Annulation des partiels pour les L1 en Histoire à Sorbonne Université

Annulation des partiels pour les L1 en Histoire à Sorbonne Université

0 a signé. Prochain objectif : 200 !
Quand elle atteindra 200 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Etudiants en L1 HISTOIRE, SORBONNE UNIVERSITÉ a lancé cette pétition adressée à Le doyen de la Faculté des Lettres Alain Tallon et à

Le début d’année universitaire 2020-2021 a été fortement perturbé par l'aggravation de la crise sanitaire dans laquelle, depuis le mois d’octobre, est plongée la France et particulièrement la région parisienne. Nous, étudiant.e.s en L1 en Histoire à Sorbonne Université, avons des inquiétudes vis-à-vis de nos études et leur déroulement. Nous sommes tous confinés depuis le 30 octobre, et, en tant que L1, nous nous préoccupons de notre situation durant cette période difficile.

En effet, nous avons appris dans l’après-midi du 8 décembre que les partiels de L1 ne seraient probablement pas annulés définitivement et qu’ils auraient lieu en distanciel.

Cette nouvelle nous inquiète grandement, puisque depuis plus de trois semaines, nous peinons à obtenir des informations fiables quant au maintien ou à l'annulation définitive des partiels. Il est nécessaire de préciser que la plupart de nos professeurs et professeures nous ont assuré que ceux-ci n’auraient pas lieu, d’autres nous disaient que la décision n’était pas encore prise mais que l’annulation était quasiment acquise et que les L1 allaient être noté.e.s au contrôle continu intégral. Dans tous les cas, les informations allaient dans le sens d’une annulation définitive, même si celle-ci n’était pas encore officielle. Certains de nos professeurs de TD avaient donc prévu des devoirs supplémentaires à rendre afin de pallier l'absence de partiels. La tenue de ces devoirs, organisés presque par surprise, (d'autant plus que les cours ont été plus durs à suivre en particulier pour nous, les L1, peu habitués à une telle charge du travail en autonomie) renforce notre préoccupation pour ce premier semestre. 

De plus, la communication avec l’administration de l’UFR n’a jamais eu lieu : nous n’avons reçu aucun mail commun, nous tenant au courant de l’évolution de la situation concernant les partiels. Nous devions donc nous contenter des opinions diffusées par nos professeurs et professeures.

Au bout de quelques semaines, nous en sommes tous venus à la conclusion certaine que les partiels étaient annulés, l’information que nous avait communiqué un étudiant élu, ayant participé au conseil de l’UFR d’histoire le 7 décembre 2020. Cependant, le jour suivant, des informations contraires nous sont parvenues de la part de certain.e.s étudiant.e.s en L1, annoncés par le doyen de la faculté des lettres : M. Tallon, qui, lors de son TD d’histoire baroque, a assuré de la tenue certaine des partiels. Malgré cela, ceux-ci restent toujours controversés par des annonces qui continuaient, et qui continuent toujours de nous parvenir de la part des autres professeurs.

Nous ne pouvons pas ignorer le caractère exceptionnel de ce premier semestre perturbé avant tout par la présence alternée des étudiant.e.s sur leur campus une semaine sur deux et enfin par le confinement. Il faut notamment préciser que nous n’avons toujours pas reçu un message concernant les partiels et que la décision finale reste toujours floue, due au manque d'informations. Celles-ci auraient dû, selon nous, nous être communiquées plus tôt, afin que nous puissions nous préparer moralement et passer les épreuves dans de bonnes conditions.

Nos professeurs semblent, eux aussi, peu informés et certains se montrent compréhensifs vis-à-vis de nos inquiétudes et des propositions que nous mettons en avant dans cette lettre.

Par ailleurs, nous ne devons pas oublier les problèmes de communication générales et le passage du semestre dans l’incertitude et parfois l’incompréhension (problèmes d’inscription, problèmes d’emplois du temps, problèmes d’accès à Moodle, présence alternée, passage en distanciel et enfin problème des partiels incertains).

Nous devons prendre en compte le fait que nous n’avons toujours pas reçu d'information de la part de notre UFR concernant le sort des partiels et que la décision finale n’est donc toujours pas claire pour nous. Nous ne pouvons pas faire abstraction de la pression psychologique qui s’abat sur nous tous. De même nous sommes tous démoralisés par les incertitudes toujours présentes, étant donné que nous sommes toujours les derniers informés des décisions prises au sein de notre UFR.

Nous estimons que l’enseignement maintenu à distance depuis le mois d’octobre requiert des adaptations pour préserver la réussite des étudiant.e.s. C’est pour ces raisons-là que nous pensons que dans cette situation incertaine du sort des partiels, il est judicieux de rester conformes aux annonces qui ont été déjà diffusées par nos professeur.e.s depuis plus de trois semaines. Nous sommes aujourd’hui à quelques jours de la semaine de révisions, n’ayant toujours pas de décisions officielles de l’UFR, nous considérons donc l’annulation des partiels comme officielle. Revenir en arrière sur les multiples et diverses annonces qui nous ont été faites par nos professeurs serait, selon nous, irresponsable.

0 a signé. Prochain objectif : 200 !
Quand elle atteindra 200 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !