A la mémoire de OUALYD AMAR décédé suite à un malaise cardiaque au tribunal de Montpellier

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


À la mémoire de Oualyd AMAR décédé dans les geôles du tribunal de Montpellier.

Le 22 octobre 2012, Oualyd AMAR 33 ans et papa d'une petite fille de 22 mois est décédé suite à un malaise cardiaque au tribunal de grande instance de Montpellier provoqué par l'ingestion de produits stupéfiants lors de sa garde à vue.

En effet, Oualyd avait passé environ 30 heures en garde à vue à la gendarmerie de Lunel avant d'être déféré au tribunal de Montpellier. Oualyd a ingéré pendant la garde à vue, on ne sait comment puisqu'il a été fouillé à plusieurs reprise des produits stupéfiants qui ont provoqué sa mort...

Le rapport d'autopsie à révèlé qu'il avait fumé de la résine de canabis pendant sa garde à vue donc aux yeux de tous alors qu'on s'est très bien que se néfaste. 

Il a avalé quelque chose devant le personnels qui en parle pendant leurs auditions mais personne ne fait de compte rendu d'incident, ils préfèrent se taire. 

Ils ont tous vu que son comportement n'allait pas du tout, que son état se dégradait pourtant il n'informe pas leur hiérarchie et ils ont préféré se taire.

Oualyd a été vu par un médecin du pôle santé pourtant ils préfèrent se taire et mettre en danger sa santé et sa vie. 

On ne pas laissé passé l'imprudence des gendarmes et leurs manque d'assistance flagrant et de devoirs envers Oualyd...

Voilà une petite description du déroulement de son malaise dans les geôles du tribunal:

" Son état de santé se dégradait alors de façon fulgurante. Il cherchait à se faire vomir, sans y parvenir, se déshabillait et s'allongeait sur le sol pour se rafraîchir. 

Il n'arrivait plus à rester debout. Des propos devenaient incohérents, l'élocution devenant difficile, et ses gestes anormaux. Il perdait la notion de l'espace. 

Très rapidement, il se raidissait et était  saisi de spasmes très violents. Il était placé en position latérale de sécurité par des escortes. Du sang s'échappait de sa bouche. Il respirait fortement en émettant des râles. 

Les pompiers étaient appelés à 12h17 et arrivaient au tribunal à 12h28; à leurs arrivé, monsieur AMAR faisait un premier arrêt cardiaque. Il était réanimé puis placé sous respirateur mais ne reprenait pas conscience" 

L'obligation d'assistance, de secours aux personnes est un devoir pour tout policier ou gendarme.

 

Article R434-17
Entrée en vigueur 2014-01-01
Toute personne appréhendée est placée sous la protection des policiers ou des gendarmes et préservée de toute forme de violence et de tout traitement inhumain ou dégradant.

Nul ne peut être intégralement dévêtu, hors le cas et dans les conditions prévus par l'article 63-7 du code de procédure pénale visant la recherche des preuves d'un crime ou d'un délit.

Le policier ou le gendarme ayant la garde d'une personne appréhendée est attentif à son état physique et psychologique et prend toutes les mesures possibles pour préserver la vie, la santé et la dignité de cette personne.

L'utilisation du port des menottes ou des entraves n'est justifiée que lorsque la personne appréhendée est considérée soit comme dangereuse pour autrui ou pour elle-même, soit comme susceptible de tenter de s'enfuir.

 

Pourquoi ce droit ne s'est pas appliqué à Oualyd, pourquoi?



Lina compte sur vous aujourd'hui

Lina LINA a besoin de votre aide pour sa pétition “La cour d'appel de Montpellier: A la mémoire de OUALYD AMAR décédé suite à un malaise cardiaque au tribunal de Montpellier”. Rejoignez Lina et 49 signataires.