Pour la réouverture des établissements d'enseignement artistique

Pour la réouverture des établissements d'enseignement artistique

0 a signé. Prochain objectif : 10 000 !
Quand elle atteindra 10 000 signatures, cette pétition aura plus de chance de recevoir de l'attention de la part du décisionnaire !

Michel VENTULA a lancé cette pétition adressée à Lettre ouverte à Monsieur le président de la République et à

Monsieur Emmanuel MACRON

Président de la République

Palais de l'Elysée

55, rue du Faubourg Saint Honoré

75008 - Paris.

 


                             Monsieur le Président, 

                           Au fil des mois de la pandémie qui frappe notre pays et le reste du monde,nombre d'activités, notamment culturelles, sont à l'arrêt. C'est notamment le cas des établissements d'enseignement artistique, publics ou parapublics. Or, les conservatoires et les écoles de musique ne sont pas que des activités de loisirs. Ils constituent, grâce à l'effort conjugué et constant de l'Etat et des collectivités, un formidable réseau de service public permettant à tout habitant d'une métropole ou en milieu rural, d'accéder à un apprentissage artistique de qualité. 

                        Malgré les efforts argumentés de notre Ministère de la Culture, il a été impossible jusqu'à présent de faire considérer ces apprentissages autrement que comme "non essentiels". Pourtant, les divers employeurs ont fait des efforts considérables pour accueillir dans de bonnes conditions sanitaires les élèves. L'accueil des seuls élèves scolarisés dans les classes à horaires aménagés, sous prétexte que c'est pendant le temps scolaire, est pour nous injuste et incohérent. Il eut été par exemple naturel d'accueillir l'ensemble des élèves mineurs du 1er cycle dès le 26 avril, par homonymie avec les élèves du primaire de l'Education Nationale, comme il serait tout aussi naturel de reprendre avec l'ensemble des élèves mineurs dès le 3 mai, alors que les collégiens et les lycéens seront accueillis avec des jauges qui correspondent, la plupart du temps, à celles de nos cours collectifs. Quant aux élèves adultes, sacrifiés depuis le début de la pandémie, leur pratique, considérée comme encore plus "amateur", est toujours repoussée. Pourtant, leur présence est très souvent, dans les petites structures, un moteur essentiel, tant pour eux que pour les activités de diffusion sur leur territoire, sans parler des conséquences économiques.

                         En effet, cette longue période de "stop and go" dans les apprentissages artistiques ( la danse tantôt considérée par décret comme activité artistique autorisée, puis comme activité sportive interdite!) induit des conséquences économiques et sociales à moyen et long terme. Les élèves, fatigués d'un enseignement à distance non compatible avec les enseignements artistiques, démissionnent et trop d'entre eux ne reprendront pas! Nombre de nos collègues, contractuels et en situation de précarité, ne seront pas repris en septembre. Or, le chômage partiel n'existe pas dans la Fonction publique!

                  Pour toutes ces raisons, nous nous demandons de veiller à la réouverture rapide de l'ensemble des activités des établissements d'enseignement artistique, dans le respect des contraintes sanitaires adaptées à ces activités comme elles le sont au sein des structures de diffusion ( symphonique, lyrique, chorégraphique, théâtre) qui, depuis des mois, ont repris pour des répétitions ou des spectacles diffusés sur différents supports numériques.

                 Vous remerciant par avance de la bienveillante attention portée à ce courrier, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l'expression de notre haute considération

                                                       Michel VENTULA

                                         Secrétaire Général du SNEA-UNSA

0 a signé. Prochain objectif : 10 000 !
Quand elle atteindra 10 000 signatures, cette pétition aura plus de chance de recevoir de l'attention de la part du décisionnaire !