Pétition fermée

SOUTIEN AUX NEUF SALARIES GREVISTES DE BLUELINEA, MENACES DE LICENCIEMENT.

Cette pétition avait 300 signataires


Pétition de soutien pour les neuf salariés de la société BLUELINEA en grève depuis un mois, dont les locaux sont ceux de Paris Innovation Boucicaut situés au 130, rue de Lourmel, dans le 15ème arrondissement.

BLUELINEA exerce une activité de téléassistance : elle gère des « bracelets connectés » placés sur des clients pour la plupart âgés, malades, dépendants ou fragiles.

« Nous occupons tous le poste de chargé d’écoute et d’assistance, on nous appelle aussi « Les Ecoutants ». Notre mission consiste à assurer un maintien à domicile, plus digne et plus long, de près de 16 000 personnes en France. Notre activité s’effectue en continue 24H/24 et 7J/7. Nous sommes tous employés à temps partiel et sommes rémunérés à hauteur de 11 euros de l’heure. Certains d’entre nous ont près de 10 ans d’ancienneté.

Il nous a été annoncé, fin-février, l’ouverture prochaine d’une nouvelle plateforme d’écoute à Lyon et la fermeture des locaux parisiens le 30 avril. La direction nous demande de nous rendre au siège social à Elancourt, dans les Yvelines, avec une modification importante de l’activité prévue dans nos contrats de travail. Ou bien de partir à Lyon pour conserver nos postes aux conditions actuelles.

Nous habitons tous à Paris ou en petite couronne. La majorité d’entre nous n’ont pas de véhicule. Le temps moyen de transport pour nous rendre sur le site d’Elancourt est de 4 à 5 heures aller-retour aux heures de bureau. Après 23 heures, avant 7 heures, les week-ends et jours fériés, il nous serait parfois impossible de gagner notre poste de travail par les transports en commun. Quant à partir à Lyon, pour un emploi aussi précaire, il n’en est pas question.

Si nous refusons ces propositions, la direction nous menace, sans la moindre négociation possible, d’un licenciement pour faute. Nous risquons donc tous de nous retrouver au chômage, sans indemnités pour certains, avec toutes les difficultés économiques et sociales qu’une telle situation engendre. Nous avons des enfants, des loyers à payer, des charges importantes auxquelles nous ne pourrons plus faire face.

Nous sommes en grève depuis un mois maintenant, usés par cette situation intenable sans que la direction accepte de nous entendre. Nous demandons le maintien de notre activité dans des conditions similaires à Paris ou dans la proche banlieue. A défaut, nous demandons au moins l’ouverture de négociations pour des indemnités de départ nous permettant de faire face à cette douloureuse situation. »

L’union locale de la CGT Paris 15 soutient ces neuf salariés grévistes et soupçonne fortement un licenciement collectif déguisé.

Nous rappelons que Bluelinea est une société cotée en bourse et en pleine croissance : 4 millions de chiffre d’affaire en 2015, 5.6 millions en 2016. La direction de BLUELINEA évoque deux sujets complètement différents à propos de l’ouverture de la plateforme lyonnaise et la fermeture des locaux parisiens. Se libérant ainsi de toute justification. La prochaine plateforme lyonnaise couvrira pourtant près de 70% du travail d’écoute, soit le pourcentage actuellement occupé par celle de Paris.

La ville de Paris a accordé à BLUELINEA une subvention de 238 241 euros en 2011 ainsi qu’un loyer préférentiel, censé bénéficier à des start-ups innovantes. A quel titre ? Pourquoi la collectivité a-t-elle subventionné une telle activité ?

« Nous voulons des réponses à nos questions. Nous refusons d’être jetés comme des mouchoirs en papier. Aidez-nous en diffusant cette information, en mobilisant autour de vous. Ce qui nous arrive peut arriver, d’une façon ou d’une autre, à tout le monde. Nous en appelons à votre soutien, à la diffusion de l’information, et éventuellement à un soutien matériel. »

Merci.



Union Locale des Syndicats CGT de Paris 15 avec les salariés grévistes de la Plateforme d'écoute H24 du 130 rue de Lourmel compte sur vous aujourd'hui

Union Locale des Syndicats CGT de Paris 15 avec les salariés grévistes de la Plateforme d'écoute H24 du 130 rue de Lourmel a besoin de votre aide pour sa pétition “Laurent Levasseur : Soutien aux 9 écoutants grévistes de la plateforme H24 menacés de licenciement”. Rejoignez Union Locale des Syndicats CGT de Paris 15 avec les salariés grévistes de la Plateforme d'écoute H24 du 130 rue de Lourmel et 299 signataires.