Pétition fermée

Soutien à Anne Hidalgo poursuivie par le Front national pour avoir rappelé son passé.

Cette pétition avait 14 signataires


Le 24 septembre 2012 sur ITélé Anne Hidalgo a déclaré : « Marine Le Pen qui essaye de se faire le chantre de la laïcité ne l'est pas. L'Histoire a du sens, vous savez. Le Front national n'est pas un parti qui s'est constitué dans le cadre républicain. C'est un parti qui a lutté contre la République. C'est un parti qui a soutenu pendant la guerre la collaboration avec les Nazis ».

Aujourd'hui, le Front national poursuit Anne Hidalgo pour diffamation.

Il est vrai que le Front national dont Marine Le Pen est aujourd'hui la présidente ne peut avoir soutenu pendant la guerre la collaboration avec les nazis. Car ce parti fut fondé en 1972.

Il y avait bien un Front national sous l'Occupation, mais il s'agissait alors du Front national de lutte pour la libération et l'indépendance de la France, mouvement de la Résistance intérieure française créé en 1941 par le Parti communiste français (PCF).

Mais il est non moins vrai que de nombreux fondateurs du Front national de 1972 (dont Jean-Marie Le Pen ne fut pas le principal) ont été des collaborationnistes notoires. Par exemple, Victor Barthélémy, premier "secrétaire général" du FN, de 1973 à 1978, fut auparavant :

— le secrétaire de Jacques Doriot, chef du Parti populaire français (PPF) collaborationniste ;

— l'ami et conseiller de Joseph Darnand, fondateur du SOL (Service d'Ordre Légionnaire dont le serment officiel disait : « je jure de lutter contre la démocratie, la lèpre juive et la dissidence gaulliste ») puis de la Milice (qui exécutait les basses besognes de la Gestapo, traquait les résistants, les Juifs et les réfractaires au STO), secrétaire général au maintien de l'ordre en 44, qui jura fidélité à Hitler et entra dans les Waffen-SS ;

— l'animateur avec Maurice Bardèche du Mouvement social européen fasciste ;

— membre du comité central de la Légion des volontaires français contre le bolchévisme (LVF) qu'il contribua à créer et qu’il représenta en 1944 à la République de Salò ;

— arrêté en mai 1945, livré aux autorités françaises et condamné à plusieurs années de prison pour haute trahison et intelligence avec l'ennemi.

Quant aux plus jeunes des fondateurs du FN, tels Alain Robert ou le négationniste François Duprat, membres d'Ordre nouveau, véritable décideur de la création du FN, ils étaient des admirateurs de Mussolini.

Anne Hidalgo n'a donc commis aucune diffamation sur le fond. Si elle s'est exprimée en direct d'une façon inexacte par précipitation, nul de ceux qui connaissent l'histoire du Front national ne s'est trompé sur ce qu'elle voulait dire exactement.

Ne laissons pas les avocats du Front national masquer la vérité historique au moyen d'arguties formelles qu'une casuistique spécieuse pourrait bien leur accorder.

Ne laissons pas ce parti profiter du lapsus d'une femme politique injustement attaquée pour faire oublier l'idéologie anti-républicaine dont il est l'héritier et dans une large mesure le prolongateur.

Soutenons Anne Hidalgo en signant cette pétition, et exigeons dans le même mouvement que soit enfin reconnu publiquement le passé du Front national qu'il s'obstine à dénier !



admin compte sur vous aujourd'hui

admin Politproductions a besoin de votre aide pour sa pétition “Le peuple Français: Soutien à Anne Hidalgo poursuivi par le Front national pour avoir rappelé son passé.”. Rejoignez admin et 13 signataires.