Ajoutez le Ramadanisme au DSM !

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Nous, musulmans et non-musulmans, demandons à ce que le Ramadanisme soit considéré non plus comme un simple problème psychologique personnel, mais bien comme une maladie mentale à part entière et face à ce titre son entrée dans le DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux). En effet, l’évolution de l’affaire Ramadan a permis de constater que les partisans de Tariq Ramadan présentent presque tous les symptômes suivants :

1/ Agressivité incontrôlée

Exemple : les ramadanistes s'en prennent aux présumées victimes de la façon la plus violente et grossière.

2/ Chute brutale et inquiétante du quotient intellectuel

Exemple : un ramadaniste pense que les sionistes ont créé un robot, sosie de Tariq Ramadan, et que c’est ce robot qui a violé les présumées victimes, qui n'en seraient pas moins des menteuses.

3/ Paranoïa aiguë et délirante sur fond de victimisation

Exemple : les ramadanistes s’imaginent que si les enquêteurs examinent les plaintes des présumées victimes, faisant ainsi leur travail, c’est par « islamophobie ».

4/ Solidarité primaire et tribale...

...à l’égard de Tariq Ramadan perçu comme un « frère », voire comme le « prophète Yusuf », sous prétexte que ledit Tariq Ramadan revendique l’étiquette de « musulman ».

5/ Absence totale de compassion et haine gratuite...

...à l’égard des présumées victimes, qui ne sont PAS perçues comme des « soeurs », quoiqu’elles revendiquent elles aussi le titre de « musulmanes ».

5/ Discours incohérent

Recours rhétorique à la charia (fantasmée) : « il faut quatre témoins... », accompagné simultanément et paradoxalement d’un recours rhétorique à la loi française : « C’est sa vie privée... »

6/ Coprolalie

Langage ordurier à caractère sexuel dirigé contre toute personne qui ne partage pas leur enthousiasme inconditionnel pour le « professeur Tariq Ramadan ».

7/ Instrumentalisation...

de la religion musulmane (versets du Coran, hadiths) et de ses symboles (Kaba ou ville de Médine en arrière-plan) pour légitimer aux yeux des musulmans dubitatifs leur « combat » pour la libération du sieur Tariq Ramadan.

8/ Incapacité...

.. à raisonner logiquement sur tout ce qui touche à l’affaire Ramadan.

9/ Culte de la personnalité

« Tariq Ramadan n’est ni un ange, ni un prophète, mais... »

10/ Hallucination collective

Les ramadanistes voient dans un individu accusé de viol et violences un prisonnier politique.

11/ Incrédulité...

...radicale à l’égard de TOUS les témoignages des présumées victimes.

12/ Crédulité...

...tout aussi radicale à l’égard de TOUS les arguments avancés par les avocats de Tariq Ramadan.


La présence de neuf sur ces douze symptômes nous paraît suffisante pour diagnostiquer le Ramadanisme, maladie mentale qui mérite au moins autant que l’addiction au café, que l’hyperphagie (autrefois nommée "gourmandise") ou que le Trouble Oppositionnel du Comportement (autrefois nommé "esprit de contradiction"), de figurer dans la bible psychiatrique, le DSM. Nous, musulmans et non-musulmans, demandons donc aux psychiatres de toute nationalité d’étudier sérieusement le dossier, et de faire entrer le Ramadanisme dans leur prochaine édition du DSM, et ce, dans l’intérêt général, car pour soigner une maladie, il faut d’abord la (re)connaître.



Lucia compte sur vous aujourd'hui

Lucia Canovi a besoin de votre aide pour sa pétition “Les psychiatres américains.: Psychiatres, ajoutez le Ramadanisme au DSM !”. Rejoignez Lucia et 208 signataires.