Exigeons la réouverture immédiate de nos petits commerces !

Exigeons la réouverture immédiate de nos petits commerces !

0 a signé. Prochain objectif : 200 !
Quand elle atteindra 200 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !

Samuel Solène Patricia AEPP a lancé cette pétition adressée à Au gouvernement

Unissons-nous pour sauver nos petits commerces !

Il est 18 heures, enfin je peux m’échapper de mon ordi. pour aller faire un tour.... Dehors !
Mais dehors, en dehors du Carrefour, c’est mort !! Impossible d’aller acheter un bouquin, essayer ces chaussures ou ce jean que j’avais repéré.... C’est vrai, la boulangerie et la boucherie sont ouvertes, c’est cool, j’adore le boucher, mais je ne suis pas qu’un ventre.... C’est quoi cette histoire de produits essentiels ? Uniquement la nourriture et des médicaments ? Merde : Et la culture, les fleurs, les lunettes, les chaussures, les chaussettes, une jolie robe, un pull, un jouet pour Jules.... Pourquoi ça serait moins essentiel que des pâtes ? On est à 6 semaines de Noël, les vitrines sont éteintes, couvertes de papier ou cachées derrière des rideaux de fer, la rue sans lumière. C’est triste, moche, déprimant et je ne peux pas m’empêcher de penser....

Gérer la France en ce moment n’est sûrement pas facile. Nous pouvons supposer que le gouvernement fait de son mieux. Seulement, le mieux pour qui ? Pourquoi ? Et comment ? Certains de ses choix semblent incompréhensibles et à la limite de l’absurde.

Alors que  nos dirigeants nous expliquent depuis des semaines qu’il faut réduire au maximum les rassemblements de personnes, surtout en intérieur, ils autorisent l’ouverture des grandes surfaces dans lesquelles des centaines d’individus circulent et se croisent chaque jour et obligent nos petits commerces  à fermer.

L’ouverture des petits commerces aurait  pourtant  été un bien meilleur choix sanitaire pour protéger et disperser les gens : Dans une boutique ou un petit commerce, la limitation à deux ou trois clients, le respect des distances et la gestion de l’application du gel avant l’entrée, sont des mesures faciles à appliquer. Dans un grand magasin, c’est   quasiment impossible tant les allées entre les rayons sont étroites et  la fréquentation importante.

Laisser les petits commerces de proximité ouverts, alors qu’ils ont été si durement éprouvés depuis deux ans (les mouvements sociaux, les grèves et la crise sanitaire), ça aurait été leur offrir une formidable occasion de remonter la pente à l’approche de Noël, toujours une  bonne période pour les ventes.

Ca aurait aussi été, pour nous toutes et tous, la possibilité de respirer, s’évader un instant de ce contexte anxiogène où la peur  de la maladie et les interdits se multiplient, en tenant  compte de ces besoins  déclarés « secondaires » comme la lecture, la créativité, le soin de soi, les loisirs .... Si importants pour le moral.

La logique  sanitaire et économique, la prise en compte des personnes auraient été d’interdire la vente de produits non alimentaires aux grandes surfaces pour la réserver aux petites. Le gouvernement a très exactement choisi ... l’inverse !

Amazon et autres grands groupes vont donc continuer à envahir notre quotidien et se gaver de bénéfices obscènes en évitant de les soumettre à l’impôt en France pendant que nous regarderons mourir, impuissants et enfermés, tous ces petits commerces qui font le charme et l’attrait de nos villes et villages et que nous envient tous les touristes !

Et je me  demande si j’ai envie de ça :

Si j’ai envie d’un monde où il n’y aurait  plus que des entrepôts Amazon, des centres commerciaux,  des  grandes surfaces  anonymes, toutes pareilles, aux marchandises standardisées où les travailleurs sont si peu considérés.

Si j’ai envie qu’on raye de la carte nos cafés, nos restos, nos quincaillers, nos cordonniers, nos primeurs, nos boutiques et tous ces petits commerces qui rendent les rues si gaies, vivantes, colorées.

Si j’ai envie d’un monde  sans petites entreprises. Les petites boîtes c’est la liberté, l’autonomie, le soucis du client et du travail bien fait, c’est du lien social,  un cadre de travail humain, des  petits jobs   pour les étudiants et apprentis ...

Si j’ai envie de ce monde technocratique qui relégue au second plan les contacts humains ou rend tous les liens virtuels.

Il est urgent de se poser des questions. Se taire, c’est accepter l’inacceptable. Écrire, parler, questionner, c’est commencer à changer les choses.

REJOIGNEZ-NOUS POUR RECLAMER L'OUVERTURE IMMEDIATE DE TOUS NOS PETITS COMMERCES !

0 a signé. Prochain objectif : 200 !
Quand elle atteindra 200 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !