Sauvons la Bastille Grenobloise

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !


Pétition contre l’urbanisation et la privatisation de la Bastille grenobloise.

Le Dauphiné Libéré a révélé la mise en vente, sur « Le Bon Coin », de la friche de l’ancien Institut de Géographie Alpine accompagné de 2,3 hectares de parc pour la somme de 1,9 millions d’euros.

Le Collectif de la Société Civile appelle les Grenoblois à signer une pétition demandant à Éric Piolle, maire de Grenoble :

  • de renoncer à la préemption et à la destruction du bâtiment de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI), place André Malraux, et de réaffecter les 8 millions d’euros nécessaires à ces opérations à l’acquisition de la friche de l’ancien Institut de Géographie Alpine et de ses 2,3 hectares de parc.
  • de sanctuariser la Bastille pour qu’elle demeure un lieu préservé de l’urbanisation et de la circulation automobile, un lieu pour les amoureux de la nature.
  • de démolir le bâtiment en ruine et d’y installer une ferme pédagogique.

1) Pourquoi protéger la Bastille de l’urbanisation et de la privatisation ?

La Bastille revêt une place particulière dans le cœur des Grenoblois. Elle est, avec son téléphérique, le symbole de la ville. Les 35 hectares remarquables de faune et de flore de ce « morceau de Chartreuse » ont permis son classement en zone naturelle d'intérêt écologique et son dédale de fortifications militaires offre un terrain de jeu fabuleux aux promeneurs et sportifs. Qui n’a jamais entendu : « j’ai fais la Bastille » ?

Depuis les années 2000, l’Institut Dolomieu et l’Institut de Géographie Alpine sont devenus une friche qui défigure cette belle montagne.

Après quinze ans d’inaction, la municipalité Piolle validait, sans concertation, le projet « Babel Community ». Il aurait conduit à la construction de 137 appartements, d’un espace de co-working, de salles de réunion…

Mais surtout, il aurait induit un trafic automobile en un lieu qui doit rester la propriété des promeneurs, coureurs et vététistes.

Après le désengagement récent des soutiens du projet « Babel Community », les 2,3 hectares de parcs ont été mis en vente sur « Le Bon Coin », à la merci des promoteurs privés.

Il est indispensable que la ville préempte sans délai ce domaine et le sanctuarise pour qu’il reste un poumon vert accessible à tous les Grenoblois.

Pour que les 10 kms de la Bastille, la Sportiva Wider, continuent et que chacun puisse aller et venir : la Bastille doit rester aux Grenoblois !

2) Pourquoi ne pas démolir la Chambre de Commerce et d’Industrie peut sauver la Bastille ?

La municipalité Piolle a opté pour la démolition de la Chambre de Commerce et d’Industrie, puis la construction de logements neufs.

Le bilan écologique de ces opérations serait désastreux en occasionnant au bas mot l’évacuation de 40 000 tonnes de béton et la rotation de 8 000 poids lourds sur plusieurs années.

Outre l’aspect financier, 8 millions d’euros de préemption, cette bétonisation du quartier va accentuer les tensions déjà existantes à Hoche.

Rappelons que la municipalité est très mauvais élève en matière d’espaces verts et de création d’îlots de chaleur néfastes à la qualité de vie des habitants : elle compte moins de 14 m2 d’espaces verts par habitant quand la moyenne des grandes villes est de 48 m2.

Éric Piolle doit revenir au projet initial qui consistait en la simple transformation de la Chambre de Commerce et d’Industrie par des opérateurs en une résidence pour personnes âgées et en la création d’un centre de santé.

Après la disparition du foyer de logement Notre Dame, la dernière structure de ce genre en hyper-centre, il est moralement nécessaire de redonner leur place aux personnes âgées dans la ville.

Cette urgence fait l’objet d’une seconde pétition : cliquez ICI

Les économies sur la démolition de la Chambre de Commerce et d’Industrie rendraient possible l’acquisition de la friche de l’ancien Institut de Géographie Alpine et de ses 2,3 hectares de parc avec un excellent bilan écologique et humain pour les amoureux de la Bastille et de Grenoble.

Une prise de la Bastille en ce sens se fera par les Grenoblois le mardi 23 juin autour d’un pique-nique géant.

RDV Mardi 23 juin à 19h, devant l’entrée du Musée Dauphinois.

La Bastille à tous les Grenoblois !!!