Sauvons le département Information-Communication de l'UFR SLHS de Besançon

Sauvons le département Information-Communication de l'UFR SLHS de Besançon

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !

Etudiants du département Information-Communication de l'UFR SLHS de Besançon a lancé cette pétition adressée à Macha Woronoff - Présidente de l'université de Franche-Comté et à

Lettre ouverte à la Présidence de l’Université de Franche-Comté, à la direction de l’UFR SLHS, aux membres du conseil de gestion de l’UFR, à l’ensemble des membres de l’Université de Franche-Comté, aux étudiants et futurs étudiants se destinant à une  formation Information-Communication à l'UFR SLHS de Besançon.

Après une première mobilisation des étudiants d'Information-Communication et des enseignants l'an dernier, de nouvelles informations alarmantes nous sont parvenues.

A lire à ce sujet :

Visant à soutenir la formation Information-Communication, la pérennité de ses moyens humains et matériels, la présidence de l’Université avait affirmé sa volonté de voir cette formation continuer à se développer (cf. La Loop : Université : les étudiants inquiets pour l'avenir du département Info' Com'.)

Néanmoins, la situation s’est à nouveau dégradée : suppression de postes, manque d’enseignants, nombreuses heures vacantes, volonté politique de démanteler le département. La situation est d'autant plus incompréhensible puisque la formation reçoit un très bon accueil du monde socio-économique : les anciens étudiants s’insèrent professionnellement, les contrats d’alternance se multiplient, tous les étudiants trouvent leurs stages. 

Ainsi, une réunion est convoquée le 29 octobre avec pour objet la scission du département info-com en deux entités : un département licence et un département master. Cela aura pour conséquences directes : 

  • L'impossibilité pour les étudiants d'effectuer leur formation en alternance. Cela s'explique par un manque de moyens humains, le nombre de tuteurs en charge d'encadrer les étudiants étant insuffisant par rapport au nombre d'alternants ;
    La fermeture du Cursus Master Ingénierie (CMI) qui ne peut courir sur deux départements, privant les étudiants d’un cursus professionnalisant en plein essor.
  • Différentes mesures visant à supprimer des moyens humains (postes d’enseignants) et matériels (atteinte au budget propre au département) s’accumulent. Tout semble être fait pour placer le département (et donc les étudiants) dans une impasse et pousser à la fermeture de notre formation.

Ces nouvelles informations s'ajoutent aux problèmes soulevés l'année dernière, à savoir :

  • Le manque d'enseignants chargés d'assurer les cours de la maquette. Au total, ce sont cette année 360h  d'enseignement non pourvues, réparties sur les trois années de Licence et sur le Master 1 ;
  • Le manque de places en Licence (la capacité d’accueil en L1 est passée ces dernières années de 140 à 90) ;
  • Les velléités de fermeture ou dissolution du département, qui répond pourtant aux attentes du monde socio-économique et aux enjeux contemporains liés à la communication.

Ces conditions d’enseignement ne sont plus tolérables pour nous, étudiants en information-communication.

Inquiets des heures vacantes d'enseignement, des attaques répétées contre notre discipline, de l’avenir incertain de nos diplômes, nous sommes fortement impactés par des conditions d’étude anxiogènes.  Ensemble, nous nous mobilisons pour la pérennité de notre département, la pérennité de la qualité de nos formations et le maintien de nos trois formations (Licence, Master et CMI).

Nous demandons donc à la direction de l’UFR ainsi qu’à la présidence de l’Université : 

  • L'abandon du projet de scission du département ; 
  • Des postes d’enseignants pour combler l’ensemble des cours vacants ;
  • La garantie de la pérennité de nos trois formations au sein d’un seul département ;
  • La continuation de la professionnalisation de notre formation (alternance, stages, CMI) ;
  • La fin des attaques répétées contre notre discipline.

Contact : mobilisationinfocomufrslhs@gmail.com

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !