SAUVONS LES PRÈS D’AIGUES-MORTES ! DÉFENDONS NOS TRADITIONS ! LA SUITE...

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !


« Merci de nous avoir élus pour nous servir » (cf déclaration de Pierre Mauméjean lors du premier conseil municipal de 2014).

La saga du clan continue…On ne s'en lasse plus !

Au jeu des sept familles, deux nouvelles venues en 2017, mesdames Népoty, Claudel, adjointes et leurs amis. Encore une fois, le maire d'Aigues-Mortes et une très courte majorité (à une seule voix !) font passer les intérêts de leurs amis au détriment de l'intérêt général lors du conseil municipal du 22.11.2017. Une confusion des genres qui se révélera catastrophique pour les finances de la ville mais aussi et surtout pour la sécurité de tous les Aigues-Mortais et de leurs biens.

Cette courte majorité (à une seule voix) bien trop préoccupée par ses propres intérêts financiers ressort encore une fois ce vieux projet du Mas d'Avon, au travers d'un improbable et hallucinant montage juridique.

Petit rappel :

En 2013, la préfecture du Gard élaborait un plan de prévention des risques d'inondation, classant la totalité du secteur du Mas d'Avon en zone inondable et de ce fait inconstructible. Messieurs Maumejean, Cathala, et madame Nepoty élus de l'opposition sous le mandat Bonato avaient voté en 2013 en faveur de ce PPRI.

Conseil Municipal du 16 Mai 2013 Extraits : « Pierre Maumejean intervient car avant d'écouter le Maire, il avait un avis défavorable sur ce PPRI. Il va donc changer sa façon de voir les choses, car il est tout à fait favorable aux réserves proposées par M. le Maire (monsieur Bonato)… Sur les réserves, certaines sont mineures, d'autres sont très intéressantes avec la déchetterie et le cimetière. Il y a le problème de la « dent creuse » ou d'espace stratégique soulevée par Marielle…Pierre Maumejean se rappelle qu'en conseil communautaire, en 2011, le Maire avait proposé au conseil d'envisager une extension de la zone d'activités le long de la voie expresse, le long de la Route de Nîmes et le long du Chemin des Aires et de prévoir une urbanisation pour les logements sociaux. Cela rejoint tout a fait ce qu'il a développé ce soir et y souscrit parfaitement. Il pense même que le Maire pourrait associer la CCTC à l'étude urbaine pour contrer les techniciens de la DDTM et avoir une expertise contradictoire…Il pense que son groupe va émettre un avis favorable aux réserves formulées par le Maire, tout en sachant que cela n'emportera pas forcément un avis favorable au final, mais il espère que les services de l'Etat tiendront compte des réserves émises ce soir, qu'il approuve. Il souhaite aussi que les avis émis par les Aigues-Mortais, sur d'autres secteurs, lors de l'enquête publique soient pris en compte dans la mesure où ces avis seront raisonnables. Son équipe va donc voter cet avis réservé. ll remercie le Maire (monsieur Bonato). »

 En 2013, madame Nepoty, messieurs Mauméjean et Cathala (entre autres) savaient donc parfaitement que cette zone du mas d'Avon est en zone inondable et que de ce fait elle devenait inconstructible. Leur vote en faveur de ce plan de prévention des risques d'inondation en 2013 met en évidence la parfaite connaissance qu'ils avaient des risques encourus sur cette zone.

Mais en 2014, changement de scénario : ils sont élus ! La nouvelle majorité dont font partie ces personnes, a attaqué le plan de prévention des risques d'inondation en faveur duquel ils avaient voté, devant les tribunaux administratifs. La Cour administrative d'appel de Marseille a annulé ce plan sur des motifs de forme et non de fond : Les juges ne se sont pas prononcés sur le caractère inondable ou non du secteur du Mas d'Avon, mais uniquement sur un défaut dans la forme. Suite à cette annulation, les services de la préfecture disposent d'un délai de trois ans pour élaborer un nouveau plan de prévention des risques d'inondation. A ce stade une question se pose. Comment se fait-il que monsieur Maumejean and co, qui savaient que ce secteur était inondable ont attaqué le PPRI ?

La réponse est simple : profiter de ce nouveau délai de trois ans pour urbaniser dans la précipitation le Mas d'Avon.Mais messieurs Maumejean et ses acolytes, bien conscients que trois ans est un délai bien trop court pour se lancer dans une telle opération, et confrontés aux exigences financières personnelles de certains de ses élus et amis, se sont lancés  dans un montage juridique bien particulier qui ne trompe personne. La mairie va faire acheter les terrains du Mas d'Avon par l'établissement public foncier d'Occitanie (la Région). Une convention dans ce sens va être signée. Cet établissement achètera les terrains inondables à 35 euros le m². A ce jour ces terrains ne valent pas plus de 5 euros. Qui seront les premiers à en tirer bénéfice : les conjoints de mesdames Nepoty et Claudel ainsi que des amis de monsieur Mauméjean. Pourquoi se lancer dans un tel montage ? La réponse est simple, le budget communal grevé par la politique clientéliste de l'actuelle majorité municipale n'a pas aujourd'hui les moyens d'acquérir ces terrains dont le coût global s'élève à plus de 6 millions d'euros. Jusque là tout va bien, et l'on ne peut être qu'ébloui par l'intelligence et la malice du maire d'Aigues Mortes, le coquinou !

Une question se pose alors. Pourquoi le maire d'Aigues-Mortes et ses amis, se lancent – ils dans une telle opération alors qu'ils savent parfaitement que ces terrains sont inondables (ils en ont eux-mêmes convenus en 2013) et qu'en conséquence le PPRI classera encore une fois ces terrains en zone inconstructible ?

La réponse est parfaitement claire : favoriser les intérêts financiers des amis propriétaires,  au détriment de l'intérêt général.

Mais il y a tout de même un gros problème dans ce montage. Un problème qui aura des conséquences graves sur les impôts des Aigues-Mortais. La convention signée avec la région prévoit que dans le cas où l'urbanisation ne pourra se faire, la commune devra rembourser à l'établissement public foncier d'Occitanie la totalité des sommes engagées (6,5 millions €), majorées de + 5 % de pénalité par année de retard (soit près de 300 000 euros en plus par an).

Comment la mairie fera t elle pour payer ? Qui paiera la note salée si la mairie ne le peut pas? Réponse…vos futurs impôts ! Ils auront donc servi à acheter au prix fort, à des particuliers, des terrains inondables qui le resteront. ELLE N’EST PAS BELLE LA VIE ! Il est d'ailleurs extrêmement surprenant de constater que mesdames Nepoty et Claudel (adjointes au maire) dont les concubins notoires sont propriétaires de parcelles au mas d'Avon, au mépris de la plus élémentaire éthique, ont voté pour l'adoption de cette convention. Une atteinte à l'éthique qui nous amène dès aujourd'hui à saisir le Préfet, le Procureur de la République, la Présidente de la région Occitanie et l'association antiCOr, association de lutte contre la corruption, de ces faits inadmissibles. Mais le plus grave n'est peut être pas là.

Il n'est pas utile d'avoir fait des études d'hydrologie pour comprendre que l'urbanisation du Mas d'Avon en remblayant et en imperméabilisant cette zone, la rehaussera par rapport aux constructions avoisinantes, aujourd'hui non inondables, et qui de facto le deviendront demain. Ce projet, met en évidence l'irresponsabilité de monsieur Maumejean et de ses acolytes face à la gestion de l'existant, face à l'exigence de conserver en sécurité les personnes et les biens situés dans les quartiers contigus au Mas d'Avon.

On voit par là que notre super-ex policier qui se targue d'avoir à cœur la sécurité des Aigues-Mortais, n'en a au fond que faire, et que ne compte pour lui et ses amis que : « merci de nous avoir élus pour nous servir ». Nous dénonçons donc une politique d'irresponsabilité financière et humaine ! Voilà le cœur de la politique de cette majorité.

Aujourd’hui, tous les signaux d'alarme sont au rouge. Après de nombreuses catastrophes naturelles, les contraintes environnementales doivent s'imposer à tous et nous obliger à penser la politique d'urbanisation dans les limites géographiques qui nous sont dorénavant imposées.

Il faut arrêter une politique d expansion à tout va, avec des projets pharaoniques, avec  des ponts à 10 millions d’euros que personne ne construira,  sur des terrains inondables. Il faut abandonner le projet du Mas d'Avon et se consacrer à bien gérer notre ville au quotidien. Pour toutes ces raisons, exigez vous aussi, l'abandon de ce projet !



Aigues-Mortes infos compte sur vous aujourd'hui

Aigues-Mortes infos a besoin de votre aide pour sa pétition “Le maire d'Aigues-Mortes: SAUVONS LES PRÈS D’AIGUES-MORTES ! DÉFENDONS NOS TRADITIONS ! LA SUITE...”. Rejoignez Aigues-Mortes infos et 149 signataires.