Aidons nos enfants à retrouver confiance en leurs capacités

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


PROPOSITION :

La France, en particulier, a de multiples atouts. Les nombreuses innovations et initiatives qui naissent dans le pays démontrent sa créativité. Les découvertes récentes dans le domaines de la santé, en lien avec la nourriture, du docteur Michel de Lorgeril et du professeur Henri Joyeux, celles sur l'intestin, notre deuxième cerveau, la méthode de maraîchage bio permaculturel, dite méthode de la ferme du Bec Hellouin, mise au point par Charles et Perrine Hervé-Gruyer, l'application qu'en fait Joseph Chauffrey dans son petit jardin, la ferme urbaine du collège Pierre Mendès-France de Paris, les recherches du semencier-paysan-meunier-boulanger Roland Feuillas, sur un véritable "pain santé", fabriqué avec des blés anciens, les cantines 100 % bio et locales de Mouans-Sartoux, Barjac, etc.

Fédérons ces initiatives dans un projet original, à l'échelle nationale, pour donner à ce mouvement toute sa puissance et accompagner le changement vers le monde nouveau qui se dessine, "de sobriété heureuse" (Pierre Rabhi).

Aidons nos enfants à retrouver confiance en leurs capacités, en leur permettant de découvrir leur spécificité, d'acquérir les compétences nécessaires pour aborder le monde de demain, et de s'y insérer.

Offrons-leur des projets éducatifs, nutritionnels, permaculturels et écologiques, de santé physique et intellectuelle, intégrant toute l'équipe d'un établissement scolaire, alliant éducation bienveillante, équilibre et harmonie, reposant sur le passage de la cantine d'une école primaire, d'un collège ou d'un lycée en bio et sur l'apprentissage du maraîchage bio permaculturel et de l'élevage de petits animaux (des poules par exemple).

Si le terrain dont dispose un établissement est suffisamment grand, l'objectif pourrait être de produire assez de légumes, de fruits et d'oeufs pour approvisionner la cantine, s'il y en a une.

On peut aisément imaginer que le projet décrit ici, qui s'appliquerait dans un premier temps aux établissements en réseau d'éducation prioritaire, s'étende au système scolaire tout entier.

A terme, le but serait de créer un maillage de micro-fermes maraîchères en milieu urbain et péri-urbain, produisant localement des fruits et des légumes frais, de saison, selon les principes de l'agriculture biologique, l'agroécologie, l'agroforesterie, la permaculture et la biodynamie (méthode dite de la ferme du Bec Hellouin).

La consommation en abondance de fruits et de légumes biologiques est un enjeu de santé. La production locale de produits végétaux permet de promouvoir la fin des gaspillages d'énergie et d'assurer l'autonomie alimentaire maximale de la communauté.

L'agriculture biologique, l'agroécologie, l'agroforesterie, la permaculture et la biodynamie sont respectueuses de l'environnement. Prendre soin des sols restaurera et préservera leur qualité, celle des rivières et des nappes phréatiques et permettra de lutter contre l'érosion des sols et le réchauffement climatique. On évitera ainsi le recours aux engrais chimiques, pesticides, herbicides et autres insecticides.

Des micro-fermes urbaines et péri-urbaines feront du patrimoine naturel et paysager un moteur de développement économique et de création d'emplois. Il s'agit de mobiliser de petites surfaces (1 000 mètres carrés, soit 10 ares, par travailleur) pour pratiquer un maraîchage essentiellement manuel, d'améliorer nettement la productivité en densifiant les cultures, en associant les végétaux et en apportant un soin extrême à toutes les cultures. Un renfort en main d'oeuvre sera sans doute nécessaire pour traiter l'excès de charge de travail. Une micro-ferme crée une activité qui dégage un revenu net supérieur à 1 500 euros par mois et par travailleur avec une qualité de vie correcte.


MOTIVATION :

 

Apprenons aux élèves à ne jamais se décourager : l'important, c'est leur motivation

Comme le relève le deuxième rapport Fourgous  ("Apprendre autrement" à l'ère numérique) dans un paragraphe intitulé "Avoir confiance pour avancer", "les jeunes Français sont ceux qui ont le moins confiance en eux. Ils se sous-estiment en permanence, hésitent à se lancer dans de nouveaux apprentissages par peur de l'échec [...]. A l'opposé, les écoles britanniques ou finlandaises mettent systématiquement en valeur les points forts de chaque élève. Les élèves sont évalués de telle sorte qu'ils comprennent comment s'améliorer. Un enfant confiant se fixe des objectifs plus élevés et travaille dur pour les atteindre. Il sait s'auto-motiver et arrive en général à mieux gérer ses émotions et son stress."

 

Assurons-leur une bonne santé physique et intellectuelle, un environnement sain, équilibré et harmonieux

L’équipe de Bernard Gesch, connu pour ses recherches pionnières sur le lien entre nutrition et comportement antisocial ou criminel, a étudié l’alimentation des détenus dans des centres pénitentiaires. En supplémentant l’alimentation des prisonniers en acides gras Oméga-3 et en vitamines sous forme de fruits et légumes, les chercheurs ont pu démontrer une baisse globale de 37 % d'agressivité, une baisse du nombre d’agressions lourdes, ainsi qu’une meilleure concentration chez les prisonniers.


Bita Moghaddam et ses collègues de l’Université de Pittsburgh ont pu également démontrer qu’une alimentation déficiente en acides gras polyinsaturés Oméga-3 accentue les déficiences comportementales (plus d’anxiété, d’hyperactivité, une capacité d’apprentissage ralentie et une perturbation des capacités de résolution de problèmes). 


Dans une étude que Paul Montgomery et ses collègues de l’Université d’Oxford ont réalisée, 493 écoliers de 7 à 9 ans et en bonne santé ont été sélectionnés tandis qu’ils présentaient des capacités de lecture en dessous de la moyenne. Les chercheurs ont pu montrer que leurs taux sanguins en DHA et autres Oméga-3 étaient particulièrement bas et directement associés à leurs capacités cognitives et à leur comportement (lecture, mémoire, comportement oppositionnel). Les auteurs suggèrent ainsi que les bénéfices proclamés par d’autres études sur les acides gras Oméga-3 sur des conditions comme par exemple le ADHD (Attention deficit disorder) ou la dyslexie, pourraient également être applicables à la population générale en bonne santé et notamment aux enfants.


Dans l'étude de Lyon, le docteur Michel de Lorgeril a démontré les bénéfices du régime méditerranéen dans lequel il existe de nombreuses sources d’Oméga-3 et qui s'appuie sur une alimentation bio. L'espérance de vie dans la zone méditerranéenne est une des meilleures au monde. Elle est associée à la conservation d'une excellente qualité de vie qui s'explique en grande partie par une faible fréquence de maladies qui ailleurs peuvent décimer les populations ou les handicaper sévèrement : les maladies cardiovasculaires, les cancers, le diabète et l'obésité, les maladies inflammatoires chroniques (des os, des articulations, des systèmes digestif et neurologique) et les maladies neurologiques dégénératives du vieillissement comme la maladie d'Alzheimer. Le régime méditerranéen optimise les fonctions physiologiques, en particulier la fonction cognitive, et diminue de manière optimale les risques biologiques.

 

Le choix de l'eau de boisson conditionne la santé autant que celui de l'alimentation : une demi-heure après avoir bu un verre d'eau, tout le contenu est déjà intégré par le flot sanguin et les cellules. L'eau est l'élément essentiel à l'équilibre de notre corps. Plus elle sera pure, plus faciles et meilleures seront les deux fonctions qui constituent son principal rôle, celui de permettre le transport des aliments jusqu'aux cellules et l'évacuation des déchets vers les organes d'élimination. L'assimilation des vitamines et produits pharmaceutiques est nettement facilitée par l'eau douce qui facilite en outre la digestion des aliments. Le professeur Vincent a défini l'eau idéale grâce aux trois paramètres suivants : pH, résistivité et oxydoréduction (à condition que l'eau soit non polluée). Un individu en excellente santé a un pH de 7 alors que l'eau du robinet a un pH supérieur à 7. La résistivité représente en quelque sorte le facteur de pureté. La norme préconisée par le professeur Vincent est une résistivité supérieure à 6 000 ohms; or l'eau du robinet est souvent inférieure à 2 000 ohms. L'eau du robinet est oxydée. Il faut que notre sang soit réducteur (contraire d'oxydé) pour que l'organisme puisse assimiler les nutriments. Une filtration spécifique de l'eau destinée à la boisson permet d'obtenir une pureté et une saveur supérieures aux standards officiels de l'eau du robinet. L'osmose est une purification naturelle car elle se fait sans aucun produit chimique : un osmoseur fonctionne comme nos reins. Selon le professeur Henri Joyeux, cancérologue du système digestif : "on a pu démontrer que seule l'osmose garantit l'élimination des bactéries, métaux lourds, produits chimiques de synthèse, nitrates, haloformes...", c'est-à-dire de tous les polluants de l'eau : chlore, pesticides, résidus médicamenteux, calcaire, etc. L'eau que l'on obtient avec l'osmose, à partir de l'eau du robinet, a une haute résistivité et un pH légèrement acide. Elle est "aussi pure que si elle sortait d'une source naturelle" selon le docteur Catherine Kousmine, nutritionniste mondialement connue.

 

Préparons leur avenir


Avec une croissance continue et soutenue depuis le début des années 2000, la consommation de produits bio est devenue incontournable pour plus de la moitié des Français. La croissance de la filière bio continue de battre des records en France : aujourd'hui, plus de 9 Français sur 10 consomment bio au moins occasionnellement (contre 54 % en 2013). Un marché qui pesait 5,75 milliards d'euros en 2015, en hausse de 10 % par rapport à 2014. Les Français n’hésitent plus à écarter certains aliments de leur régime alimentaire : 64% l’ont déjà fait en raison de la présence d’additifs, 63% en raison de la teneur en sucre, en sel ou en matière grasse, 63% en raison de la présence de pesticides. Les Français déclarent consommer davantage de produits bons pour la santé (71%) et de produits régionaux ou vendus en circuits courts (70%).


L'unité de recherche SAD-APT (AgroParisTech/Inra) a étudié l'approche du maraîchage pratiqué par Perrine et Charles Hervé-Gruyer à la ferme du bec Hellouin, qui se révéle à la fois bénéfique pour l'environnement et très productive. Cette étude a démontré que 1 000 mètres carrés (10 ares, soit la taille d'un verger de particulier dans une ville moyenne) cultivés en maraîchage bio permaculturel selon la méthode de la Ferme du Bec Hellouin permettent de dégager un chiffre d'affaires de 32 000 à 50 800 euros pour une charge de travail de 1 400 à 2000 heures. Des millions de fermes dorment, partout, sur l'ensemble du territoire français, jusqu'au cœur des villes. Si une surface cultivée de l'ordre de 1 000 mètres carrés, comme au Bec Hellouin, permet de produire, toute l'année, l'équivalent de 60 à 80 paniers de fruits et légumes hebdomadaires, alors le moindre jardinet, la plus petite courette devient une ferme potentielle. Une pelouse de 200 mètres carrés, avec une bonne terre et un jardinier compétent, est susceptible de produire une douzaine de paniers hebdomadaires, et un balcon de 10 mètres carrés, presque d'un panier ! Les toitures plates représentent autant d'opportunités.


À Todmorden, le système local de nourriture s'est développé grâce aux Incroyables Comestibles, le tourisme potager a littéralement explosé et les incivilités et vandalismes en tout genre ont chuté de 18 %.

Voici la description que donnent Moreau et Daverne de leurs confrères jardiniers-maraîchers parisiens, dans la capitale bouleversée, tout au long du XIXe siècle, par de profonds mouvements sociaux : "Les maraîchers de Paris forment la classe de travailleurs la plus laborieuse, la plus constante, la plus paisible de toutes celles qui existent dans la capitale. Quelque dur, quelque pénible que soit son état, on ne voit jamais le maraîcher le quitter pour en prendre un autre. Les fils d'un maraîcher s'accoutument au travail, sous les yeux et à l'exemple de leur père, et presque tous s'établissent maraîchers. Les filles se marient rarement à un homme d'une autre profession que leur père. Quoique le métier soit très dur, le maraîcher s'y attache." Il faut rappeler qu'à cette époque le travail de 9 000 jardiniers-maraîchers suffisait à alimenter la capitale et à exporter même une partie de la production vers l'Angleterre.


Plus de 3 Français sur 4 se disent prêts à produire une partie de leur alimentation sous la forme d’un potager ou d’un poulailler par exemple (76%), les jeunes (25-34 ans) : 86%. Par ailleurs, 3 répondants sur 4 estiment qu’il est important d’encourager les Français à produire eux-mêmes une partie de leur alimentation (75%), 30% d’entre eux déclarant même qu’il s’agit d’une action très importante.


93 % des jardiniers estiment que le jardin est un moyen d'éducation pour les enfants.

Selon Perrine et Charles Hervé-Gruyer, demain, nos enfants devenus adultes pratiqueront probablement une pluriactivité : médecin, prof, plombier, kinésithérapeute ou esthéticienne trois jours par semaine, jardinier-maraîcher les autres jours.


MISE EN ŒUVRE :

Thèmes abordés en cours:

Réchauffement climatique, métier de climatologue.


Augmentation des GES (gaz à effets de serre). Émissions par secteurs, par pays. Agricultures et élevages conventionnels, raisonnés, biologiques et GES. Les enjeux climatiques.


La ressource en eau douce. Qualité de l'eau. Analyse de l'eau du robinet. Pollutions. Coût de l'eau. Qualité de l'air.


L'enquête de santé publique. Analyses de sang. Métier de biologiste. Maladies dues à la pollution de l'air, des sols, des eaux et à d'autres types de pollutions. IMC, obésité, alimentation et maladies de civilisation.

Gestion des déchets.


Prendre ses responsabilités. Conduite écologique. Ce qui est bon pour la planète et bon pour ma facture. 


Solutions :


Boire :
- filtrer l'eau par osmose inverse (Exemple : fontaine Ysio énergisante de la société Alphapole).

Se nourrir :
- adopter le régime méditerranéen (recettes méditerranéennes) à la maison et à la cantine, métier de cuisinier, de boulanger et de boucher bio, etc. Reconstruire les filières.
- cultiver son potager, métier de maraîcher (urbain en particulier), d'arboriculteur, d'apiculteur, d'éleveur, etc.


Se soigner par des méthodes douces :
- "Que ton aliment soit ton médicament", apithérapie, ostéopathie, méditation de pleine conscience, sophrologie, phytothérapie, métier de psychologue, zoothérapie, etc.

Trier les déchets et les valoriser :

- "Nos déchets sont nos ressources", métiers correspondants


Gérer son budget :
- métier de gestionnaire, d'entrepreneur, etc.

Construire et se déplacer de manière écologique.
Utiliser les énergies renouvelables.
L'écolonomie : produire sans détruire.



Gérard compte sur vous aujourd'hui

Gérard KIEFFER a besoin de votre aide pour sa pétition “M. le Ministre de l'éducation nationale : aidons nos enfants à retrouver confiance en leurs capacités”. Rejoignez Gérard et 26 signataires.