Non à la mise à mort de la liberté d'expression dans le monde de l'Éducation!

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Non à l’article 1, projet de loi « Pour une École de la confiance » !

Nous avons dû nous taire trop souvent, nous ne saurions cautionner cela plus longtemps!

La liberté d’expression est garantie à tous les citoyens par la Constitution, pourquoi en serait-il autrement pour le personnel éducatif?

En effet, cet article de loi a pour objectif d’inscrire légalement une obligation de réserve jusque là absente de la législation. Ainsi, il serait alors permis légalement d'attribuer des sanctions et autres mesures disciplinaires au personnel de l’Éducation. Et ce, en les jugeant coupables de « manquement d'exemplarité » et de «faits portant atteinte à la réputation du service public ». Le choix de ces expressions volontairement floues permettent ainsi d'y inclure toutes critiques envers notre ministère et ses décisions.

C'est un véritable climat de confiance qui doit s'instaurer entre les enseignants et leur hiérarchie et non un sentiment de soumission et d'oppression.

A ceux qui ne connaissent pas encore l'impact de cette loi sur notre profession, nous vous invitions à lire cet article du Café Pédagogique qui a su parfaitement nous alerter sur les petites lignes se cachant derrière l'article 1. http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2018/12/12122018Article636801966942543096.aspx

Après #pasdevagues, après nos collègues « enseignants-désobéisseurs », « les Résistants » sanctionnés en commissions disciplinaires pour "manquement au devoir de réserve" et "incitation à la désobéissance collective" en 2009,
après la convocation de notre collègue pour un rappel à son devoir de réserve (inexistant dans les textes), et ce pour avoir critiqué l'allocution du président de la République, et enfin, après les premiers rappels à l'ordre de nos membres Stylos Rouges par leur hiérarchie... jusqu'où l' État pourra-t-il aller une fois cet article 1 de la loi «Pour une École de la confiance» définitivement acté ?

Souhaitons ne jamais avoir à le découvrir : signons CONTRE l'article 1 et POUR une véritable école de la confiance! 

 


Voulez-vous partager la pétition ?