PAS DE DOUBLE PEINE POUR LES ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Je suis Marcus, je suis Imran, je suis Théo, je suis Inès. Je suis tous ces enfants en situation de handicap. JE suis, NOUS sommes tous ces parents qui au quotidien se battent pour donner à tous ces enfants un semblant de "vie normale".


Parce que l'école est un droit fondamental, et pourtant... Parce que leur dignité doit être préservée, et pourtant... Parce qu’ils sont notre avenir aussi, et pourtant... Parce qu'ils méritent, plus que jamais qu'on cesse de les regarder comme des "corps étrangers" à nous, comme des êtres qui nous ralentissent dans notre évolution... Comme si le monde se porterait mieux sans eux. Comme s'ils étaient contagieux !!


Mais quelle erreur !!!


Et si nous arrêtions de nous cacher ? Et si nous nous sentions concernés ? Et si vous donniez enfin une valeur à ces enfants ?


Épargnons-leur d'avoir du souci pour demain (ce sont des enfants) !
Accordons-leur l'insouciance naturelle due à leur âge !


Permettons leur d'être rassurés : Oui ma fille, tu pourras aller à l'école demain, oui mon fils, ton transporteur sera là, il prendra soin de toi, il te respectera, il sera ponctuel, il ne fumera pas dans le véhicule pour ne que tu avales sa fumée, il ne mettra pas sa radio "à fond" pour épargner tes petites oreilles" !


Madame, Monsieur, ces enfants sont en situation de handicap, mais ils ne sont pas "handicapés des sentiments". Ils ont froid comme vous, ils ont une conscience, comme vous, ils éprouvent de la douleur et de la souffrance, comme vous, ils ont des avis, comme vous, et ils ont envie d'être avec vous... Comme vous ???


Aujourd’hui la situation est la suivante : "je suis désolée mon chéri, tu ne pourras pas aller à l'école, le transporteur ne veut plus te prendre en charge, le trajet ne l'intéresse plus, et puis tu sais, à la cantine il y a déjà 2 enfants en situation de handicap, ils ne peuvent donc pas t'accueillir, il n'y a pas assez de personnel".


Réponse de Marcus, d'Imran, d'Inès, de Théo face à cette aberration : "mais maman promis, je me débrouillerais pour manger aujourd'hui ne t'inquiète pas, comme ça je peux quand même aller à l'école. Et puis on a qu'à mettre une couche comme ça personne n'aura à m'emmener aux toilettes. S'il te plaît maman… je ne suis même pas malade en plus".


Est-il nécessaire de parler de la lenteur administrative, de la difficulté à trouver des financements pour le matériel indispensable à la prise en charge des enfants...


La société a tranché : "Handicapés vous êtes reconnus coupables de nous polluer la vue, vous êtes reconnus coupables d'être trop dépendants des autres, vous êtes coupables aussi de nous coûter cher, vous êtes coupables de nous mettre mal à l'aise, enfin, vous êtes coupables d'être ce que vous êtes. Vous êtes donc de fait condamnés", doublement condamnés!!


"En marche".... c'est une formule magique qui aspire au mouvement, au changement, à la réflexion, au rassemblement.


En marche… dans une situation de handicap, c'est une formule qui prend une dimension d'espoir, de rêve, d'égalité.
Nous sommes pourtant encore loin de cet espoir, de leurs espoirs.


Que chacun prenne part à cette marche qui s'initie. Que cet élan participe à faire bouger les choses, les gens, les lois, les priorités.

Les enfants en situation de handicap doivent devenir une priorité. Leurs familles aussi.


Désormais la solidarité la plus nécessaire est celle de l'ensemble des habitants de la Terre (A.JACQUARD).

Merci



fatiha compte sur vous aujourd'hui

fatiha JOLY a besoin de votre aide pour sa pétition “les politiques : PAS DE DOUBLE PEINE POUR LES ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP”. Rejoignez fatiha et 636 signataires.