Contre le projet de réforme de la filière STI2D au lycée

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Monsieur le Ministre,

En tant qu'enseignants de S.I.I (Sciences Industrielles de l'Ingénieur), les projets de réforme de la filière STI2D nous interpellent.

Travaillant avec des jeunes de la voie technologique en STI2D, nous savons que cette voie contribue à leur réussite. Raccrocher des jeunes souvent en difficulté après le collège et/ou une seconde difficile et les amener dans de bonnes conditions vers l'enseignement supérieur, c'est ce que nous faisons tous les jours et nous en sommes fiers.

La voie technologique permet aux jeunes à partir de mise en situation concrètes de trouver du sens aux enseignements puis de conceptualiser. La réforme de 2011 avait déjà considérablement bouleversé cette façon d'enseigner. Nous pensions néanmoins avoir trouvé un équilibre pédagogique profitable aux élèves. Les résultats au baccalauréat et la progression des effectifs confirment ce constat.

Tous les discours politiques actuels s'accordent sur une nécessaire ré-industrialisation du tissu économique Français. Le projet de réforme des épreuves du futur bac technologique nous laisse à penser que les enseignements de spécialité concernant les sciences industrielles seront réduits à la portion congrue. En effet, toutes les spécialités seraient fusionnées en classe de première. En outre, un élève de terminale STI2D n'aurait plus que 12h d'enseignement technologique au lieu de 14h actuellement. Pour la classe de seconde les enseignements d'exploration (EDE) disparaîtraient, les deux options CIT (Création et Innovation Technologique) et SI (Sciences de l'ingénieur) deviendraient facultatives, sans compter le fait qu'un élève ne pourra en choisir qu'une seule parmi les deux. Comment dans ces conditions (1h30 hebdomadaire) pourra-t-on donner le goût de la technologie à nos élèves ? Comment pourra-t-on attirer des jeunes vers ces domaines en ne leur proposant qu'un saupoudrage des nouvelles technologies présentes dans l'industrie ? Les industriels rencontrés insistent sur la nécessité d'une formation technologique de base solide qui permette à leurs futurs collaborateurs de pouvoir se former tout au long de leur carrière professionnelle. Réduire ce socle de connaissances technologiques à quelques heures d'enseignement par semaine ne permettra jamais aux élèves d'accéder sereinement à des poursuites d'études dans les domaines des sciences industrielles.

Nos jeunes sont issus de toutes les catégories sociales, la voie technologique est le reflet de la société française. Des élèves qui prennent plaisir à apprendre « autrement », qui s'épanouissent au travers de la réalisation de projets, tout ce qui malheureusement n'apparaît plus dans vos propositions. Ce sont évidemment des façons d'enseigner en apparence coûteuses en terme de matériel et de moyens humains mais les jeunes sont l'avenir de notre pays et nous nous devons de faire l'effort de les former à affronter les défis de demain !

En tant qu'enseignants, la réforme de la voie technologique en 2011, menée « à la hussarde » par un de vos prédécesseurs, nous a déjà durement impactés. La négation de nos compétences traduite par un ré-étiquetage brutal de nos disciplines de recrutement, simultanément avec l'apparition de « nouvelles matières » a été violente. Nous avons été malmenés, peu soutenus. Nous avons encaissé. Nous connaissons tous des collègues en situation de mal être au travail. Ce que vous proposez pourraient amplifier ces phénomènes, nous espérons que vous en tiendrez compte dans vos décisions.

Nous prenons acte de votre volonté affichée de « redonner du sens au bac et de mieux préparer les jeunes à l'enseignement supérieur ». En tant que professionnels de terrain, nous pensons, monsieur le Ministre, que vos propositions vont à l'encontre de cet objectif et qu'il est de notre devoir de vous alerter sur les conséquences.

Nous sommes peu nombreux, au service d'une voie technologique peu connue médiatiquement. Nous avons le sentiment de son étranglement. Pour nous c'est un véritable gâchis !

Monsieur le Ministre il est encore temps de revenir sur ces orientations !

 

 



Les professeurs de S.I.I (Sciences Industrielles de l'Ingénieur) compte sur vous aujourd'hui

Les professeurs de S.I.I (Sciences Industrielles de l'Ingénieur) a besoin de votre aide pour sa pétition “M. Jean-Michel BLANQUER Ministre de l'Éducation Nationale : Contre le projet de réforme de la filière STI2D au lycée”. Rejoignez Les professeurs de S.I.I (Sciences Industrielles de l'Ingénieur) et 8 signataires.