Empêchons la destruction de la forêt du Madrillet

Empêchons la destruction de la forêt du Madrillet

0 a signé. Prochain objectif : 10 000 !

Maryse VILLIER
Maryse VILLIER a signé la pétition

La forêt du Madrillet est menacée par un projet d'extension du technopole rouennais appelé "Rouen Madrillet Innovation" visant à installer des entreprises de recherche et à favoriser "les écotechnologies".
La forêt a déjà été attaquée par la construction de la rocade Rouen Sud en 2009, malgré les lois de protection de 2007.
Plus de 60 hectares de forêt et de landes vont alors être abattues et bétonnées, avec un prétexte de transition écologique et de développement durable. Nous le répétons encore une fois, la transition écologique, ce n’est pas détruire des parcelles de forêt et leur écosystème.


C’est un scandale écologique local : faire passer un tel projet en dédiant comme objectif "la transition écologique et l'éco-construction". Déforester et bétonner un espace vert abritant des espèces végétales et animales protégées, est-ce un vrai moyen d’aller vers la transition écologique ?


Les villes de Saint Étienne et de Petit-Couronne ainsi que la Métropole Rouen Normandie ont fait le choix d'accepter et de soutenir le projet dans sa globalité. Pourtant, ce projet écocide nous vient encore une fois d'un autre âge. La première autorisation de défrichement a en effet été signée en 2006 par l'Agglo de Rouen alors présidée par M. Laurent Fabius. Cette autorisation a été depuis prorogée 2 fois, en 2011 et en 2016, devant l'insistance des investisseurs et des soutiens du projet à faire perdurer des principes d'aménagement dépassés et inacceptables dans le contexte économique et écologique que nous connaissons aujourd'hui. 
Les nombres divergent, le site de la métropole annonce un espace aménagé de 150 hectares, alors que celui de Saint Étienne du Rouvray parle de 200 hectares. Néanmoins, la destruction de dizaines d'hectares de forêts de feuillus, de forêts mixtes, et d'habitats naturels rares dans la zone est bel et bien programmée à court terme.


Et pourtant, aucune étude d'impact environnemental n'a été réalisée. La législation française permet en effet aux projets immobiliers d'une surface inférieure à 4Ha de bénéficier d'une dérogation aux études d'impact. Les porteurs de l'un des projets d'aménagements de la zone, portant sur 25Ha et cité dans cet article (rouendanslarue) ont ainsi obtenu le 17 janvier 2019 l'autorisation de la Préfecture de Seine Maritime les autorisant à détruire cette surface discrètement, en mettant seulement en place les mesures de compensation qu'ils auront décidé en concertation avec les pouvoirs publics. Cette absence d'inventaire et d'évaluation de la richesse écologique du site et des impacts de sa destruction est tout simplement scandaleuse.
 
Cette forêt, en plus d’accueillir des promeneurs, des coureurs, ou simplement des familles qui profitent d'une nature accessible pour les quartiers populaires alentours, abrite de nombreuses espèces animales et végétales. Parmi elles, le lézard des souches, une espèce qui vit dans les « silicicoles », une zone sableuse avec de la végétation. De toute la Seine Maritime, ce lézard ne subsiste que dans la forêt du Rouvray. Ce lézard verra de nouveau son habitat grignoté par l’activité humaine.


Valoriser des entreprises en les nommant faussement « écolos », mêmes si elles détruisent des écosystèmes : cette technique est malheureusement bien connue : on l’appelle le greenwashing.
La déforestation est cachée par le mot "écotechnologies" et les ”écoconstructions” promises avec le projet.
Malheureusement, il semblerait que le béton ne filtre pas l'air comme les forêts peuvent le faire. Décidément, les sièges rouennais ont décidé de nous asphyxier. 
 
Le massacre a déjà assez duré, il est temps d’agir.


En signant cette pétition, tu peux toi aussi agir et  montrer à nos autorités que nous sommes contre le greenwashing, les dépenses d'argent public pour des projets vides de sens, la coupe des arbres, la destruction de nos forêts et de leurs écosystèmes, la disparition des lézards, et autres espèces vivantes avec lesquelles nous partageons cette planète...


Tu peux nous aider à protéger la vie et le patrimoine naturel normand. 

Si rien n'est fait, plus de 60 hectares de forêt disparaîtront.


Nous demandons un arrêt total de toute opération de défrichement ou d'aménagement, particulièrement dans la période de dé-confinement à venir, dans l'attente d'explications publiques sur ce projet, et de la tenue de véritables études d'impact environnementales.