Pétition fermée

Pas d'accords électoral pour une 6ème République écolo-sociale ?

Cette pétition avait 54 signataires


Complément :

Le bilan électoral du 1er tour législatif 2017 est lourd de signification avec 53,3% de non exprimés.

L’abstentionnisme en est la cause principale, mais les raisons en sont plus explicitent concernant l’abstentionnisme de la gauche de la gauche.

En effet, l’examen quantitatif de la répartition de l’abstention donne quelque indice de réflexion car elle ne se réparti pas également sur chaque famille politique comparativement au premier tour des présidentielles (seul repère utile à mon sens pour tenter d’en tirer quelques enseignements).

Ci-dessous, chiffre en ordre décroissant des pertes de l’abstentionnisme entre les 2 élections : 

(Il est difficile de classer ELLV, le Modem et le PCF non présent au premier tour des présidentielles 2017 comparativement au premier tour des législatives 2017. Il est donc plus utile de limiter l’analyse aux familles politiques de la présidentielles !)

·         Debout la France perd 84% de son électorat ;

·         La France insoumise perd 64,6 % de son électorat ;

·         Le Front national perd 61 % de son électorat ;

·         La droite Les Républicains perd 50,5 % de son électorat ;

·         En Marche de Macron perd 26% de son électorat ;

·         Le Parti Socialiste et assimilés perd 26% de son électorat ;

Premier constat :

Ceux qui perdent le moins raflent la mise pour le deuxième tour des législatives.

LRM remporte la partie au delà de l’imaginable avec 13,43% des électeurs inscrits et seulement 32% des exprimés.

Le PS s’en sort mieux que LFI en termes de candidats éligibles au 2ème tour malgré un score électoral inférieur à la LFI.

Les Républicains limitent la catastrophe et résistent mieux du fait qu’ils perdent moins d’électeurs que LFI ou que Debout la France+ FN rassemblés.

Deuxième constat :

Ceux qui perdent le plus sont ceux qui ont perdu le plus de voix. Debout la France, Le FN et LFI.

Conclusion :

Les causes de l’abstentionnisme sont certainement multiples, mais à coup sûr différentes selon chaque tendance politiques des électeurs du 1er tour des présidentielles.

L’électorat dit de « droite » ou dit de « gauche » ne se sont pas abstenus pour les mêmes raisons. Et l’on sait désormais que le temps estivale de la période n’en est pas responsable ainsi que l’ultérieurité des législatives vis-à-vis des présidentielles.

Pour ce qui me concerne et conformément à l'esprit de cette pétition, ce qui semble être une évidence de la déroute de la gauche de la gauche est son manque d’unité. Elle a permis la non présence d’un candidat de gauche au 2ème tour des présidentielles et aux législatives son incapacité à rassembler au sein même du Front de Gauche au 1er tour des législatives 2017.

En effet, la répartition inégale des abstentions laisse apparaitre que si LFI avait su faire l’unité à la gauche de la gauche elle aurait moins perdu de voix abstentionnistes et serait présente face à La République en Marche dans la majorité des circonscriptions. Bien que touchée par l’abstentionnisme, LRM a bénéficié du faible taux de participation. Il en aurait également été ainsi pour LFI si elle n’avait pas subi une telle érosion électorale. L’attitude dés-unitaire et irresponsable de ses dirigeants en sont la cause !.

Ceci est une évidence. Le dynamisme des présidentielles de LFI unie avec toutes les composantes du FRONT de GAUCHE n’a pas eu lieu aux législatives et LFI enregistre la plus grosse perte d’électeur 64,6% devant le FN et derrière Debout la France.

C'est donc la déception qui c’est ici exprimée et non la connerie abstentionnisme consumériste du beau temps qui s’écoule sur les plages de France. Nous n'en serions pas là, et tout comme à LRM l'abstention y serait moindre si l’unité dans ses propres rangs avait eu lieu au Front de Gauche ; " la gauche de la gauche " aurait été présente dans la majorité des circonscriptions...!

Fin

Ci-dessous mise à jour de la pétition originelle sur le même thème.

Je suis d'accord avec cette analyse ci-dessous de médiapart. Au moment où Macron mène efficacement sa recomposition politique, la France insoumise via son éloquent porte drapeau JL Mélenchon, ruine l'unité de la gauche de la gauche en jetant le trouble de la division parmi les électeurs?
C’est faire le jeu de la droite extrême et leur permettre ainsi de se refaire une santé parlementaire largement majoritaire à l'assemblée permettant de gouverner sur ordonnance avec la majorité nécessaire à l'assemblée nationale.
Je ne ferai pas parti des « gens » qui cautionneront cette carabistouille politicienne de mauvais augure.

https://blogs.mediapart.fr/zenri/blog/130517/pas-daccords-la-faute-aux-decideurs-de-la-france-insoumise

Ci-dessous, pétition originelle ; Pour une 6ème République écolo-sociale

La campagne électorale avance et désormais la fracture électorale droite/gauche au sein du PS s’écartèle ainsi que les soutiens à la candidature Hamon s'effritent. La campagne se décante et s’éclaircit pour laisser poindre au final qu'il y aura 2 candidatures à la gauche de la gauche. Mélenchon et Hamon !

En somme le bordel électoraliste s'installe durablement. Il amorce un cercle mortifère de marginalisation de la gauche de la gauche. Même si le mouvement des insoumis (dont j'ai apporté mon soutien) n'a pas eu et n'a pas la même dynamique que les frondeurs du PS incarnés par Hamon, il n'en demeure pas moins que la dynamique de l'un n'est pas porteur pour la dynamique de l'autre et réciproquement.

Au contraire la "carabistouille" orchestrée par la gente médiatique s'invite au repas des incompréhensions politiques et elle renforce ainsi le sentiment ; qu’aller voter au premier tour ne servira à rien puisque de toutes les façons les perspectives du 2ème tour sont d'ores et déjà pliées. Pour certain citoyen le vote utile sera, de ne pas choisir au 1er tour mais plutôt d'éliminer au 2ème tour celui qui semblera auréolé de la candidature du moindre mal ...Piètre perspective donc !

Plutôt pour une alliance et non à une candidature de témoignage.

Benoît Hamon, une candidature de témoignage pour tenter de sauver ce qu'il reste de crédibilité du Parti socialiste ? Ce n’est pas envisageable !

Il est bon de rappeler que l’investiture d'un appareil de parti politique conditionne souvent à son programme politique. Et qu'à ce titre, Benoit Hamon est tributaire des éléphants politiques de droite du PS qui se rallient aujourd’hui à Macron. Limiter la déperdition c’est faire de plus en plus de concession à l’appareil et quitter le navire des frondeurs de PS sur lequel il a gagné les primaires.

Benoît Hamon à l’évidence s’il reste aujourd’hui candidat sera une candidature de témoignage pour tenter de remonter le blason d'un parti socialiste en déperdition. Ceci est une manipulation de genre « non avouée » par l'appareil politicien du PS, pour témoigner aujourd’hui d’un score électoral suffisant afin d'espérer garder ainsi la tête de liste de la gauche en 2022 pour la prochaine élection présidentielle ? 

L'enjeu réel de cette candidature si elle se maintient, sera à l’évidence un sauvetage programmé du PS an tant qu’organisation promotrice de politiciens résolus à être réélus et à vivre sur les deniers de nos impôts.

La culture des égos aux élections présidentielles est constitutionnellement le moteur de cette 5ème République, et cela impose de satisfaire aux exigences de la vulgate médiatique faiseur de roi et d'alliance contre nature pour espérer gagner, et une fois élu comme à l’accoutumé ils font le contraire ce pourquoi les électeurs ont votés.

L’expérience récente ne peut nous faire croire que le retrait de la loi travail Elkhomri voté hier par des députés à l’assemblée nationale serait possible demain par ces mêmes députés s’ils étaient réélus « sur une liste commune de la gauche » puisque ces derniers n’ont pas votés hier la censure gouvernementale qui aurait pu faire tomber la loi Elkhomri. Plus pernicieux encore, les dits frondeurs du PS ne se sont pas tous associés à une motion de censure avec les députés PCF et une partie des Verts pour déposer une motion de censure de la gauche sociale.

Dans ce contexte Benoit Hamon est tenu par les apparatchiks libéraux du Parti Socialiste, et il ne peut prétendre rassembler « la gauche de la gauche » si ce n’est que pour mieux les décevoir une fois élu.

Une évidence simple s’affiche. Messieurs Bruno Hamon ou Emmanuel Macron, ont mangé au râtelier des portefeuilles ministériels du Hollandisme. Ils sont comptables de la situation politique alambiquée et confuse actuelle qu’évoque la probabilité d’une victoire bleue marine !

Il est encore temps de se mettre autour d'une table afin qu'une véritable candidature émerge et qui soit à la fois écologique et sociale rassemblant « la gauche de la gauche » (formule familière pour décrire un programme exhaustif d’une politique sociale et exclusif des libéraux de droite, du centre et/ou de ceux membres du PS).

Aussi, pour espérer gagner une seule chose serait crédible aux yeux de l'opinion publique. Une alliance ou un ticket gagnant…Mélenchon-hamaon, l’un à l’international selon les attributions régaliennes de la 5ème république et l’autre à la politique national selon la représentation parlementaire issue des élections législatives. Pour être clair, l’un président l’autre 1er ministre

Et ceci dans la perspective d’une 6ème république refonder sur la base d’une Assemblée Constituante mise en place des l’investiture du président de la république. Cela signifiera que ce ticket « gagnant » puisse aussi permettre aux Verts, au PCF, au PG, aux frondeurs PS, de former respectivement un groupe parlementaire d’où l’utilité d’un accord politique sur le fond préparant aussi les conditions d’une victoire parlementaire.

C’est ce que j’en dis en tant qu’insoumis depuis longue date et c’est ce qui me fait dire aussi ;

Que seul Jean Luc Mélenchon peut incarner une candidature gagnante de la « gauche de la gauche » pour le 2ème tour des présidentielles, mais à la condition unique qu’il soit clairement explicité qu’un ticket gagnant Mélenchon-Hamon soit plausible et qu’il garantisse la fondation d’une 6ème République. Que soit listé les programmes concomitants de Mélenchon, Hamon, Jadot, et ainsi édifiés ses propositions dans un cadre commun avec le Front de Gauche, les Verts et les dits Frondeurs du PS (ou plutôt ce qu’il reste comme soutiens politiques de Benoit Hamon).

Pourquoi Mélenchon plutôt que Hamon ?

Un candidat cohérent et plausible pour édifier une 6ème République écolo-sociale. Une équipe commune listant les points communs des leaders Mélenchon, Hamon, Jadot et surtout une transparence sur la méthode et les hommes qui conduiront ce programme commun. Hamon comme 1er ministre pourrait incarner son application alors que Mélenchon Président sera le garant de l'aboutissement d'une réelle volonté de mener à bien la refondation de la constitution actuelle via une assemblée constituante instaurant la 6ème République. Mélenchon a la volonté pour que ce processus aboutisse. Hamon et Jadot sur cette question n’ont pas une vision autant aboutie que Mélenchon. En tant que président de la 5ème, il aura le pouvoir de faire aboutir ce projet politique ambitieux. Aussi, cette 6ème république écolo-sociale raisonne concomitamment à l'espoir universelle de nombreux citoyens qui s'interrogent aujourd'hui sur un projet politique porteur d’une vision moderne du 21ème siècle, et dont jadis, la France des Lumières fut précurseur du 20ème.
Nota : Le nom des leaders sont utilisés comme raccourcis sémantique, mais il est évident que Mélenchon rime avec Front de gauche, Hamon rime avec les Frondeurs du PS en rupture avec la ligne actuelle du PS, Jadot rime avec ce qui reste d'EELV.

Aussi, à l’évidence vu les défections dans le camp du PS au détriment de Benoît Hamon, sa présence au 2ème tour est peu probable. Les éléphants du centre droit majoritaire au PS de ce parti rejoignent en masse Emmanuel Macron.

Si Benoit Hamon maintient sa candidature, elle ressemblera plus à une posture qu’à un réel désir de gagner ou de faire gagner un idéal proche de ses propres convictions et de celles et ceux qui espèrent encore en la gauche socialiste.



Daniel compte sur vous aujourd'hui

Daniel COJEAN a besoin de votre aide pour sa pétition “La faute aux décideurs de la France Insoumise ? Pas d'accords électoral pour une 6ème République écolo- sociale !”. Rejoignez Daniel et 53 signataires.