Secteur bi-collèges Moulin des Prés - George Sand : refus d'une expérimentation précipitée

Victoire confirmée

Secteur bi-collèges Moulin des Prés - George Sand : refus d'une expérimentation précipitée

Cette pétition a abouti avec 241 signatures !
Parents d'élèves du XIIIe a lancé cette pétition adressée à M. le Maire du XIIIe arrondissement de Paris

Monsieur le Maire,

Nous, parents d'élèves signataires de ce courrier,  tenons à vous affirmer notre refus d'un vote de parents qui permettrait la mise en place du projet de secteur multi-collèges concernant Moulin de Prés/George Sand pour la rentrée de septembre 2019.

Nous vous proposons par contre que, à votre initiative et sous votre contrôle, soit créé une comité de réflexion sur la mixité sociale au sein des collèges du 13ème arrondissement. Ce comité pourrait être composé d'enseignants volontaires, de parents volontaires, d'élus du 13ème arrondissement. Il pourrait mener une réflexion de fond sur la manière de faire évoluer la mixité sociale au sein des collèges du 13ème et être une instance de propositions dans les années à venir sur ce sujet.

Les raisons de notre refus du vote pour une éventuelle mise en place en septembre 2019 sont les suivantes :

a ) Le dispositif de secteur multi-collèges vient tout juste d'être expérimenté dans le 18ème arrondissement, avec une mise en place il y a un an seulement. Il nous paraît fondamental de laisser cette expérimentation se dérouler sur une cohorte d'élèves (soit 4 ans ) afin d'en mesurer les effets dans la durée. En effet, les premiers constats montrent que, même si en 2017/2018, cela a apporté un peu plus de mixité à l’échelle des 2 collèges, dès cette rentrée de septembre 2018, le taux d'évitement a atteint 41 % ( 30% dans le privé, 11% dans le public hors secteur, un chiffre jamais atteint lorsque les 2 collèges étaient séparés). Ainsi, dès la 2ème année, le dispositif a eu un effet inverse de celui souhaité.

b ) Pour apporter de la mixité sociale dans les établissements scolaires, il existe 3 procédés : la resectorisation (procédé qui existe depuis plusieurs années et qui a montré son efficacité), le secteur multi-collèges (mais il n'a pas encore prouvé, loin de là, une quelconque efficacité) et le dispositif "Tous mobilisés" où la mairie et le rectorat mettent des moyens considérables (sur le bâti, les moyens humains ...) dans un collège pour en renforcer l’attractivité.

Attardons-nous sur la resectorisation. Elle  permet, de manière progressive, en modifiant les secteurs scolaires d'un collège, d'apporter réellement de la mixité sociale au sein des établissements. Or, cette resectorisation a déjà eu lieu pour Moulin des Prés et George Sand ! En effet, il y a 2 ans, une modification de secteur entre Georges Braque et Moulin des Prés a eu lieu apportant à Moulin des Prés beaucoup d'élèves du secteur Glacière avec une majorité de CSP défavorisées. Dans la continuité, l'année dernière, une modification de secteur entre Moulin et Sand, concernant principalement des CSP favorisées de Providence, a permis de rééquilibrer encore les choses entre Moulin et Sand. Les 2 collèges se sont fortement rapprochés en terme de CSP. Ce processus de modification progressive de secteur est une méthode qui a fait ses preuves depuis longtemps dans plusieurs établissements secondaires et primaires  sans changer brutalement des cohortes entières d'élèves en cours de scolarité. Il semble donc primordial d’attendre que la resectorisation fasse son oeuvre sur une cohorte d’élève, avant de lancer une nouvelle expérimentation du type secteur multi-collèges.

c ) Les facteurs de réussite scolaire ne se résument pas à la mixité sociale dans les établissements. La mixité sociale est importante et nous y sommes tous attachés, mais ce n'est, de loin,  pas le seul facteur de réussite pour les élèves. Il y en a d'autres, très importants. Nous pourrions citer la confiance des élèves dans leur établissement : les liens se tissent tout au long de la scolarité de l'élève avec ses professeurs, l'équipe dirigeante, les lieux...La confiance est un maître mot de la réussite scolaire et elle naît de la continuité et de la cohérence. La 6ème est par exemple appelée depuis longtemps "cycle d'adaptation", ce qui est lourd de sens : les élèves doivent s'adapter à un nouvel établissement avec un fonctionnement tout nouveau pour eux. C'est là surtout que se trouve l'enjeu pour l'élève de 6ème, plus que le contenu des apprentissages qui restent dans la continuité de ce qu'il a fait en CM2. En 3ème, les élèves préparent le brevet, premier examen de leur"carrière" d'élève : ils ont besoin de cette confiance acquise au fil des 3 premières années dans leur établissement pour réussir au mieux ce moment de leur vie. Un autre facteur de réussite scolaire réside dans la possibilité pour les équipes des établissements  d'avoir du temps et des moyens afin de mettre en oeuvre des projets valorisants, motivants, des dispositifs d'aide aux élèves, de la communication avec les familles …

Ainsi, avec le procédé du secteur multi-collèges, sous le prétexte d'introduire de la mixité sociale, on détruit beaucoup d'autres facteurs de réussite scolaire par un projet brutal pour les élèves, les équipes enseignantes et les parents et qui, rapidement, comme cela est le cas à Berlioz/Coysevox, aura l'effet contraire que celui voulu initialement. Il y a, nous venons de le dire plus haut,  d'autres moyens d'atteindre réellement la mixité sociale sans que soient sacrifiés un certain nombre d'élèves.

d ) Le dispositif de secteur multi-collèges nécessite, avant tout, une adhésion des équipes pédagogiques chargée de mettre en oeuvre le projet. Or ce n'est pas le cas pour l'équipe de Moulin des Prés qui a développé, de son côté, des arguments objectifs et probants contre ce projet. Et il n'en emporte pas l'adhésion non plus de l'équipe de George Sand qui montre des réticences fort justifiées également. Il est à cet égard important de s'attarder sur les chiffres de CSP défavorisées de Sand : 30,8% de CSP défavorisées dans le collège alors qu'il n'y en a que 22,2% dans le secteur. Cela signifie que le collège George Sand accueille près de 9%, soit l'équivalent d'une classe entière, d'élèves de CSP défavorisées hors secteur, parce que ces élèves ont été exclus de leurs collèges et sont affectés par le rectorat à Sand ! Ne pourrait-on pas commencer, pour réduire l'écart de CSP entre les 2 établissements, par ne plus mettre à Sand ces élèves hors secteur ? En outre, George Sand réclame depuis des années des moyens supplémentaires qui lui sont systématiquement refusés, mais qu’on lui promet désormais l’an prochain si jamais un secteur bi-collège était mis en place. En donnant à George Sand les moyens qu’ils réclament et en arrêtant d’y concentrer des affectations d’élèves hors secteurs de CSP défavorisées, nul doute que l’écart de mixité sociale et d’attractivité entre les deux collèges disparaîtrait très vite.

e ) Le collège George Sand verra sa direction renouvelée l’an prochain : comment peut-on imaginer la mise en place d’une telle expérimentation qui demande l’implication maximale de tous, à commencer par la direction de chaque collège, se dérouler dans de bonnes conditions avec un changement de Principal au beau milieu de la mise en place du dispositif ?

f ) Un tel projet est complexe à mettre en oeuvre : de très nombreuses questions restent en suspens. Pérennité des classes ULIS, sections sportives, projets d’établissement, moyens etc… Sur chacun de ces points, la réponse du Rectorat est que des moyens seront mis en oeuvre pour garantir le maintien de tous les dispositifs et projets des deux établissements, et leur élargissement aux deux établissements. Cette réponse de principe est évidemment insuffisante. Les parents ont besoin de réponses et d’éléments concrets sur chacun de ces points, afin de pouvoir se prononcer non pas sur un principe général, mais sur un projet concret et détaillé, avec des engagements précis et réalistes établis en concertation avec les équipes pédagogiques locales en charge de les mener. Nul doute qu’il ne sera pas possible d’apporter des réponses suffisantes si on précipite le vote d’ici janvier. En outre, les parents sont assez décontenancés d’entendre que des moyens importants peuvent être débloqués dans l’urgence pour permettre la mise en place de cette expérimentation, quand leurs demandes répétées depuis des années sont systématiquement ignorées par le Rectorat. Nous voudrions donc savoir si les moyens promis par le Rectorat pour permettre une meilleure mixité sociale dans le cadre d’une hypothétique mise en place d’un secteur bi-collège, resteraient également disponibles pour renforcer l’attractivité de George Sand si le projet était rejeté car jugé inadapté à notre situation ? Si ce n’était pas le cas, les parents pourraient légitimement s’interroger sur la réalité des objectifs visés.

g ) La dernière raison concerne la difficulté extrême de mise en place du vote lui-même : s'il y avait vote, qui aurait le droit de vote dans les écoles élémentaires par exemple (quels niveaux de classe?  De plus, dans certaines écoles qui n'envoient que quelques élèves à Moulin ou Sand, il paraît inconcevable que tous les parents puissent participer au vote ; par exemple, les parents de Providence qui envoient leurs enfants à Braque n'ont aucune raison de participer au vote… Et donc, comment être sûr que seuls ceux qui seraient impactés voteraient ...), qui contrôlerait les opérations de vote, qui s'assurerait du bon déroulement du dépouillement, comment matériellement ce vote serait-il organisé, quelles questions seraient posées, comment et par quel biais chaque famille serait informée précisément de la totalité du projet  et de toutes ses conséquences potentielles, comment seraient pris en compte les résultats … Nous sommes par ailleurs totalement opposé à une consultation dans laquelle les parents seraient amenés à se prononcer sur 3 possibilités comme cela fut évoqué lors de la réunion du 14 novembre (“Oui en septembre”, “Poursuivre la réflexion”, “Non définitif”), qui ne pourrait qu’aboutir à un résultat illisible et dont chacun pourrait se prévaloir pour appeler au maintien ou à l’abandon du projet. En effet, si par exemple le “Oui en septembre” obtenait 40% des voix, et chacun des deux autres choix obtenaient 30% des suffrages, les partisans du oui pourraient arguer que leur proposition est en tête et a obtenu la majorité (relative), alors que les opposants à la mise en place en septembre argueraient qu’une majorité de parents se sont prononcé contre la mise en place en septembre. Autant de questions et d'incertitudes qui ne plaident absolument pas pour l'organisation précipitée d'un vote.


La réussite scolaire de tous les élèves est le souhait de tous : enseignants, parents, élus, services du rectorat, nous en sommes persuadés. Mais pour l'atteindre, il faut absolument s'interdire d'agir avec précipitation, sans se donner du temps pour la réflexion et l'évaluation des dispositifs proposés.

Ainsi, nous réaffirmons notre refus d'un vote qui pourrait aboutir à une mise en place d'un secteur multi-collège Sand/Moulin dès la prochaine rentrée de septembre 2019 et vous proposons la création d'un comité de réflexion sur la mixité sociale dans les collèges de l'arrondissement.

 

Parents d'élèves des écoles et collèges des secteurs Moulin des Prés et George Sand
 

 

Victoire confirmée

Cette pétition a abouti avec 241 signatures !

Partagez cette pétition