Pour le retour des trains voyageurs en rive droite du Rhône -Serrières-Condrieu- Givors

0 a signé. Prochain objectif : 500 !


La Vallée du Rhône est un couloir de circulation important. Mais les modes de déplacements favorisés aujourd’hui sont fortement émetteurs de particules fines, très polluantes, nocives pour la santé et de Gaz à effet de Serre (GES). Ce sont les habitant.es dans les déplacements et leur vie au quotidien qui sont les premier.es concerné.es par les difficultés à se déplacer et à respirer. Il est urgent de développer des modes de transports collectifs et propres répondant aux exigences sociales, environnementales et économiques de notre époque et de demain.

Le train est une solution d’avenir !

L’amélioration du trafic en Rive Gauche (ligne 5 : Lyon-Valence) est nécessaire (plus de capacité, plus d’horaires) mais n’est pas suffisante. Les nombreux points de congestion que sont les ponts, avec une circulation routière extrêmement dense, obligent à penser des alternatives sérieuses et massives à l’autosolisme. La fermeture du pont de Condrieu-Les Roches de 2022à 2025 va notamment avoir des conséquences sur les déplacements. La remise en service de trains voyageurs sur le Rive Droite du Rhône est indispensable. L’infrastructure ferroviaire existe et a même été remise à neuf récemment. C’est donc une solution rapide, accessible et abordable.

Sur l’aire Métropolitaine lyonnaise (et particulièrement Serrières-Condrieu-Givors - Lyon), la problématique de pollution et de congestion du trafic est démesurée et nécessite cette solution en transport en commun. 

Lors du débat public sur le Nœud Ferroviaire Lyonnais, tenu au printemps 2019, La SNCF a estimé ce scénario faisable. La Commission Nationale du Débat Public a d’ailleurs préconisé la desserte voyageurs de la ligne de le rive droite du Rhône comme une piste d’amélioration du quotidien à court terme.

Nous demandons donc la réouverture à court terme et pour ce faire exigeons urgemment que :

  • Ce projet soit inscrit au Contrat de Plan Etat-Région en dédiant les moyens nécessaires
  • La Région prenne toutes ses responsabilités d’Autorité Organisatrice des Mobilités pour engager ce projet
  • Les collectivités et collectifs d’usagers soient associés

A l’heure où tous s’engagent en faveur de politiques prenant en compte les enjeux de transition écologique au sens large, cette décision représente une opportunité de solution accessible et à un moindre investissement.

S’en priver aujourd’hui serait un manque d’engagements flagrants devant les enjeux climatiques qui sont les nôtres !