Nous, les grévistes d'en bas

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Nous les grévistes souvent sacrifiés d'en bas

Nous les grévistes d'en bas, "kamikazes" souvent inutilement sacrifiés depuis un vingtaine d'années dans des grèves perdues d'avance (et intentionnellement?) mal organisées, pour ne pas dire (inconsciemment?) sabotées, par les grandes directions syndicales (on se souvient de Fillon remerciant Bernard Thibaud en 2003 pour «son sens des responsabilités» et pour avoir appeler à cesser la grève générale qui s'annonçait pour lui préférer....une pétition !! ) , avons aujourd'hui un besoin vital d'un mouvement social gagnant sur la violence sociale des réformes  de Macron et consort qui touchent déjà ou toucheront très vite tout le monde.


Or la stratégie de contestation qui s'annonce à tout de la énième répétition du rite -pourtant largement devenu folklorique et sans conséquences réelles (si ce n'est d'user la combativité des grévistes et de ponctionner leur ressources financières de plus en plus maigres)-du défilé déjà ignoré par le gouvernement et perdu d'avance. . Si la grève générale (qui est d'évidence la seule arme des pauvres pour faire reculer ce gouvernement et ses alliés) ne se décrète pas, elle s'organise intelligemment, notamment dans la gestion des forces dont on dispose . Par conséquent:

Nous ne partirons plus dans des grèves dont le seul mot d'ordre (bien qu'il en fasse parti) est la défense de tel ou tel statut particulier, de telle ou telle façon de calculer la retraite, de tel ou tel service public. Nous ne nous battrons désormais seulement que pour des droits qui concernent tout le monde et ne laisseront personne de côté (par exemple « une retraite à 60 ans avec un minimum de 1500 euros pour tout le monde»)
Nous ne partirons plus à l'aveuglette (d'ailleurs nous sommes beaucoup à être sérieusement endettés et nous le pouvons plus objectivement) dans des journées de grèves soit disant destinées à mesurer la détermination des grévistes, alors qu'elles usent la combativité et les maigres ressources des grévistes. Pour retourner les méthodes de l'adversaire contre lui, nous «optimiserons» nous aussi l'efficacité de nos maigres ressources en organisant (comme le suggère Frédéric Lordon) des pré rassemblements les week ends, et seulement une fois le niveau de force et de détermination minimal atteint (un million de personnes décidés à entrer en grève générale?) , nous lancerons ENSUITE avec détermination la grève générale....Mais alors, nous serons joyeux et déterminés car nous saurons que nous ne partons pas en "kamikaze", mais que nous avons autour de nous des gens déterminés comme nous. Nous aurons la certitude de disposer d'une force minimale que nous aurons construite et quinous mettra en capacité réelle de gagner la bataille. La croyance et le moral, la solidarité doivent se construire pendant ces week ends sans que les ressources financières des grévistes, qui seront vite le nerf de la bataille, soient dilapidées  dans cette première phase d'organisation.

D'ailleurs en signant cette pétition, je me signale déjà comme comprenant qu'il faudra en passer par une grève générale, que celle-ci devra s'adresser à tout le monde (privé comme public, etc...)  et qu'il faut commencer à l'organiser les week-ends, fusse par un travail patient sur le moyen long terme, car tôt ou tard, la violence des "réformes" du gouvernement Macron rendra évident qu'il n'y a pas d'autre choix que d'en passer par une grève générale 

 

 

 

 

 



lionel compte sur vous aujourd'hui

lionel GOUTELLE a besoin de votre aide pour sa pétition “les grévistes : Nous, les grévistes d'en bas”. Rejoignez lionel et 23 signataires.