OUI À LA NOTE-PLANCHER

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


À l'attention de la présidence de l'Université Sorbonne-Nouvelle,

Nous avons reçu un mail hier après-midi détaillant les mesures officielles prises quant à l'organisation de la fin du second semestre. Parmi celles-ci, la mise en place d'une note-plancher fixée à 12, votée par les élu.e.s étudiant.e.s.

Un mail aujourd'hui révoquant cette mesure suite à une pétition, mais aussi pour des causes juridiques et par principes d'équité et d'égalité.

En suivant ces mêmes principes d'égalité et d'équité que vous prônez, est-ce vraiment légal, ou du moins égal et dans le respect de la démocratie de faire voter une mesure par des représentants des étudiants, l'annoncer pour ensuite l'annuler ? Pourquoi a-t-elle pu être votée si elle était illégitime ?

En suivant ces mêmes principes d'égalité et d'équité que vous prônez, nous sommes en pleine période de confinement, nous ne savons pas combien de temps celle-ci durera, nous condamnant à passer nos examens à distance, chez nous. Sauf que, nous n'avons pas tous les mêmes moyens ; beaucoup n'ont pas accès aux cours pour diverses raisons, pas accès à internet ou une connexion stable, des problèmes de santé (facteur important durant cette crise sanitaire), un mauvais état psychologique lié aux événements traversés et également lié à l'environnement où ils sont confinés, sans parler de la triche, des enfants des professeurs et des nombreux autres facteurs pouvant rendre cette notation à distance inégalitaire. Pensons aussi aux étudiants étrangers qui auront beaucoup de mal à passer ces partiels à distance. Où est l'égalité des chances ?

Beaucoup d'étudiants se sont également plaints de cette note-plancher qui pourrait favoriser les élèves ne travaillant pas, et pénaliser les élèves sérieux. Cependant, beaucoup oublient également que cette note-plancher est une note minimum, et qu'ils peuvent largement avoir au-dessus s'ils fournissent un travail digne de cette note. Il faut voir cette note-plancher comme une mesure importante, s'inscrivant dans le principe de l'égalité des chances, en octroyant la réussite à ceux qui ne peuvent pas, et à ceux qui n'ont pas les mêmes moyens, car malgré tout, nous méritons tous de valider notre année. 

À défaut de pouvoir mettre en place la note-plancher, nous devons au moins trouver une alternative prenant en compte tous les cas de figures cités précédemment, afin que tout le monde valide son année dans les mêmes conditions et avec les mêmes chances.

- Des étudiant.e.s.