Le maintien de la 4ème classe de l'école maternelle de Buis les Baronnies en sept 2021

0 a signé. Prochain objectif : 500 !


Nous sommes l'Association des Parents d'Elèves de Buis les Baronnies, commune de 2500 habitants localisée en zone rurale dans la Drôme.

Nous venons d'apprendre, malgré nos alertes et des éléments tangibles détaillés sur le sujet au rectorat depuis plusieurs mois, de la part de la direction de l'école maternelle de Buis les Baronnies, la présidente du Sivos de Buis, et l'Association des Parents d'élèves, qu'un certain nombre de décisions néfastes pour une bonne prise en charge de nos enfants à l'école allaient être entérinées très prochainement.

Ces décisions motivées par des effectifs jugés trop faibles et par des coupes budgétaires sont les suivantes:

-1 classe de maternelle de l'école maternelle de Buis les Baronnies (sur les 4 existantes) fermerait à la rentrée 2021/2022 en raison de la baisse des effectifs sur la prochaine cohorte d'enfants.

Ceci nous amènerait à un effectif de 26/27 élèves/ classe pour 3 classes, versus 19 élèves / classe cette année. Ce qui pourrait paraître acceptable en temps normal et dans un environnement où tous les indicateurs sont au vert, mais ce n'est pas du tout le cas à Buis les Baronnies.

Dans le même canton de Nyons et des Baronnies, sont prévues en parallèle d'autres fermetures:

- Saint-Auban sur l'Ouvèze: 1 fermeture de classe 
- RPI Saint-Sauveur/ Sainte-Jalle: 1 fermeture de classe à Sainte-Jalle.

- Ouverture d'une classe ULIS à Pierrelatte (à 1h10 en voiture de Buis) et non pas à Buis les Baronnies, alors que le besoin d'ouverture de classe ULIS et de moyens pour soutenir les enfants notifiés en difficulté est criante à Buis les Baronnies, et que nous demandons cette ouverture de classe depuis plusieurs années.

Force est de constater que le contexte de crise sanitaire conjugué aux prévisions revues à la hausse des effectifs plaident en faveur d’un maintien du nombre de classes à Buis les Baronnies:

Avec 76 enfants scolarisés à date à l'école, la stabilisation des effectifs pour 2021 et 2022 semble acquise (une hausse serait même possible en raison de l'arrivée de nouvelles familles chaque année en juin (hors contexte sanitaire), par le nombre de bébés en très forte augmentation arrivés à la crèche récemment, mais aussi en raison de la généralisation du télétravail, et du mouvement de familles des zones urbaines en faveur des zones rurales, qui devient de plus en plus important suite à la Covid).

Suite à la crise sanitaire et ses conséquences sur les contraintes imposées à l’école ainsi qu’au retard pris par certains enfants en 2020 en raison du confinement, le maintien des 4 classes présente des atouts indéniables :

-        Eviter des classes surchargées, notamment pour les classes accueillant des enfants à profil particulier, notifiés ou en cours de notification. L’attention renforcée et les soins à porter à ces enfants en difficulté et notre localisation géographique en zone rurale (synonyme de désert médical et paramédical) doit absolument nous inciter à conserver ces 4 classes.

En effet, ce maintien donne la possibilité aux enfants autistes, trisomiques et souffrant de troubles du comportement d’être accueillis et soutenus parce-que les classes ne sont pas surchargées.   

-        Alléger les classes de GS- grande section (tendance actuelle) et assurer aux enfants un passage en CP dans les meilleures conditions.

-        Plus de fluidité, plus de confort et de flexibilité pour l’organisation de la cantine ; si les contraintes sanitaires actuelles perdurent et imposent aux enfants de manger classe par classe, 4 classes distinctes leur permettent d’être moins nombreux à table.

-        Soulager la pression sur les structures d’accueil et les parents qui retournent travailler ou qui veulent travailler. Suite à de nombreuses naissances en 2019/20 sur la région de Buis, les structures d’accueil type crèche et les assistantes maternelles ne sont pas assez nombreuses pour prendre en charge tous les enfants.

La question de la surcharge d’effectifs et de moyens supplémentaires se posera d’autant plus rapidement avec la reprise du travail des parents (ce que nous pouvons espérer !) à la fin de cette période si particulière.

La 4ème classe de maternelle permet aujourd’hui d’accueillir des TPS (toutes petites sections) et de fait, désengorge les structures de gardes et permet l’accueil des nouveau-nés.

-        Permettre l’accueil de tous les enfants en période COVID, et éviter l'alternance.

-        Favoriser le maintien et la création d’emplois dans le bassin local. Le SIVOS a engagé 4 ATSEM, soit une par classe. 4 classes facilitent le quotidien des moins de 6 ans, notamment suite aux  nouvelles mesures sanitaires imposées par la circulation du covid, qui risque de perdurer jusqu’à fin 2021 au mieux. 

Nous assistons dans le territoire des Baronnies à une paupérisation de la population (environ 40% à ce jour), à des problématiques sociales de plus en plus fréquentes et importantes et, par voie de conséquence, à des enfants présentant des problèmes de comportements, d’apprentissage ou/et de socialisation à l’école.

Pour rappel : le contexte de l’élémentaire de Buis-les-Baronnies ne permet pas l’accueil des enfants en très grande difficulté, au regard de :  

-        l'absence de classe ULIS et EGPA sur Buis-les-Baronnies (4 notifications cette année ULIS)

-        du faible encadrement AESH qui ne permet pas de dispenser les horaires prévus pour chaque enfant notifié (16 élèves notifiés)

-        d'un pourcentage élevé: + de 20% d’élèves atteints de DYS

-        d'un dispositif RASED non présent à temps complet

-        du non accès aux dispositifs de soins de proximité pour les parents : CMP, SESSAD, psychologues, orthophonistes…

Le non-maintien de cette 4ème classe serait un signe très négatif et exposerait les populations en présence (les familles défavorisées en particulier et encore plus fragilisées par la crise sanitaire) à des difficultés encore plus fortes. C’est aujourd’hui un ‘plus’ pour leurs enfants et la suite de leur scolarité pour leur donner toutes leurs chances.

Enfin, il est important d'avoir conscience que la différence d'effectif nécessaire à une réouverture par la suite est trop importante et que nous ne souhaitons pas nous retrouver dans une situation difficile pour de nombreuses années.

Plus globalement, c'est une question de désertification rurale. L'exode vers les ville va surement accélérer avec les fermeture des écoles (qui commencent par les classes). Il faut agir maintenant, après c'est trop tard. Une école prospère est au cœur de la communauté - elle est essentielle pour attirer de nouvelles familles de s'installer, ce dont profitent toutes les entreprises locales. 

Cette décision monte au niveau départemental le 11/02 prochain.
Notre fenêtre de tir pour agir est donc du 27/01 au 5/02.

C'est pourquoi nous avons besoin de votre soutien, alors signez et partagez au maximum SVP.

Merci d'avance pour votre contribution!