On ne règle pas des désaccords scientifiques par des sanctions

On ne règle pas des désaccords scientifiques par des sanctions

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
sd17 ROSE a lancé cette pétition adressée à Les auteurs de la Tribune à charge contre le Pr Raoult publiée le à 03/09/2020

Nous sommes des citoyens de toutes professions, y compris médicales et scientifiques. Nous avons pris connaissance d’un texte signé par certains scientifiques de disciplines très variées, publié dans Libération du 3 septembre 2020. Ce texte explique que durant la crise « [Nos concitoyens] ont été surpris et déçus. ». Cette tribune est concomitante à une plainte déposée auprès de l’ordre des médecins contre le Pr Raoult…

Plutôt que d’être utilisés dans une controverse, nous préférons nous exprimer nous-mêmes, si cela nous est autorisé. Nous souhaiterions dire nous-mêmes ce qui nous a surpris et déçus durant cette crise de la COVID.

Après une phrase sur l’affaire du « Lancetgate », qui est une fraude avérée sur laquelle pourtant se sont basés des Etats et l’OMS pour stopper les études sur l’hydroxichloroquine, la tribune est une charge brutale contre le Pr Raoult, dont le nom n’est pourtant même pas prononcé. Le tout, sur un ton très affirmatif, très éloigné de la mesure et de la pondération que l’on pourrait attendre des scientifiques.

De la même manière, nous ne pouvons qu’être étonnés du silence total concernant les liens qui ont pu unir des médecins pourtant très médiatisés, avec certains laboratoires. Médecins qui, sur les plateaux télés à des heures de grande écoute, étaient tous très défavorables, dès le début et alors que les résultats n’en étaient qu’à leur début, à l’hydroxychloroquine.

Des centaines de milliers de citoyens, évoqués dans cet appel, ont été choqués d’apprendre que Gilead finançait des médecins qui, quel hasard, plaçaient beaucoup d’espoir dans le Remdesivir, traitement concurrent, onéreux et… propriété exclusive de Gilead. Cet étonnement est pourtant connu, mais les auteurs ne l’évoquent même pas. Seul le Pr Raoult est implicitement convoqué devant ce tribunal improvisé.

Nous estimons donc que la science ne se règle pas à coup de demande de sanction : il ne s’agit pas d’une cour de récréation dans laquelle on va rapporter le mauvais comportement d’élève à la maitresse. C’est la lente accumulation des savoirs, l’analyse et le temps, qui permet de trancher. Cela a pris de longues années dans de nombreux domaines, comme la tectonique des plaques, les quasi cristaux de symétrie d’ordre 5, la nature de la lumière, la non localité quantique ou encore l’évolution.

Nous ne souhaitons pas que quiconque prenne la parole à notre place, et nous refusons d’être instrumentalisés dans une opération visant exclusivement un chercheur, pour des objectifs qui sont éloignés de notre santé. Nous rappelons à ce propos que l’équipe de l’IHU de Marseille a, dès le début, testé massivement sa population, et nous n’avons pas entendu beaucoup de soutien à ce moment-là de la part des signataires accusant aujourd’hui le Pr Raoult. Ils ont testé pour suivre la population de malades, les ont pris en charge et tenté de les traiter. Tout le monde n’a pas ce bilan.

Pour ces raisons-là, nous estimons que l’équipe de l’IHU de Marseille doit recevoir la même considération, le même soutien que les personnels soignants, car ils étaient en première ligne.

Faire d’un désaccord sur le traitement, sur les méthodes employées, non un argument de discussion de fond, mais un prétexte à sanction disciplinaire, est une honte. Les bons arguments n’ont pas besoin de sanction pour s’imposer.

Nous demandons à ce que ce texte, unilatéral et orienté soit retiré que des excuses soient adressées, et que le travail de cette équipe durant le pic épidémique soit reconnu, indépendamment des controverses sur la place d’un traitement. De même, nous demandons à ce que la plainte auprès de l’ordre des médecins soient retirées.

Dans tous les cas, nous demandons à ce que les citoyens que nous sommes ne soient pas utilisés dans cette tentative de sanction qui n’a rien à voir avec le débat scientifique, qui ne se règle pas à coup de pétition. Notre parole nous appartient, elle est suffisamment ignorée pour qu’en plus, elle ne soit pas détournée pour l’occasion.

Enfin, nous souhaiterions que ceux qui ont des liens avec les laboratoires pharmaceutiques, en particulier financiers, soient tenus à l’écart des prises de décisions et des médias.

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !