Lettre ouverte au President Macky Sall

0 have signed. Let’s get to 100!


LETTRE OUVERTE DE LA JEUNESSE PANAFRICAINE DU MONDE AU PRESIDENT MACKY SALL SUR L’EXPULSION DE KEMI SEBA DU SENEGAL

 

Monsieur le Président,

C’est avec une profonde consternation que nous, jeunesse panafricaine convaincue, disséminée à travers le monde, apprenions la décision de la République du Sénégal en date du 5 Septembre 2017 d’expulser KEMI SEBA hors du territoire sénégalais pour “menace de trouble grave à l’ordre public”. Nous venons, par cette lettre ouverte, vous exprimer notre extrême indignation face à cette décision d’expulsion arbitraire et honteuse de la République du Sénégal et vous assurer de notre détermination inébranlable, plus que jamais, à persévérer dans la lutte contre le franc des Colonies Françaises d’Afrique (CFA) et pour la souveraineté monétaire africaine.

Constatant que la décision de la République du Sénégal d’expulser notre frère KEMI SEBA intervient après une vaine tentative d’anéantissement carcéral de ce dernier à travers le procès que lui a intenté la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) soutenue par le gouvernement sénégalais pour destruction publique d’un billet de Franc CFA, nous dénonçons une persécution politique de KEMI SEBA par l’Etat du Sénégal. Il est, en effet, inacceptable qu’après l’échec retentissant du procès d’intimidation que la BCEAO, chien de garde de l’esclavage monétaire français en Afrique, a intenté à KEMI SEBA avec le soutien du gouvernement sénégalais et oú la relaxe pure et simple de KEMI SEBA a été courageusement prononcée par la justice sénégalaise, l’archarnement politique serve de moyen vindicatif à l’Etat du Sénégal à des fins que ses spécieux moyens de droit contre KEMI SEBA ont lamentablement échoué à lui assurer devant la justice sénégalaise.

Considérant que l’arrété ministériel d’expulsion de notre frère KEMI SEBA ne fait mention d’aucun fait établissant une violation des lois et règlements en vigueur au Sénégal determinée par la justice sénégalaise au soutien de la décision d’expulsion, nous dénonçons un acte d’expulsion digne d’une République bananière. Les motifs allégués par l’Etat du Sénégal contre KEMI SEBA à savoir “les propos désobligeants qu’il formule à l’encontre des Chefs d’Etat et dirigeants africains” ou le fait qu’il “envisagerait de mener des actions préjudiciables à  l’ordre public en appellant à des rassemblements intempestifs sur la voie publique” ne sont pas simplement ridicules, ils sont irresponsables. D’une part, l’appel de KEMI SEBA à certains chefs d’Etat africains à ne pas trahir l’aspiration de leur peuple à la souveraineté monétaire ne peut paraitre désobligeant que pour les Chefs d’Etat africains qui se prennent pour des rois. Aux chefs d’Etat africains dignes de ce nom, les propos de KEMI SEBA n’apparaitront que comme un exercice raisonnable du droit à la liberté d’expression. D’autre part, nous n’attendions pas d’un Etat du Sénégal responsable le recours à une mesure d’expulsion arbitraire et honteuse là oú “Urgences Panafricanistes”, une ONG de droit sénégalais, se fait simplement le porte-voix de la revendication des peuples africains pour la souveraineté monétaire africaine, mais plutôt une réponse pertinente à cette revendication qui est aussi celle de la société civile sénégalaise.

Regrétant que l’expulsion d’un africain hors d’un territoire africain vers la France ait pu être décidée au pays d’un des champions de l’idéal panafricain vrai comme Cheikh Anta Diop dont nous, jeunes panafricains, cultiverons toujours l’honnorable mémoire, nous décrions un manque notoire de vision panafricaine de l’Etat Sénégalais. A ce titre, nous invitons l’Etat du Sénégal à se réapproprier l’héritage de nos illustres hommes politiques africains dont Patrice Lumumba, Thomas Sankara et bien d’autres qui se sont battus pour notre souveraineté et notre dignité en tant qu’africains.  

Réaffirmant avec force notre solidarité avec notre frère KEMI SEBA dans la lutte pour la souveraineté monétaire africaine face à l’argument de la force adopté par l’Etat du Sénégal, nous initions cette lettre ouverte au Président Macky Sall depuis les Etats Unis d’Amérique et la mettons à la disposition de toute la jeunesse panafricaine consciente à travers le monde pour signature, en condamnation de cet acte d’expulsion arbitraire, déshonorant pour l’Afrique et indigne de tout Etat africain. Conscients que le contrôle des richesses africaines au profit de l’Afrique est l’un des défis majeurs de notre génération de jeunes et que la conquête de la souveraineté monétaire en est un des préalables indispensables, nous affirmons notre détermination résolue à poursuivre cette mission historique et à tâcher de ne jamais la trahir comme nous y a instamment invité Frantz Fanon depuis toujours.  

Nous maintenons que la France a deux monnaies à savoir l’Euro qu’elle a en partage avec l’Europe et le Franc CFA qu’elle sous-traite exclusivement à l’Afrique. C’est cette sous-traitance que notre génération mettra tout en oeuvre pour éradiquer d’Afrique. Rien, absolument rien ne nous fera céder! Ni les appels répétés de la France au Président Alassane Ouattara au sauvetage du Franc CFA dont la société civile africaine ne veut plus, ni la France-Afrique version-Macron qui se profile derrière le nouveau cabinet présidentiel français pour l’Afrique!

 

La Souveraineté Monétaire (africaine) ou la mort, nous vaincrons!

 

New York, le 10 Septembre 2017



Today: Jeunesse is counting on you

Jeunesse PANAFRICAINE needs your help with “Macky Sall : Lettre ouverte au President Macky Sall”. Join Jeunesse and 82 supporters today.