AIDEZ-NOUS À SUPPRIMER L’AMENDEMENT QUI INTERDIT LE PORT DU VOILE EN COMPÉTITION SPORTIVE

Victoire confirmée

AIDEZ-NOUS À SUPPRIMER L’AMENDEMENT QUI INTERDIT LE PORT DU VOILE EN COMPÉTITION SPORTIVE

Cette pétition a abouti avec 72 670 signatures !
Les Hijabeuses a lancé cette pétition adressée à les parlementaires et à

Je m’appelle Founé, j’ai 22 ans et j’habite en banlieue parisienne. Je suis passionnée de football et je me bats depuis plus d’un an afin de permettre à toutes les femmes, y compris celles qui portent le voile, de pratiquer leur sport favori en compétitions officielles. Je suis membre du syndicat des Hijabeuses.

Aujourd'hui, des milliers de femmes, comme moi, passionnées de football et ayant fait le choix intime de porter le voile, sont exclues des terrains. Être exclue d’un terrain de football, fut à titre personnel l’une des plus grandes humiliations de ma vie. C’est le cas pour  de nombreuses femmes aujourd'hui en France, qui jonglent entre abandon, perte de confiance en soi, peur et appréhensions. La seule chose que ces femmes demandent c’est de pouvoir jouer, vivre la compétition, connaître les victoires et les défaites, s’amuser, être libres, se sentir bien dans leurs  corps, tout en restant fidèles à elles-mêmes. La seule chose qu’elles demandent c’est de pouvoir vivre leur passion comme tous les autres. 

Cependant, la Fédération française de football (FFF), comme la majorité des fédérations sportives nationales, nous l'interdit en utilisant des arguments fallacieux tels que la supposée « neutralité » dans le sport ou  le respect des principes d’hygiène et de sécurité. Alors que la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) autorise depuis 2014 le port de couvre-chef dans ces statuts, la France fait partie d'un des seuls pays qui l'interdit. Ces arguments sont donc irrecevables et cachent une mesure tout simplement discriminatoire et excluante, C'est incompréhensible pour nous, car tout ce qu'on veut c'est jouer.

Pendant des mois, nous avons tenté avec les Hijabeuses, de négocier avec la FFF dans l’espoir d’instaurer un dialogue fructueux et travailler collectivement dans le respect des valeurs sportives. Nos multiples sollicitations restent sans réponse concluante à ce jour. Bien qu’ affaiblies par cette situation, nous avons saisi le Conseil d’Etat avec l’aide  de notre avocate Marion Ogier, afin de faire reconnaître cette discrimination par la justice. 

Alors que nous attendions avec impatience la position du  Conseil d’Etat sur la question, le 19 janvier 2022,  le Sénat a voté un amendement à la proposition de loi sur la démocratisation du sport, afin d’interdire tout « signe religieux ostensible » lors des compétitions sportives. Ces sénateurs sont explicites sur leurs intentions puisqu’ils n’hésitent pas à préciser, dans l’exposé des motifs, qu’il s’agit là ni plus ni moins que d’interdire “le voile” !

Mais qu'ont-ils contre mon voile ? Qu'ont-ils contre ma liberté de croire et de choisir ? Qu'ont-ils contre moi ? En France, nous forcer à choisir entre nos convictions religieuses et notre volonté d'être des sportives ? Nous forcer à rentrer dans un moule pour être acceptées et acceptables ? Le problème n’est pas dans ce que je porte mais dans le fait qu’on en soit encore aujourd'hui à devoir réclamer le droit de faire du sport comme on le souhaite. Parce que certains se croient légitimes de porter atteinte à nos identités et à notre dignité.

Cet amendement, s’il en vient à être adopté par l’Assemblée nationale, signifierait que des milliers de femmes vivant en France  et portant le voile, seront encore une fois exclues, mises de côté, marginalisées et stigmatisées. Parce que c’est précisément ce qu’il va se passer : nous imposer ce choix, c’est nous forcer à mettre nos pratiques sportives de côté. Ces femmes, pour qui le sport représente non seulement un droit fondamental mais aussi plus concrètement un échappatoire, un loisir, une forme de bien-être, un moyen de vivre leurs rêves et de se réaliser. Ces femmes, ces jeunes, ces sportives, ces étudiantes, ces mères, que l’on réduit à leurs voiles, vont être forcées de s'arrêter…car des parlementaires ont décidé d’ajouter les événements sportifs à la longue liste de ceux dont elles sont déjà exclues.  

Une commission mixte paritaire, prévoit de se réunir le lundi 31 Janvier, afin de statuer sur cet amendement. 

Ainsi, j’en appelle à nos représentants politiques, sénateurs et députés, à prendre leurs responsabilités et à se positionner contre cet amendement, en raison de son caractère liberticide et profondément discriminatoire.  

J’en appelle à Madame la Ministre des Sports, Roxana Maracineau, à Madame la Ministre déléguée auprès du Premier ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Egalité des Chances, Elizabeth Moreno, ainsi qu'au gouvernement et je leur demande de se positionner clairement sur la question, de ne se cacher derrière aucune charte, aucun texte. J’en appelle aux parlementaires qui souhaitent défendre les valeurs d’équité, de liberté et d’égal accès au sport, je leur demande de  se positionner en notre faveur en tant que représentants du peuple, afin que plus aucune femme n’ait à se demander chaque week-end, la boule au ventre, si elle devra encore quémander sa place sur un terrain de sport.

Afin d'honorer les valeurs du sport, et en faire un étendard d’unité et de tolérance et non de division. 

J’en appelle à toutes celles et ceux qui veulent nous aider à défendre le droit de faire du sport, sans distinction, sans discrimination :

  • à  signer cette pétition et à la diffuser dans vos réseaux et auprès de vos proches
  • à interpeller directement par email les parlementaires de cette commission (les étapes sont expliquées ici : https://justpaste.it/laisseznousjouer ou sur notre compte Instagram @leshijabeuses)
  • à utiliser les hashtags  #LaissezNousJouer  #LetUsPLay sur tous les réseaux sociaux 
  • à suivre le compte des @leshijabeuses sur Instagram 

Victoire confirmée

Cette pétition a abouti avec 72 670 signatures !

Partagez cette pétition