ALAIS POUR LA FERTE A… a signé la pétition

NON AUX DÉCHETS RADIOACTIFS NUCLÉAIRES DANS LE VAL D'ESSONNE - 91

POUR LA PROTECTION DE NOTRE ENVIRONNEMENT

APPEL A PLUS DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DE L’ENFOUISSEMENT DES DECHETS RADIOACTIFS sur le site du BOUCHET

Le Site du Bouchet se trouve dans le Val d'Essonne.

Le traitement des déchets radioactifs reste un sujet sensible aujourd’hui.

Plusieurs sites dont le site du BOUCHET à Itteville (91), en plein cœur de la Communauté de Commune du Val d’Essonne, restent une inquiétude pour les habitants limitrophes :  ITTEVILLE, BALLANCOURT, VERT-LE-PETIT, SAINT-VRAIN, LA FERTE ALAIS, CERNY… et les citoyens que nous sommes.

Le CEA- Commissariat à l’énergie atomique- a exploité le traitement de l’uranium et du thorium de la fin de la seconde guerre mondiale aux années 70.

LE BOUCHET : Sur ce terrain vous trouverez un mélange de résidus de traitement de minerais d’uranium et de boues de décantation (CEA/Le Bouchet-Site d’Itteville) soit 20 000 tonnes de déchets, soit 9 600 M3 !

De 1948 à 1956, le CEA a exploité ce domaine et y déposa des résidus de traitement de minerai, combustible nucléaire de la pile ZOE.

De 1956 à 1971, ce bassin de décantation a reçu des boues de l’usine.

De 1971 à 1979, le Centre du Bouchet fait l’objet d’un démantèlement nucléaire conduit par le Centre d’Etude Nucléaire de Saclay.

En 1993, cette zone aurait fait l’objet d’une « réhabilitation » par la mise en place d’une couverture d’argile compactée, de gravier et de terre arable.

Depuis le Centre CEA de Saclay et l’association « Essonne Nature Environnement » (ENE) ont convenu de surveiller l’air, le sol et l’eau sur le site du BOUCHET.

En 2007-2008 ; 100 carottages effectués par ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des Déchets RAdioactifs) révèlent la présence de déchets FA-VL et déchets TFA, et présence de plomb, de nickel, d’arsenic, de chrome, d’antimoine, de béryllium, de sélénium, de mercure et de cadmium.

En 2008, le CEA est intervenu pour retirer certains déchets, dont du RADON.

Mais aujourd’hui, plusieurs interrogations demeurent ;

-          Que sont et vont devenir les vingt mille tonnes (20 000 tonnes) de déchets radioactifs enfouis sur ce site ?

-          A l’heure d’une consultation publique sur le recyclage des gravats faiblement radioactifs issus des centrales nucléaires de France qui seront démantelées dans les années à venir ;

-          Pouvons-nous accepter de retrouver ces éléments radioactifs dans les biens de consommations et les matériaux de construction de notre quotidien ?

-          Quels sont les risques pour la santé pour la population et l’environnement exposés à ces matières faiblement radioactives ?

Nous demandons au CEA de :

- Retirer les matières dangereuses pour la santé, du site du BOUCHET, situé près des habitations et zone agricoles ;

-Que tout soit mis en œuvre pour retirer les déchets présents proches des habitations soit 9 600 M3 (volume déclaré fin 2016)

- Concernant le traitement et conditionnement, que la conception des colis de stockage soit opérationnelle afin de récolter les déchets radioactifs du site du BOUCHET, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui !

Nous demandons à ANDRA :

1 - D’être plus précis sur les tableaux et conclusions de leur rapport sur ce site ; Car ce sont des chiffres déclarés et non constatés ;

2 - Une étude de sol du BOUCHET afin d’analyser avec précision, le taux de plomb, de nickel, d’arsenic, de chrome, d’antimoine, de béryllium, de sélénium, de mercure et de cadmium et le taux exact car la fiche F-1-01 ne le précise pas.

3 - Nous demandons au Président de la Communauté de Commune du Val d’Essonne de créer un Comité de travail d’élus et de citoyens afin de suivre l’avancée du nettoyage du site du Bouchet.

4 - Nous demandons le soutien du Conseil Départemental de l’Essonne, du Conseil régional d’Ile de France et de l’Etat pour mener à bien, financer, surveiller et soutenir les avancées de réhabilitation des sites potentiellement toxiques à la santé de la population proche du site du BOUCHET.

 

KATIA MERLEN et PHILIPPE AUTRIVE

Association POUR LA FERTE ALAIS

Conseillers Municipaux Indépendants de la Ferté Alais

Citoyens vigilants pour le bien-être, la santé de la population et de l’environnement.