La crise en France n'est pas due au coût du travail, mais à une mauvaise répartition de la richesse.