STOPPONS les souffrances au travail et liquidations forcées des franchisés ADA location

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Obligeons le franchiseur ADA à s'expliquer devant la justice des trop nombreuses liquidations forcées et déloyales depuis 1992, d'entreprises familiales franchisées ADA délivrant un service professionnel de location de véhicules de proximité aux français.

Actuellement, il y a 632 agences sous franchise ADA pour 287 franchisés dans le réseau ADA.
A ce jour, il y a 152 procès d'entreprises familiales franchisées contre le franchiseur ADA, soit la moitié du réseau !

Voici comment le "système ADA" s'organise :


1/ l'entreprise familiale signe en confiance et "toute transparence" un contrat de franchise avec le directeur général de la franchise ADA, M. Christophe Plonevez en investissant de 80 000 € à 250 000 €, si achat d'un fonds de commerce.


2/ Les principaux dirigeants opérationnels de la franchise ADA souhaitent la bienvenue au "DEBUTANT franchisé dans la location" dans le monde - MERVEILLEUX - de la franchise ADA, comme le dira, peut-être un jour, Mme Elise Lucet dans une prochaine émission de Cash Investigation.


3/ L'entreprise familiale s'investit "corps et âme" dans sa franchise, de 8h à 20h, 6 jours/7, 12 mois/an, en comptant bien évidemment sur "l'assistance permanente et perpétuelle" de son franchiseur ADA.


4/ Après 6 mois d'activité, l'entreprise familiale "retombe sur terre" quand son expert-comptable lui annonce que le montant des charges facturées par le franchiseur ADA et ses filiales n'ont rien, mais alors strictement rien à voir, avec le budget prévisionnel sur trois années signé avec le contrat de franchise ADA.


5/ L'entreprise familiale réalise alors que "le monde merveilleux de la franchise ADA" n'est qu'une BRILLANTE MASCARADE et une vraie forfaiture !


6/ Le franchisé se rend alors compte que le compte à rebours a commencé depuis le jour de l'ouverture de son agence et l'entreprise familiale n'aura alors eu qu'un délai de 6 mois à 3 ans pour survivre, d'après nos statistiques au collectif et infogreffe, pour qu'ensuite le tribunal de commerce prononce la liquidation pour insolvabilité.

Depuis plusieurs mois, le "recours collectif juridique contre le franchiseur ADA" a réunit des preuves accablantes :


1/ le chiffre d’affaires moyen d’une agence ADA est de 138 000 €, soit la moyenne - de loin - la plus basse de toute la franchise française derrière les franchises réalisant du nettoyage industriel qui est estimé à 220 000 €, selon la F.F.de la Franchise.
Cf. rapports de gestion annuels ADA et statistiques de la F.F.Franchise.


2/ le franchiseur ADA garantit à n’importe quel nouveau franchisé, sur n’importe quel département, de réaliser un C.A. de 250 000 € dès la première année et de 430 000 € la troisième année, bien sûr c’est logique et loyal au regard du point précédent.
Cf. site ADA.fr "dossier du franchisé"


3/ Dès 2004, trois gérants de sociétés franchisées, ont déposé deux plaintes contre la société ADA et Monsieur Nicolas Rousselet, président directeur général du Groupe Rousselet : l’une auprès du tribunal de grande instance de Nanterre aux motifs d’extorsion, d’abus de confiance, d’escroquerie et de faux ; l’autre au tribunal de grande instance d’Evry pour escroquerie au jugement. Ces affaires avaient conduit Monsieur Nicolas Rousselet à déclarer pour se défendre :
« Il y a 280 franchisés. Il y aura toujours des gens mécontents. C’est la vie normale des affaires ».
Cf. Extrait de l’article « Des plaintes de franchisés embarrassantes pour Ada » publié le 04 février 2004 sur le site internet lesechos.fr


4/ Le 15 novembre 2011, le site internet Pro.Argus a publié les propos de Monsieur Christophe Plonevez, directeur général d’ADA Holding : « Nous souhaitons obtenir un réseau de 500 agences en franchise ; mais il sera impossible de répondre à toutes les demandes car le point mort de la rentabilité d’une agence se situe aux alentours d’un chiffre d’affaires de 250.00 euros, difficilement atteignable dans une petite ville ».
Cf. Extrait du site internet Pro.Argus publié le 15 novembre 2011


5/ Entre 2013 et 2014, le franchiseur ADA Holding a connu une très forte augmentation de ses bénéfices. En effet, en 2013, le chiffre d’affaires réalisé s’élevait à 29.266.137 € pour un résultat d’exploitation de 3.147.745 €. Tandis qu’en 2014, le chiffre d’affaires obtenu était d’un montant comparable de 29.253.801 euros mais pour un bénéfice de 13.990.976 € !! soit 50% du Chiffre d'Affaires.
Cf. Rapport de gestion d’ADA du conseil d’administration à l’assemblée générale mixte du 30 juin 2015.


6/ En 2015, ADA a réalisé 70% des transactions de fonds de commerce du code 7711A – Location de véhicules courte durée – alors que le réseau ADA ne représente que 4% du chiffre d’affaires de cette même activité, distançant de loin les vrais leaders du secteur que sont Avis, Hertz, Europcar et Sixt, même en comparant cette "performance ADA" au cumul de TOUTES les transactions de Fonds de Commerce de ces vrais leaders.
Cf. Bodacc.fr (site officiel des transactions de fonds de commerce)


7/ De 2007 à 2015, le réseau des franchises ADA a :

  • Baissé de 13% son chiffre d’affaires,
  • Augmenté de 32% son nombre de franchisés,
  • Augmenté de 78% son nombre d’agences.

Cf. chiffres officiels ADA


8/ "Nous osons à peine vous en parler" : M. Christophe Plonevez, LE DIRECTEUR GENERAL du réseau ADA, a créé une nouvelle filialle "ADA Express" le 1er décembre 2016 qui ambitionne de "révolutionner" la location automobile avec le concept de "location de véhicules en self-service" et a déjà annoncé aux actionnaires un objectif de 250 nouvelles agences en 3 ans. Etant donné la difficulté du métier de loueur automobile - une agence actuelle compte 3 personnes - nous sommes rassuré de savoir que le futur franchisé ADA en location self-service pourra compter sur l'assistance "permanente et perpétuelle" de son franchiseur ADA car il sera TOUT SEUL pour gérer son agence... aussi le collectif a décidé de renommer cette filiale "ADA Liquidation Express" !
Cf. Societe.com : "ADA Express" ou bien "ADA Liquidation Express" au choix.

Plus sérieusement, le collectif se demande combien il va falloir de procès et de suicides, depuis 25 ans et jusqu'à quand ?, pour qu’enfin la police fasse des enquêtes et que la justice convoque les dirigeants du Groupe Rousselet ?


Nous accusons le Groupe Rousselet (Taxis G7 & ADA, etc.), les dirigeants opérationnels du réseau ADA, et notamment M. Christophe Plonevez DG, de nous ramener aux conditions de travail du 17ème siècle « maître à esclave » puisque toutes les entreprises familiales investissent toutes leurs économies, travaillent dur et honnêtement, doublent leur chiffre d’affaires pour certains, pour finir humiliés, liquidés « légalement », affectés moralement ou malades et… ruinés.


Bien souvent, il y a également un "merveilleux" procès en diffamation intenté par l'expert en la matière, M. Christophe Plonevez Dg ADA, contre le franchisé, ou son épouse car elle se plaint que son époux s'est pendu dans son agence à cause des harcèlements ADA, comme à Chelles à l'été 2015 !


N’est-ce-pas la définition exacte de l’esclave qu’en donne le dictionnaire :
« Qui est sous l’autorité absolue d’un maître et/ou d’un système ».

L'article 10, issu de la loi du 5 juillet 1972 (L. n° 72-626, 5 juill. 1972 : Journal Officiel 9 Juillet 1972), contient une disposition générale qui, au-delà de la procédure civile, se retrouve dans les procédures administrative et pénale.
Le principe ainsi énoncé impose à chacun un devoir de prêter son concours à la manifestation de la vérité, dont il peut être requis par le juge, et qui crée pour autrui un droit à la preuve (V. n° 1 à 5).2.

Aidons la justice dans la manifestation de la vérité pour que justice soit ainsi faite ! ENFIN

Au-delà de la signature de notre pétition, dont nous avons instamment besoin et vous en remercions par avance,
Pour rejoindre le collectif contre le franchiseur ADA ou avoir communication des preuves avancées, contactez-nous à :
ada.verite.600@protonmail.com

Victor JULIAN pour Le recours collectif juridique contre le franchiseur ADA.
"Si tu ne peux pas aider, alors au moins... ne fais pas de mal !" selon un principe fondamental tibétain.



Association pour la défense des franchisés ADA compte sur vous aujourd'hui

Association pour la défense des franchisés ADA a besoin de votre aide pour sa pétition “M. le procureur de la république de Paris François Molins: STOPPONS les souffrances au travail et liquidations forcées des franchisés ADA location”. Rejoignez Association pour la défense des franchisés ADA et 232 signataires.