Le retrait du livre d’Anne Ratier

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !

Lpt GWEN
Lpt GWEN a signé la pétition

Anne Ratier est une Femme qui a tué son fils handicapé il y a de cela plus de 30 ans. Il s’appelait Frédéric, il avait 3 ans. Elle l’a tuée car il était lourdement handicapée et qu’elle estime, je cite que «  sa vie n’était pas une vie mais une agonie ». Madame Ratier à pris la décision à la place de son fils qu’il devait mourir. Elle ne lui a pas laissé le choix puisqu’il n’avait pas le choix, il n’avait pas l’age suffisant pour pouvoir faire un choix. Elle a tué son propre enfant en supposant que cela était mieux pour lui alors qu’il aurait peut être voulu vivre. Il est aussi important de comprendre que dire que le handicap n’est pas une vie est faux. Même avec un handicap très lourd, la vie d’une personne handicapée mérite autant d’être vécue que la vie d’une personne valide. Mais surtout, chaque personne doit avoir le choix de vivre ou de mourir et le facteur handicap ne doit pas faire justifier le fait que ce qu’a fait Anne Ratier est un infanticide avec préméditation. C’est un acte grave qui mérite d’etre puni, ou tout au moins, de ne pas être médiatisé de cette façon. Faire passer cette Femme pour une mère courageuse qui aurait « libéré » son enfant est absolument abominable. Son livre ne devrait même pas être commercialisé, il est hors de question de laisser la parole à une Femme qui a tué son enfant avec préméditation en décidant à sa place que sa vie n’en était pas une. Il est hors de question que ce livre puisse continuer à alimenter des clichés validistes déjà bien ancrés dans notre société. Ce cliché qui voudrait que la vie d’une personne handicapée (de surcroît, lourdement handicapée) ne mérite pas d’être vécue, le cliché selon lequel la vie d’une personne handicapée n’est « pas une vie » ou qu’une personne lourdement handicapée est forcément malheureuse et aurait forcément envie de mourir. Ce livre doit être retiré de la vente pour toutes ces raisons et même si le délais de prescription est passé et qu’elle ne peux plus être punie pour ce meurtre, il ne faut plus lui laisser la parole ou lui laisser une tribune dans les médias pour ne plus propager ce genre de message validistes, pour ne pas encourager le meurtre des personnes handicapées sans leur consentement. Ce type d’actes étant encore bien trop répandus.

Le retrait du livre d’Anne Ratier des ventes ainsi que la suppression de toutes les interviews et articles à son sujet, pour qu’elle ne puisse plus s’exprimer sur ce sujet afin de ne plus alimenter ces clichés validistes destructeurs et afin de ne plus banaliser le meurtre des personnes handicapées sans leur consentement.