LA LEVÉE TOTALE DE L'EMBARGO SUR LES ARMES À DESTINATION DE L'ARMÉE CENTRAFRICAINE

LA LEVÉE TOTALE DE L'EMBARGO SUR LES ARMES À DESTINATION DE L'ARMÉE CENTRAFRICAINE

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Front RÉPUBLICAIN a lancé cette pétition adressée à le conseil de sécurité de l'onu et à

CENTRAFRIQUE : 30 ET 31 JANVIER 2019, DATE BUTOIR DE LA RÉUNION DU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L'ONU SUR LA SANCTION CONCERNANT LA R.C.A ET SON EXPIRATION.

C'est officiel, les 15 membres du Conseil de Sécurité vont siéger du 30 au 31 janvier 2019 sur la sanction concernant la RCA et leur expiration, sous la Présidence de l'Ambassadeur de la République Dominicaine à l'ONU.

La République Centrafricaine depuis 2013 jusqu'à ce jour traverse les moments les plus mornes et odieux de son histoire, marqués par une crise militaro-politique qui s'avère hardie malgré le retour à l'ordre constitutionnel, tout celà est dû au manque de volonté manifesté d'une part et d'autres par ceux qui en tirent profit.
Aux heures actuelles, la levée de l'embargo qui reste et demeure la seule attente de tout un peuple et de toute une nation, continue d'être diversement apprécié voire minimisé pour des intérêts d'ordre politique et économique par les bourreaux et les belligérants du malheur centrafricain, précisément il s'agit :

1. Des grandes puissances, dont la l'ancienne métropole, la France en tête, qui aujourd'hui est connue de tous comme la grande manipulatrice dans la crise centrafricaine, poursuit inlassablement sa mission destructrice et criminelle en République Centrafricaine, en vertu des accords de coopérations signés par les feux Barthélemy Boganda en 1958, puis David Dacko en 1960, tout en usant de son droit de véto pour convaincre ses paires et autres Nations membres du Conseil de Sécurité de l'ONU à maintenir le mandat de la MINUSCA, déjà indésirable et ensuite l'embargo sur l'armée nationale afin de l'asphyxier tout en appuyant les forces nocives que sont les groupes armés, terroristes et criminels, protégés par la France et le Tchad à jouer pleinement leur rôle de plonger la RCA au fond du gouffre.

http://wabeafrikaezingocentrafrique2009.over-blog.com/2018/03/genese-de-la-crise-centrafricaine.html

2. De la MINUSCA. Avec un salaire très bien raisonnable au sein de cette institution, son personnel bien que national qu'etranger se détourne des objectifs de cette mission et cherche à protéger son gagne-pain au détriment de la paix recherchée, qui risquerait de mettre un terme à cette mission. Ce fait est traduit visiblement par l'exemple d'un officier Gabonais de la mission intercepté en route par la gendarmerie entrain de se rendre au PK5 pour approvisionner les groupes armés en munitions en 2018.

http://info241.com/un-soldat-gabonais-arrete-a-bangui-pour-vente-illicite-de,3556

3. Le Comité de Sanction de l'ONU, présidé par un citoyens français à la solde de ses dirigeants, avec d'autres membres nommés depuis 2013, avec un mandat renouvelable chaque un an à partir du mois de février. Ce qui traduit par l'équation embargo prorogé est égal mandat du Comité prorogé.
Sachant que ces derniers perçoivent un salaire très raisonnable étant experts de l'ONU, face à ce fait l'Homme en perpétuelle quête du bien-être n'aura point de choix, ce qui fera que les membres de ce comité ne sont pas prêts à voir la fin de leur mission, et vont par tous les moyens interpréter autrement la situation en RCA pour maintenir l'embargo.

Voilà, face à ces dérives, depuis des années le peuple centrafricain sans défense est martyrisé en récurrence dans une crise infinie sous le silence de la France qui exige le dialogue avec ceux qui terrorisent la population civile; la MINUSCA de son côté avec ses douze mille hommes n'arrivent pas à pacifier le pays et reconnait sa faiblesse après l'échec de la MISCA et de l'Opération Sangaris.

C'est ainsi que le peuple a su bien faire son choix qui est ce, de voir son armée, assurer sa défense et sa sécurité mais un choix contraint par l'embargo aveugle et injustifié malgré le retentissement successif des cris d'alarme :
- du Président Touadera à la tribune de l'ONU, dans des sommets et des foras;
- du Parlement devant tous les corps diplomatiques en Centrafrique;
- des Présidents des intitutions Républicaines dont la Cour Constitutionnelle, le Haut Conseil de Communication, le Conseil Économique et Social, la Haute Autorité Chargé de la Bonne Gouvernance, l'Autorité Nationale des Élections, la Médiation Nationale et la Haute Cour de Justice, mais malheureusement tous ces cris ne font qu'une goutte d'eau dans la mer.
C'est dans ce contexte que le maxime de l'union fait la force fait son entrée en jeu, et que le peuple veuille réitérer son soutien et veuille se faire entendre autrement dans une manifestation pacifique, digne et responsable aux mains nues qui convergera à la place de la République (PK0) à la rencontre de toutes les autorités du pays et de tous les corps diplomatiques avec les représentants des pays membres du Conseil de Sécurité avec un seul mot devant l'opinion nationale et internationale «levée l'embargo ou nous allons approvisionner illégalement notre armée en armes de guerre» un mémorandum leurs sera remis en guise de message témoin.

Le peuple
https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2034070706629758&id=1845032732200224

Le Président de la République
https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2033898496646979&id=1845032732200224

Le Parlement
https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2032342693469226&id=1845032732200224

Les autres Institutions Républicaines
https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2033895486647280&id=1845032732200224

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !