Pour la réouverture de l'usine NAVAL ENERGIES, pouvant fabriquer 25 HYDROLIENNES par an !

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Nous connaissons tous les éoliennes.

Les hydroliennes sont leur équivalent sous-marin.

Elles peuvent produire de l'électricité grâce aux courants. Leur avantage sur l'éolien est la constance et la puissance des courants marins en de nombreux endroits du globe. Des pays tels que le Danemark combinent les 2 technologies au large de leurs côtes, ce qui leur confère tout ou partie de leur autonomie énergétique.

Les hydroliennes sont même étudiées pour limiter les risques sur la faune marine, grâce à l'ouverture laissée au centre des aubes de la génératrice

Comment comprendre, que l'on annonce la fermeture de l'usine NAVAL ENERGIES de Cherbourg, prévue pour la production de 25 hydroliennes par an, et inaugurée il y a moins de 2 mois ?

Motif invoqué: l'électricité produite coûterait le double de celle que génèrent les éoliennes.

Pendant ce temps, le coût de l'EPR de Flamanville est annoncé à plus de 10 milliards d'€ au lieu des 4 initialement annoncés...

Réclamons d'urgence le redémarrage de ce programme de fabrication et de mise en service des hydroliennes en France !

Que des investisseurs plus nombreux puissent venir en aide à cette industrie vertueuse !

En cette période de canicule, qui concrétise les annonces les plus alarmantes sur le climat, rien ne peut justifier une telle décision, notamment aux yeux de la population, à laquelle les pouvoirs publics demandent depuis des décennies de faire tout leur possible pour réduire leur empreinte énergétique !

Une fois installées, les hydroliennes, en complément du parc éolien existant et à venir, pourraient durablement, et de manière plus crédible, répondre enfin à la question: "que laisserons-nous à nos enfants ?"



Patrick compte sur vous aujourd'hui

Patrick ANDROUIN a besoin de votre aide pour sa pétition “Le ministère du développement durable: Pour la réouverture de l'usine NAVAL ENERGIES, pouvant fabriquer 25 HYDROLIENNES par an !”. Rejoignez Patrick et 38 signataires.