Nos enfants ne sont pas à vendre!

0 a signé. Prochain objectif : 500 !


Ø  A peine mis en place, le Gouvernement de la Fédération Wallonie Bruxelles (MR- PS-Ecolo) postpose la Réforme des Milieux d’Accueil de l’Enfance, officiellement pour se donner le temps de la consultation, dans les faits  pour envisager de  réintroduire la commercialisation du secteur.

Après des années de débats tout azimut, le précédent gouvernement avait fait approuver une Réforme des Milieux d’Accueil de l’Enfance. A la fois des objectifs à long terme, et une première étape à partir de 2020 (avec un budget correspondant). 

On y retrouve le fait de ne plus agréer de nouveaux milieux d’accueil commerciaux (SPRL, SA, …), tout en garantissant l’avenir des actuels. Une étape importante pour tous les acteurs du secteur pour protéger l’accueil de l’enfance des appétits financier (notamment de nombreuses multinationales).

Les sirènes du secteur commercial ont bien été entendues par le MR. Résultat, le gouvernement envisage de détricoter la Réforme !!!

 

Ø  La Déclaration de Politique Régionale wallonne  a prévu d’introduire les « titres services » dans le secteur de l’accueil extra-scolaire. Le Conseil d’Avis de l’ONE vient de réagir en rejetant fortement cette très mauvaise idée : commercialisation, déprofessionnalisation, ubérisation des emplois,… les motifs de rejet sont multiples.

 

 

Ø  A l’heure d’opérations comme « Viva For Life » dénonçant, en Belgique,  la pauvreté des familles et l’accroissement des inégalités, ces positions gouvernementales risquent de renforcer le fléau de la commercialisation  et de mettre en œuvre une politique de l’enfance à double vitesse : 

celle des nantis qui pourront payer des crèches privées commerciales et des titres-services (largement financés à travers l’impôt de tous),  et celle des autres qui auront, peut-être, accès à une liste d’attente dans les structures non commerciales (public et non marchand).

 

 

 

La CNE dénonce et combat cette société d’exclusion basée sur la commercialisation des Milieux d’Accueil de l’Enfant !

Les services à la population ne peuvent être source d’inégalités sociales.

La CNE exige pour l’encadrement de TOUS nos enfants :

Ø  L’accessibilité des structures à toutes les familles peu importe leurs ressources financières, leurs origines culturelles ou leur localisation géographique

La professionnalisation du secteur de l’enfance

Des structures de qualité

Des professionnels dûment formés et qualifiés

Des conditions de travail tenables pour le personnel du secteur

Un subventionnement de l’offre plutôt qu’une solvabilité de la demande.

 

 

Ø  La CNE lance ce jour une pétition « nos enfants ne sont pas à vendre », visant à prouver que l’opinion publique, dans sa très large majorité, refuse que l’accueil de l’enfance devienne un enjeu commercial.