La vie douce aux pervers et l’enfer aux bonnes mères

0 a signé. Allez jusqu'à 7 500 !


J’avais seulement treize ans et je regardais les dessins animés lorsque le cousin de ma mère, presque quarante ans, a décidé de briser ma vie.

Deux enfants, deux petites filles sont nées de cette relation imposée par du chantage, de la pression psychologique constante et surtout mon enfance déjà bien difficile puisque mes parents étaient alcooliques et mon père violent. Ce cousin connaissait tout y compris les plus sombres secrets : mon père était incestueux. Il me disait de ne rien dire pour lui car il pourrait également parler de mon père, et évidemment lorsqu’on est un enfant on n’a pas envie de trahir ses parents quoi qu’ils fassent. Sans parler qu’il faisait pression en n’en cessant de répéter qu’il connaissait tout le monde y compris des amis policiers, etc...

Les années passaient et malgré mes petits amis il était toujours présent, à me faire suer, à me montrer ses veines ensanglantées lorsque je tentais de l’éloigner...

Deux enfants , deux filles sont venues au monde, moi qui souhaitais partir dans un foyer pour jeunes filles je me suis retrouvée isolée dans un gîte miteux... avec lui qui a profité de mon « indépendance » pour s’incruster un peu plus.

En 2009 j’ai décidé de partir, mais fidèle à lui, je n’ai pas eu le choix que de lui laisser les filles. Je n’avais aussi pas le même cheminement, je n’étais pas consciente des événements vécus. Les années ont passé, chaque année il voulait un peu plus des filles, et continuait à m’effrayer par téléphone ou à travers elles.

Puis un jour, à la Toussaint 2016, devant deux autres témoins elles ont évoqué un site pornographique le reliant directement à leur père. Elles avaient 8 et 10 ans.

Je me suis au fil des jours décomposée et mon mari qui se taisait depuis toujours m’a posé les bonnes questions... Mon médecin traitant également et avec une association j’ai écrit au procureur et les gendarmes ont insisté pour que je porte plainte.

En mars 2018 voyant qu’il n’était toujours pas interrogé et sans nouvelles des filles j’ai décidé de prévenir le juge des enfants de son lieu de vie. Mais apparemment lorsqu’un parent a une enquête l’autre aussi. Et là ça a été le drame...

Nino étant autiste, les assistantes sociales qui ne sont pas formées m’ont reproché de m’être battue pour Nino pour son diagnostic.... 


Car selon elles je suis la seule responsable du handicap de mon fils, et que pour les filles je fabule transférant mon enfance sur elles... Presque deux années à me battre et attendre qu’on bouge pour elles pour qu’on me dise ça alors que j’ai renoncé à beaucoup pour essayer en vain de prouver ma bonne foi malgré des témoignages qui appuient ma déposition !

Les dames des services sociaux ont ajouté que j'étais trop toxique pour mes autres enfants leurs transmettant des choses négatives de moi, que je devais cacher le handicap de mon fils à l'inscription de la nouvelle école pour qu’ils le prennent... et arrêter de vouloir lui coller une étiquette, que cela ne changerait rien à sa prise en charge etc... 

Elles m’ont même reproché de côtoyer une association pour les parents d’enfants autistes !

Donc le cousin pédophile a un non lieu malgré la plainte pour viol et les témoignages, mais moi la maman qui se bat pour ses enfants et qui a prévenu le juge des enfants je suis la seule responsable et je dois passer devant le juge avec mon mari pour préserver nos enfants naient d’amour et de consentement. 

Je suis responsable de m'être battue pour Nino que je sais différent depuis ses huit mois. De lui avoir trouvé une école normale en ayant rien caché, et bientôt d'avoir mis en place un service spécialisé pour sa prise en charge à la maison et à l'école, ainsi que d'avoir remué terre et ciel pour avoir une AVS.

Je suis responsable de l'autisme de mon fils car j'ai été abusé enfant par un pervers de ma famille âgé de plus de vingt-quatre ans que moi.

Voilà de quoi on m'accuse. Voilà mon histoire, notre histoire, aujourd’hui, en France, en 2018. 

Signez s’il vous plaît pour qu’on arrête enfin d’incriminer les parents et surtout les mères qui se battent pour la prise en charge de leurs enfants autistes et qu’on arrête de protéger les pédophiles et manipulateurs de ce pays ! 

Signez pour qu’on arrête les signalements abusifs des familles qui se battent pour qu’on prenne en charge leurs enfants handicapés et qu’on arrête de coller ça sur le dos des mères ! 

Signez pour qu’on protège les enfants qui en ont réellement besoin !

Signez pour qu’on ne traite plus les victimes d’abus  sexuels comme des criminels et qu’on se pose les bonnes questions sur les vraies fautifs ! 

Signez car aujourd’hui je suis la maman, j’étais la victime, et ce sont mes enfants, mais si tout le monde ferme les yeux, cela ne changera jamais et d’autres familles seront brisées , ici en France. En 2018.... 

Non la maman n’est pas la cause de l’autisme de son enfant, non ce n’est pas normal d’imposer une relation à une enfant de treize ans lorsqu’on en a quarante et qu’on est de la famille , et non ce n’est absolument pas normal de regarder du porno en présence de deux enfants... Comme ce n’est pas normal d’être un travailleur social et de demander aux parents de cacher le handicap de son enfant et de reprocher tout un parcours du combattant à la maman... 

Merci de votre soutien , il faut arrêter de tout mélanger et punir les  bonnes personnes ! 



Anais compte sur vous aujourd'hui

Anais R a besoin de votre aide pour sa pétition “La vie douce aux pervers et l’enfer aux bonnes mères”. Rejoignez Anais et 6 075 signataires.