La fin des animaux dans les cirques

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


 Depuis le 28 janvier 2015, l’animal n’est plus considéré (dans les textes en tout cas) comme un bien meuble mais il a enfin été reconnu grâce à l’article 515-14 du code civil comme un « être vivant doué de sensibilité ». Alors pourquoi leur traitement reste lui inchangé ?

En effet il est inadmissible qu’il existe encore en 2019 des lieux d’esclavage pour ces animaux. Car oui, il s’agit bien la d’esclavagisme. Ours haltérophiles, lions sautant à travers des cerceaux, tigres cascadeurs … Il n’est pas dans leurs natures de jouer au clown et d’amuser la galerie. 

Sans oublier les techniques abominables utilisées pour amener l’animal à exécuter ces ordres. Ils sont enfermés dans des cages bien trop petites pour eux, des animaux sociaux comme les éléphants, se retrouvent enfermés seuls, alors qu’au contraire des animaux solitaires comme les tigres, doivent composer avec une vie de groupe. Ces prisons animalières n’offrent pas la possibilité aux animaux d’exprimer leurs comportements naturels et ils développent des troubles du comportement, notamment la stéréotypie. Ce mal est visible pour quasiment chaque espèce en cage (et je ne parle pas là que des cirques). Non, il n’est pas normale qu’un lion tourne en rond dans sa cage à longueur de journée ou qu’un éléphant reproduise toujours le même mouvement de tête. Des exemples, il y en a malheureusement un nombre infini. La finalité en reste la même. Ces animaux expriment une souffrance et un profond mal être.

La relation entre le dresseur et l'animal est basée sur la détresse et la solitude de celui ci, qui se raccroche au seul être avec lequel il a une interaction. Ces animaux sont tellement fragilisés dès leurs plus jeune âge, qu’ils ne peuvent avoir le comportement qu’ils auraient eu, s’ils avaient été en liberté avec leurs congénères. 

Actuellement, 42 pays dans le monde dont 22 pays européens ont eu le courage d’interdire les cirques avec des animaux sauvages. En France, une soixantaine de villes ont également compris l’importance de l’abolition de cette tradition archaïque. 7 français sur 10 sont favorables à ce que cette souffrance pour les animaux sauvages emprisonnés dans ces cirques cesse.

Quand, cesserons nous l’utilisation de ces animaux comme de simples objets? Quand arrêterons nous de passer notre divertissement avant la vie d’êtres innocents ? Arrêtons d'être à la traine et changeons réellement ces traditions barbares!

Au niveau national, nous ne pouvons faire encore grand chose si ce n'est de soutenir les associations et militer pour l'interdiction totale en France des animaux dans les cirques. 

Mais nous pouvons aussi agir localement ! 

Merci de signer et de partager cette pétition et quand nous aurons assez de signatures, je transmettrai directement la pétition au Maire de Calais. Luttons ensemble contre la maltraitance animale