Non à l’expulsion d'Ali

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


M. Ali DANSOKO est arrivé sur le territoire Français en juin 2016, fuyant son pays d'origine : la Guinée. Il se fixe dans la région de Grenoble, où il fait une demande d'asile auprès de l'OFPRA. Il entame une formation de CAP Chaudronnerie en lycée pro, diplôme qu'il obtiendra deux ans plus tard, avec les éloges unanimes de toute l'équipe pédagogique mais aussi administrative du lycée.

 Devant ses capacités, on lui propose de continuer en Bac, offre qu'il refuse car il a besoin de travailler pour concrétiser ses nombreux projets. Car entre-temps il a rencontré Mme Stéphanie TURC, avec qui il s'installe, qu’il aime et avec qui il construit un futur. Il se marie, trouve un travail en CDI, dans un secteur en tension : la Chaudronnerie, où il est unanimement apprécié et respecté en tant que professionnel.

Alors qu'il a toujours respecté les différentes contraintes administratives de son pays d’accueil et de cœur, alors qu'il pense avoir construit une nouvelle vie avec sa femme, ses amis, sa belle famille, ses collègues, alors qu'il est un citoyen exemplaire, il reçoit, le 17/06/2019 une obligation de quitter le territoire Français dans les 30 jours. Apparemment, il ne remplirait pas toutes les conditions exigées par l’administration française, ce qui parait surprenant.

Son intégration, sa formation, son travail en CDI, son mariage, tout cela ne remplit-il pas les conditions nécessaires pour être acteur de la vie de notre beau pays ?

Nous, amis, femme, famille, collègues, français, nous nous opposons à cette décision inhumaine. Nous demandons vigoureusement la levée de l'OQTF, la régularisation de M. Ali DANSOKO pour qu'il puisse vivre sereinement et continuer à contribuer au bon fonctionnement de notre pays la France, comme il s’emploie à le faire, avec succès, depuis trois ans.