100 000 enfants à la porte de l'école : M. Blanquer acceptez nos 6 demandes urgentes

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Nous, C'est Slavi, Loana, Saifoulaye, Ana.

Avec d’autres jeunes et enfants nous avons créé le collectif #EcolePourTous.

Nous habitons en squats, en bidonvilles, dans des hôtels sociaux, nous sommes des mineurs isolés étrangers, des jeunes majeurs, ou des enfants de la communauté des « Gens  du voyage ». Nous sommes Français, Bulgares, Guinéens...

Ce que nous avons en commun c’est  de rencontrer des obstacles inacceptables pour accéder, rester et réussir à l’école de la République Française

Nous sommes 100 000 dans cette situation.

Nous nous sommes rencontrés, encouragés, organisés, pour faire savoir à l’école républicaine qu’elle nous a oubliés.  Aujourd’hui nous sommes déterminés à lever ces obstacles pour qu’aucun des enfants qui nous suivent et nous ressemblent ne soit plus privé de l’universel droit de rêver.

Nous lançons cette pétition et notre Vidéo-Clip HIP HOP de l'"Hymne à l'Ecole Pour Tous" parce que nous avons besoin de vous, de votre soutien, de votre action. Tous ensemble, exigeons que  le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer mette en œuvre les 6 mesures urgentes que nous avons imaginées (voir plus bas).

Moi, Slavi, j’ai 14 ans, je suis bulgare. Je suis arrivé en France à l’âge de 5 ans avec mes parents. On s’est retrouvés dans un bidonville à Bobigny. On est allés à la mairie pour m’inscrire à l’école. Mais c’était pas possible. Pas de domiciliation légale. Il a fallu l’intervention de la directrice d’une l’école pour que 1 an après je puisse commencer ma scolarité. Puis le bidonville a brûlé. Dans les flammes j’ai perdu ma meilleure amie, Melissa, elle avait 7 ans. Puis on a été expulsés du bidonville. Comment on peut étudier quand on se retrouve à la rue tous les 3 mois ? J’ai habité avec mes parents dans une voiture à côté de l’école pour continuer d’apprendre. Aujourd’hui je suis en 4ème et j’ai intégré la brigade des jeunes sapeurs pompiers de Paris.

Moi c’est Loana, j’ai 16 ans. Je suis française. Je fais partie de la « communauté des Gens du voyage ».  Pourtant j’ai jamais voyagé. Je vis dans une caravane sur une « aire d’accueil », dans la banlieue de Lille, au milieu de plusieurs usines et d’une autoroute qui cause à nos familles des graves problèmes de santé. Nous l’école elle nous a abandonnés. Mon père ne sait pas lire, ma mère ne sait pas lire. Moi, à l’école depuis que je suis petite je me suis jamais sentie à ma place.  Les autres enfants nous traitent de « gitan » et beaucoup d’entre nous sont mis au fond de la classe avec un papier pour dessiner pendant que les autres apprennent à lire, à écrire et à compter. Aujourd’hui je suis volontaire en "service civique" dans une épicerie solidaire

Moi, Saifoulaye,  je suis arrivé en France à 15 ans, tout seul. J’ai quitté la Guinée. Ça a  été très dur, j’ai connu l’enfer en Lybie, la traversée de la Méditerranée. Beaucoup de ceux qui étaient avec moi ne sont jamais arrivés. Quand j’ai montré mes papiers à la « Protection de l’enfance », ils ont dénié que j’étais mineur. J’ai donc vécu 7 mois sous un pont, à Créteil, au milieu de nouveaux dangers. Je suis tombé gravement malade. Un citoyen français m’a hébergé chez lui, il m’a offert ce que la "Protection de l’enfance" m’avait injustement refusé. Aujourd’hui, je suis chez les « Compagnons du devoir » où j’apprends le métier  de forgeron. J’ai le projet de monter ma propre société.

Moi, Ana, j’ai 17 ans, je suis arrivée en France il y 2 ans. J’ai quitté la Roumanie avec ma mère pour avoir une vie meilleure en France. Aujourd’hui, je vis dans un bidonville dans le sud de Paris. Dés mon arrivée, j’ai voulu m’inscrire au Lycée. Mais ce n’était pas possible car je n’avais pas de domicile légal. J’ai perdu un an. C’était incompréhensible pour moi de vouloir aller à l’école et d’en être empêchée pour des raisons que je ne comprenais pas. Je me suis sentie exclue, frustrée et humiliée. Aujourd’hui, j’ai rattrapé mon retard et je veux devenir assistance sociale.

Nous, porte-paroles des 100 000 oubliés de l'école de la République demandons à M. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation d'user de tous les moyens en son pouvoir pour garantir :

  1. La publication du décret d’application de l’article 16 de la loi "pour école de la confiance", relatif à la simplification des pièces d’inscription scolaire,  pour qu’aucun maire ne puisse plus refuser l’accès à l’école d’un enfant au prétexte qu’il habite dans un bidonville, un squat, dans une voiture, ou à la rue
  2. Le développement de la médiation scolaire pour que le lien de confiance entre l’école et ceux d’entre nous qui en sont le plus éloignés soit créé ou renforcé
  3. L’instauration d’une "trêve scolaire" pour qu’aucun enfant ne soit expulsé pendant l’année scolaire de son lieu de vie qu’il soit, un bidonville, un squat, une aire d’accueil, un foyer pour mineur...
  4. La présomption de minorité pour qu’aucun jeune mineur isolé n’ait à attendre à la porte de l’école pendant l’évaluation administrative de son âge
  5. La systématisation du  contrat jeune majeur pour qu’aucun d’entre nous ne soit forcé de quitter l’école à l’âge de 18 ans
  6. L’adaptation des plans de lutte contre le racisme à nos réalités pour qu’aucun enfant n’abandonne l'école en raison du harcèlement raciste

Parce que  la République française a fait la promesse universelle dans sa Constitution de garantir l’égal accès de l’enfant à l’instruction

Parce que c’est un devoir de l’État d’après la Constitution

Parce que c’est la première priorité nationale d’après le Code de l’éducation

Notre droit à l'école n'est pas négociable ! École Pour un ? #EcolePourTous

 

 

 

 

 

 

 

 



Le Collectif #EcolePourTous compte sur vous aujourd'hui

Le Collectif #EcolePourTous a besoin de votre aide pour sa pétition “M. Jean-Michel Blanquer (Ministre de l'Eduction Nationale): 100 000 enfants à la porte de l'école : M. Blanquer acceptez nos 6 demandes urgentes”. Rejoignez Le Collectif #EcolePourTous et 852 signataires.