Céline et sa fille

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Céline, 22 ans et sa fille, 3 ans , toutes deux françaises, sont condamnées à vivre en Suède,  pays qui leur est étranger mais où  le père, français, 31 ans, dénoncé pour violence, travaille. Au terme d’un ping-pong judiciaire invraisemblable, Céline est sous mandat d’arrêt suédois. Comment en est-on arrivé là ?

A Madame Belloubet, Ministre de la Justice

Enceinte de quatre mois, une grave complication de grossesse empêche Céline de prendre son vol de retour de vacances vers la France, la cloue au lit pour garder l’enfant, qui naîtra en Suède, prématurée. Après deux mois en néonatalogie, elle rejoint le domicile du père et elle découvre sa violence. Il lui impose une autre grossesse, l’enfant naîtra mort-né.

Cela fait 18 mois que Céline est revenue en France et y a dénoncé devant la justice les violences psychologiques, sexuelles et économiques dont elle a été victime, ainsi que les violences éducatives envers sa fille, lors de son épisode de vie commune avec le père de sa fille. Le père a depuis tenté de lui arracher la petite par une « opération commando » (sic. déclaration de son complice à la gendarmerie). Puis il a porté plainte pour déplacement illicite d’enfant, réclamant le retour de celle-ci sur le sol suédois. La garde de l’enfant lui est refusée mais Céline et sa petite  fille ont été contraintes à repartir en Suède pour un jugement qui n’a pas eu lieu, la justice suédoise s’étant même déclarée incompétente.

De victime, Céline est devenue accusée. Ainsi, de façon incompréhensible, un mandat d’arrêt est lancé contre elle en Suède, sur simple plainte du père pour non-présentation de l’enfant (chose que le tribunal français n’avait pas imposée). La plainte pour violences économiques, psychologiques, sexuelles et abus de faiblesse de Céline, elle, est restée sans suite.

En état de grande détresse et soutenue psychologiquement et financièrement par ses parents (elle ne reçoit évidemment aucune pension du père), Céline espère que la justice française lui accordera la garde de l’enfant et qu’elles pourront enfin vivre en sécurité en France. Mais le fait qu’au cours de l’audience les juges de la Cour d’Appel n’aient prêté aucune attention aux violences qui ont déclenché cette affaire fait craindre le pire.

La destruction de deux vies est en cours. Madame la Ministre, nous demandons que la justice française prenne enfin ses responsabilités et examine les faits, tous les faits, y compris les violences et les viols, pour sauver ces vies.

Fabienne et Geo Coppens, mère et oncle de Céline

 

 



fabienne compte sur vous aujourd'hui

fabienne COPPENS a besoin de votre aide pour sa pétition “Madame Belloubet: Céline et sa fille”. Rejoignez fabienne et 642 signataires.