Pétition fermée
Adressée à Premier Ministre Abe Shinzo et 2 autres

Libérez nos camarades arrêtés lors des manifestations pacifistes le 16 septembre 2015 devant le Parlement japonais

Nous demandons la libération immédiate de nos six camarades, détenus depuis leur arrestation devant le Parlement japonais le 16 septembre 2015, lors de manifestations pacifistes contre les nouvelles lois de défense japonaises.

Grâce à l’adoption de nouvelles lois sécuritaires ce 19 septembre, le Japon peut désormais contourner sa constitution afin de prendre part à des guerres offensives aux cotés de pays alliés. Ces lois sont l'objet d'une forte opposition car elles remettent en cause la Constitution pacifiste du pays, entrée en vigueur en 1947 et par laquelle le Japon renonce pour toujours à la guerre. Après avoir été votées en procédure expéditive le 15 juillet, ces nouvelles lois devaient passer devant le Sénat. Si la ratification par le Sénat se passait dans les 60 jours après le 15 juillet, le gouvernement Abe était obligé de refaire voter la loi en séance plénière de la Diete, auquel cas, ne pouvant obtenir les 2/3 des voix nécessaires la loi risquait de tomber à l'eau... Pour contrer la mobilisation grandissante, et malgré les efforts de l'opposition encouragés par la foule immense descendue dans la rue, le gouvernement a donc fait passer la loi en force, contournant les procédures démocratiques et générant une empoignade générale au Sénat le 17 septembre: la séance écourtée, entrent en salle le Premier Ministre Abe, son ministre de la défense, et le président de la commission qui, dans l'incroyable cacophonie qui suit, aurait apparemment annoncé que la loi était d'ores et déjà votée. Désormais il n'existe même plus de cadre démocratique au Japon.

Au même moment, 35000 personnes manifestaient contre ces "lois pour la guerre", assiégeant le parlement devant lequel un impressionnant et inquiétant déploiement policier avait été mis en place pour le maintien de l'ordre. Le 16 septembre, 13 manifestants ont été arrêtés pour entrave au travail des policiers. En effet, la police bloquant l'accès à la chaussée par ses gros camions bleus, barrières de métal, et ses agents, la foule protestataire qui affluait des sorties de métro par milliers ne pouvait que déborder du trottoir. Sur les 13 manifestants arrêtés, 6 sont toujours détenus et subissent des interrogatoires violents, légitimés par de fausses accusations et accompagnés de passages à tabac. L'un d'eux est malade et blessé, mais au lieu de la visite médicale qui doit légalement lui être accordée, la police le menace d'un nouvel interrogatoire forcé. Un autre refuse de consentir à ces interrogatoires et a été enfermé dans une "cellule de protection" qui n'est autre qu'un lieu de maltraitance où des "accidents" causant la mort de détenus sont déjà survenus dans le passé. A l'intérieur comme à l'extérieur du Parlement, le gouvernement Abe use de la force pour étouffer l'opposition.

Nous dénonçons la répression abusive des services de l'ordre japonais contre les manifestants, ainsi que les arrestations arbitraires de cette semaine de septembre 2015. Nous exigeons la libération immédiate de tous nos camarades arrêtés pour avoir osé manifester contre la fin du pacifisme et des institutions démocratiques au Japon.

Cette pétition a été remise à:
  • Premier Ministre
    Abe Shinzo
  • Département de la Police Métropolitaine de Tokyo
  • Ambassadeur du Japon à Paris
    Yoichi Suzuki


    Sledge Handlewedges a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 98 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




    Handlewedges compte sur vous aujourd'hui

    Sledge Handlewedges a besoin de votre aide pour sa pétition “Libérez nos six camarades, détenus par la police japonaise depuis leur arrestation devant le Parlement le 16 septembre 2015 lors des manifestations pacifistes contre les nouvelles lois de défense japonaises !”. Rejoignez Handlewedges et 97 signataires.