Soutien à l’ecole de Froeningen

Soutien à l’ecole de Froeningen

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Barbara ABEL a lancé cette pétition adressée à les parents d’élèves

C’est avec grand regret que nous apprenons la décision en cours concernant nos enfants de l’école de Froeningen.

 

Nous avons choisi de garder nos enfants dans l’école du village pour différentes raisons malgré les 5 niveaux imposés par l’éducation nationale en classe unique :

 

- Nous sommes attachés aux valeurs du village, à l’environnement scolaire qui contribuent à l’épanouissement de nos enfants.

 

- La maîtresse a choisi cette école et le fait de travailler avec les 5 niveaux. Chacun des parents et des enfants apprécient son dévouement et surtout ses qualités professionnelles. Les élèves aiment leur maîtresse.

 

- Nous n’avons pas choisi de mettre nos enfants à Hochstatt, la première raison est due à la circulation, il faut environ 20 minutes pour parcourir 2 km. De plus, l’accès à l’école n’est pas approprié, très étroit et avec des difficultés de stationnement. C’est un stress pour tous.

 

- A Froeningen, la structure de l’école est adaptée. Les parents peuvent y accéder simplement et se garer sans difficulté. Les enfants peuvent sortir sans danger de l’école et rejoindre leur domicile seul, à pied ou à vélo.

 

- Notre école bénéficie d’un très bon niveau. Les anciens élèves scolarisés aujourd’hui au collège d’Illfurth ou de Zillisheim ont de très très bons résultats

 

Pourquoi détruire ce qui fonctionne si bien. M Macron a précisé aujourd’hui encore que les CP et CE1 devaient être dédoublés. Il manifeste donc l’importance de classes non surchargées. Evidemment il parle des villes mais cette politique n’est visiblement pas appliquée dans nos campagnes. Pourquoi une telle discrimination ?

 

Comment pouvez-vous accepter que nos enfants deviennent une valeur d’ajustement d’Hochstatt sans prendre en considération leur situation personnelle et leur souhait ?

 

Nous sommes certains d’avoir au minimum 30 enfants à la rentrée de Septembre. Il est impératif qu’une seconde classe s’ouvre dans notre village.

 

Le nombre progressera et ne sera pas inférieur à 30. Le village s’agrandit, de nouvelles résidences se construisent et annoncent donc l’arrivée de nouveaux enfants.

 

Froeningen a les structures pour accueillir plus de 30 enfants : classes séparées, accès adapté, places de parking, cadre propice au bien-être des enfants, matériel pédagogique de pointe,...

 

La maîtresse fait déjà un bel effort, en garantissant les 5 niveaux d’apprentissage au 22 enfants et la mairie contribue à la qualité et la sécurité de l’encadrement puisqu’elle emploie un agent temps plein.

 

L’inspectrice n’a jamais pris en compte l’avis des parents. Elle ne daigne pas se déplacer lors des manifestations. Comment valider une décision sans prendre en considération les enfants, les parents et la dynamique du village.

 

On ne joue pas à un jeu d’échec avec nos enfants ! Les valeurs humaines ne sont-elles pas primordiales ? On n’arrache pas un enfant de son environnement, de sa fratrie, de son école, sans conséquences pour son équilibre, et simplement pour permettre un ajustement budgétaire.

 

Nous devons être traités sur le même pied d’égalité, ville ou campagne. Les enfants doivent avoir les mêmes chances.

 

Nous attendons que l’éducation nationale maintienne notre école dans notre village et ouvre une seconde classe pour garantir la qualité de l’apprentissage.

 

Nous comptons sur votre compréhension et surtout sur votre soutien.

 

Dans l’attente de vous lire ou vous entendre, veuillez croire, Madame, Monsieur, en l’expression de nos meilleures salutations.

 

 

 

 

 

                                                                                            Les parents d’élèves

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !