Pétition fermée

Les jeunes: levons-nous et gérons notre avenir!

Cette pétition avait 416 signataires


Je suis Wena Kandza, née à Lyon, française, chrétienne. J'ai été élevé par ma mère, car lorsque j'étais à la maternelle, mon père nous a abandonné. Pendant toutes ces années, Jésus Christ a fait miracles sur miracles dans notre vie. Il a donné la force à ma mère de me pousser dans mes études jusqu'au bout. Jusqu'au Master. De même, mes grand-parents maternels, m'ont toujours soutenus. Grâce à Dieu, je suis née en France. Dans ce pays, on peux obtenir des bourses (pour les foyers à faible revenus). J'ai donc pu arriver jusqu'au Master recherche d'Endocrinologie et Métabolisme.
Mais dans le cursus scientifique, suite au Master, la situation se complique lorsque l'on est issu d'une famille pauvre.
Donc, de la maternelle au Master, on ressent le sentiment d'égalité entre les étudiants. Peu importe que l'on soit riche ou pauvre. Puisque l'Etat octroye les bourses, en fonction des revenus de la famille. Mais dès lorsque l'on souhaite continuer afin de réaliser un doctorat; le mur de la pauvreté vient se placer devant soit. Cela vient nous rappeler la réalité de notre situation. Que l'on est issu d'une famille pauvre et que sans argent et sans l'aide l'Etat on ne peux plus avancer.
Ce n'est pas un cas isolé. Ceci ne concerne pas seulement le cursus scientifique. C'est aussi le cas d'autres cursus. Le situation se complique lorsque la personne souhaite réaliser un doctorat ( Histoire, Littérature, Sciences Économiques et Sociales, Sociologie, Langues...).

Pour nous les scientifiques, l'Etat donne une certaine somme aux laboratoires, afin de financer les doctorants. Mais cette somme n'équivaut pas au nombre d'étudiants ayant obtenu leur Master recherche. Cela favorise la corruption (phénomène de piston). Il faut donc être issu d'une famille riche, ou alors connaître des gens (avoir le bras long). Au cas contraire rien ne vous est proposé; ce qui est mon cas.
Donc, les directeurs de laboratoires universitaires ou hospitaliers composés de chercheurs, professeurs expérimentés, disent qu'ils n'ont pas le financement nécessaire. Ils disent qu'ils ne peuvent prendre qu'une personne, et que la place est déjà octroyé. Ils disent que cette année ils n'accueilleront aucun doctorant (car ils n'en veulent pas ou car ils souhaitent d'abord que ceux qu'ils ont s'en aillent). Ils disent que la place a été attribué à un étudiant étranger (parachuté de je ne sais quel pays). Ils disent qu'un étudiant de médecine a obtenu la place, car celui-ci veux réaliser un double doctorat (casquette médecine et casquette chercheur).

En comparaison avec le cursus médical; quand nous obtenons notre Master 2 de recherche, cela correspond aux étudiants de médecine obtenant leur examen de 6e année, afin de devenir interne. Sauf que pour eux, l'Etat a déjà prévu la bourse pour chaque futur interne. Voilà pourquoi, vous remarquerez que dans les hôpitaux, vous verrez des médecins arabes ou noirs ou blancs issus de familles pauvres. Car seul la réussite de l'examen a conditionné l'obtention du financement. Donc chaque étudiant obtient sa bourse, peu importe qu'il soit pauvre ou riche; ou qu'il ai des ''connaissances'' (bras long) ou pas.
La question que je pose: Pourquoi l'Etat et les politiques n'ont pas fait la même chose pour les admis de Master recherche?
Comme cela, chaque étudiant ayant obtenu son Master 2 recherche, aurait sa bourse déjà prévu pour réaliser son doctorat, dans la spécialité qu'il aurait choisis. Qui permettrait que, de la même manière que les enfants ''pauvres'' de la république ayant choisis le cursus médical sont devenus médecins grâce à l'aide l'Etat jusqu'au bout. De même, les enfants ''pauvres'' de la république qui ont choisis de faire de la recherche; deviennent les chercheurs qui vont participer à faire briller la France.
De ce fait, l'argent que l'Etat a investit dans la formation de ses enfants reviendrait dans la caisse, par le fait d'octroyer des emplois.
Depuis juillet 2015, lors de l'obtention de mon Master; rien ne m'a été proposé. Ni dans mon domaine ( la Biologie ), ni dans d'autres domaines ( Administration. ..). Je suis donc entrée dans la liste des chômeurs, comme tant d'autres. Alors que si l'Etat avait prévu une bourse pour chaque étudiant à la fin de son Master 2; je serais à présent en train de commencer ma troisième année de doctorat.

En tant qu'enfant ''pauvre'', je trouve qu'il est dommage que l'Etat ne me supporte pas jusqu'au bout du parcours. Alors qu'il le fait pour les enfants ''pauvres'' ayant choisis la médecine.

C'est une notion de devoir. Rendre service à la patrie. Tous ces jeunes qui depuis la maternelle, ont été formé par la république. Tout cet argent investit par l'état, pour sa jeunesse. L'état doit financer ces jeunes, jusqu'au bout. Une bourse doctorale doit être octroyer, à chaque étudiant de master recherche français, souhaitant réaliser un doctorat. Cela doit devenir un devoir patriotique, pour tous directeurs de laboratoire (ou directeur de recherche), d'accueillir tous les étudiants français, de chaque promotion, afin qu'il réalise son doctorat.
En ce qui concerne les étrangers souhaitant intégrer le cursus doctoral français, ceux-ci doivent se présenter avec leur propre financement, pour financer leur recherches. Dans un cadre exceptionnel, si leur revenu n'est pas suffisant; ils pourront se voir octroyer une bourse. Mais plus jamais au détriment d'un étudiant français. Les étudiants français doivent être prioritaires dans leur propre pays.

Désormais, les étudiants français ne doivent plus avoir leur futur dérobé.
C'est la relève de la recherche. La survie de la recherche. La survie de la nation. Car tous ces jeunes diplômés de sciences (ou autres cursus), laissés sur le carreau; représentent une perte pour la nation. Cela doit être une obligation. L'état doit imposé aux directeurs de recherche de prendre ces jeunes diplômés. Et doit leur octroyer le financement correspondant. Tout ceci fera briller la France de demain. Il le faut, pour que la France puisse retrouver le sommet. Redevenir à la pointe de la recherche. Retrouver sa vraie identité.
René Descartes, Louis Pasteur, Marie Curie, Irène Joliot-Curie, Claude Bernard...Ceux qui ont fait brillés la France d'hier. L'état doit garantir que la France brille demain. Par la recherche. Par la sciences. L'égalité des droits pronée, doit devenir une réalité, aujourd'hui.

Il est grand temps, nous les jeunes, de réclamer la justice. De nous battre pour faire valoir nos droits. Nous ne pouvons plus laisser les politiques décider pour nous. Nous ne pouvons plus rester là, à attendre qu'ils puissent nous venir en aide. Car rien ne se passe et rien ne se fera. Nous devons prendre notre vie en main; tel la génération de 1968 qui est descendue dans la rue pour aller réclamer son dû. Il faut aller prendre; arracher, ce qui est à nous. Prendre notre destin en main. Notre génération est en train d'être sacrifié. Levons-nous ensemble, et battons nous pour notre avenir. C'est à nous de gérer notre avenir. C'est dès maintenant que cela se joue.
À tous ceux qui sont dans ma situation: détenant un Master recherche mais étant bloqué par le système; signez la pétition!
À tous les étudiants en Master et Licence, ne souhaitant pas être bloqués dans quelques années, et être mis au pied du mur; signez la pétition!

À tous les lycéens souhaitant réaliser de longues études universitaires dans l'avenir; signez la pétition!

À tous les parents, ne souhaitant pas voir leur enfants dépourvus d'options dans l'avenir; signez la pétition!

À tous les citoyens, réceptifs à ce message, souhaitant voir leur pays
s'améliorer; signez la pétition!

Les jeunes: levons nous et gérons notre avenir!



Wena compte sur vous aujourd'hui

Wena KANDZA a besoin de votre aide pour sa pétition “Le premier ministre : Les jeunes: levons-nous et gérons notre avenir!”. Rejoignez Wena et 415 signataires.