100% des emplois détruits chez New Look France, soutenons les salariés !

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


NEW LOOK est un groupe anglais, soutenu par son actionnaire principal, le fonds d’investissement sud-africain BRAIT.
 
Après s’être fortement endetté pour investir à l’international et avoir installé de nombreux magasins dans le monde entier, le groupe a conclu un accord devant l’équivalent anglais du tribunal de commerce pour restructurer sa dette en l’échelonnant jusqu’en 2024 et en faisant entrer à son capital ses principaux créanciers. En parallèle, le groupe a fermé brutalement tous ses magasins en Chine, en Pologne et en Belgique. Ceci avec l’objectif clair de redéployer largement son activité au Royaume Uni (Angleterre et Irlande surtout).


En France, NEW LOOK a d’abord tenté de fermer 21 boutiques sur 31 et de mettre en place un plan de sauvegarde de l’emploi en septembre 2018, fermant au passage l’une d’entre elles du jour au lendemain (Rouen Gros Horloge). Mais pour le reste, grâce aux actions des représentants du personnel et à la solidarité des salariés, le groupe a dû abandonner ce projet, début décembre 2018.
 
Entre temps, tout a été fait pour que les résultats se dégradent, le paiement des créanciers a été partiellement arrêté, les fournitures de marchandises aussi, si bien que la société s’est retrouvée placée en dépôt de bilan. Après des recherches formelles de repreneurs, sans véritable surprise, la Direction demande au tribunal de commerce de prononcer la liquidation de l’entreprise.
 
Tout va désormais aller très vite et les salariés vont être pour la plupart licenciés courant juillet 2019, avec, si rien ne se passe, un accompagnement misérable malgré tous les efforts fournis pour faire fonctionner l’entreprise, depuis des années et malgré toutes les turbulences subies depuis septembre 2018.
 
Et ensuite ? L’AGS (assurance de garantie de salaire) va devoir payer une partie des salaires et indemnités de licenciement. Pôle Emploi va devoir payer le chômage des salariés licenciés qui se retrouveront sans emploi. En clair, c’est la collectivité française qui va trinquer. Ce alors même que la société a bénéficié de plus d’un million d’euros de CICE (crédit emploi compétitivité emploi).
 
Nous disons NON ! Le groupe anglais et le fonds d’investissement sud-africain doivent assumer la responsabilité sociale de leurs choix. Le Gouvernement français doit agir en ce sens.
 
Nous soutenons les salariés de NEW LOOK et nous demandons au Gouvernement français d’intervenir maintenant auprès du Groupe NEW LOOK et du fonds d’investissements BRAIT pour obtenir un accompagnement des licenciements digne de ce nom. Au lendemain des élections européennes et à la veille du Brexit, après la fermeture des magasins Chinois, Polonais et Belges, la France doit montrer que la libre concurrence ne peut pas être le seul moteur de l’économie et que le respect des salariés, qui contribuent à l’activité marchande par leur travail, compte également.

NEW LOOK is an English group, supported by its main shareholder, the South African investment fund BRAIT.
 
After heavily indebted to invest internationally and have installed many stores around the world, the group reached an agreement before the English equivalent of the Commercial Court to restructure its debt by staggering until 2024 and by bringing in its capital its principal creditors. At the same time, the group shut down all of its stores in China, Poland and Belgium. This with the clear objective of redeploying its business largely to the UK (England and Ireland especially).

In France, NEW LOOK first tried to close 21 shops out of 31 and put in place a plan for safeguarding employment in September 2018, closing one of them overnight (Rouen Gros Clock). But for the rest, thanks to the actions of the staff representatives and the solidarity of the employees, the group had to abandon this project, at the beginning of December 2018.
 
In the meantime, everything has been done so that the results deteriorate, the payment of the creditors was partially stopped, the supplies of goods too, so that the company was placed in bankruptcy. After formal research of buyers, without any real surprise, the Management asks the Commercial Court to pronounce the liquidation of the company.
 
All will now go very quickly and the employees will be mostly dismissed in July 2019, with, if nothing happens, miserable support despite all the efforts to run the business for years and despite all the turbulence since September 2018.
 
And then ? The AGS (wage guarantee insurance) will have to pay part of the wages and severance pay. Pôle Emploi will have to pay the unemployment of the dismissed employees who will find themselves unemployed. Clearly, it is the French community that will drink. This even though the company has benefited from more than one million euros of CICE (job competitiveness job credit).
 
We say NO! The English group and the South African investment fund must assume the social responsibility of their choices. The French Government must act in this direction.
 
We support the employees of NEW LOOK and we ask the French Government to intervene now with the NEW LOOK Group and the BRAIT investment fund to obtain support for dismissals worthy of the name. In the aftermath of the European elections and on the eve of Brexit, after the closure of the Chinese, Polish and Belgian stores, France must show that free competition can not be the only engine of the economy and that respect for employees, which contribute to market activity through their work, also counts.