Intermédiateurs Sourds en danger !

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Soutenez notre action !

Nous lancons cette pétition pour la fermeture de 2 formations qui mettent en danger nous les intermédiateurs sourds et également pour les interprètes.

Voici la vidéo avec le texte pour plus d'explications du contexte ! Nous vous remercions pour votre soutien !

Texte traduite de la vidéo :

                             INTERMEDIATEURS SOURDS EN DANGER !

 
L’AFIM – Association Française des Intermédiateurs - regroupe les intermédiateurs diplômés de la Licence Professionnelle d’intermédiation de l’Université d’Aix-Marseille. Cette Licence existe depuis 4 ans mais cesses d’exister au mois de juillet 2018. 


Qu’est-ce que l’intermédiation ?

- gérer des situations où se côtoient le monde des Entendants et celui des Sourds,

- sensibiliser les Entendants, modifier leurs préjugés qu’ils ont à propos des Sourds,

- fournir des outils à ces deux mondes qui cohabitent afin qu’ils puissent collaborer,

- permettre l’adaptation des Entendants vers les Sourds et non plus l’inverse,   

 
Être en présence d’un intermédiateur Sourd, c’est tendre à changer le regard des deux communautés en affirmant que les Sourds peuvent exercer en tant que professionnels.

En effet les Sourds ont eu l’habitude d’être toujours étayés par des Entendants. Ils voient ces derniers comme seuls détenteurs du savoir et de la connaissance.

Rencontrer un intermédiateur sourd est alors l’occasion de reconstruire une estime de soi solide pour les usagers sourds. C’est la base même de la philosophie des intermédiateurs.
Être sourd en tant qu’intermédiateur est pour nous primordial. Nous sommes ainsi référents identitaires et les usagers qui nous côtoient voient leur confiance en eux renforcée.

 
Où et comment exerce un intermédiateur ?

-  dans tous les domaines : la santé, le social, le judiciaire, etc.

- l’intermédiation, c’est un binôme, entre un intermédiateur sourd et un professionnel signeur, qui - la plupart du temps - est un interprète. L’intermédiateur permet d’adapatation de la situation de communication, notamment par la reformulation, et permet aux deux parties en présence de se connecter pour avancer ensemble.   

Aujourd’hui, les intermédiateurs sourds sont inquiets. Notre métier - encore jeune et fragile – est aujourd’hui menacé par l’apparition de deux formations universitaires.


- la Licence professionnelle d’Intervention Sociale « accompagnement des publics spécifiques » de l’Université d’Aix-Marseille. Cette dernière prend le relais de l’ancienne Licence d’Intermédiateurs qui cesse d’exister en juillet 2018. 

Son programme a été totalement modifié. Le groupe d’étudiants sera mixte, Entendants et Sourds – alors que nous tenons à l’importance d’avoir des intermédiateurs Sourds. Cette philosophie est à l’opposée de la nôtre.

- le Master « Parcours Médiations langagières et culturelles en contexte de surdité ou en sitaution de conflit », de l’Université Grenoble Alpes, a ouvert depuis deux ans. Il accueille aussi des entendants et des Sourds, bien qu’aucun Sourd n’ait pu s’y inscrire face au manque d’accessibilité et de moyens proposés en général. Ce parcours prépare à de la médiation. Des stagiaires entendants de ce Master m’ont envoyé des demandes de stages, bien qu’étant entendants.

 
Ces deux formations, de par leurs objectifs confus et leurs positionnements philosophiques nous inquiètent fortement. Nos propositions de modifications de contenus ont été toutes refusées. Or elles tendent à déstabiliser le domaine de l’intermédiation, ainsi que celui de l’interprétation.

 
Pour tout cela, nous souhaitons que ces deux formations cessent. Nous avons besoin de votre soutien pour le faire savoir


Signez notre pétition ! Un grand merci !

 
Maëva Mendez, présidente de l’AFIM – Association Française des Intermédiateurs Sourds. "



AFIM compte sur vous aujourd'hui

AFIM a besoin de votre aide pour sa pétition “L'AFIM: Intermédiateurs Sourds en danger !”. Rejoignez AFIM et 633 signataires.