NON à la réforme de l'assiduité !

NON à la réforme de l'assiduité !

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Louise CLERC a lancé cette pétition adressée à L'administration de Sciences Po Strasbourg et à

Dans le cadre de sa réforme de la formation, la nouvelle direction de Sciences Po Strasbourg souhaite modifier la comptabilisation des absences en conférences de méthode. Voici le contenu de la nouvelle réforme :

- Le nombre maximum d’absences non justifiées est portée à 3, contre 5 auparavant ;

- Toute absence injustifiée coûte un point de moyenne dans la conférence de méthode concernée ;

- Une liste finie d’excuses possiblement acceptées par l’administration est proposée ;

- Les associatif.ve.s n’ont le droit qu’à une absence justifiée par leur engagement par semestre dont ils doivent notifié l’administration deux semaines à l’avance ;

- Une seule absence justifiée pour « tout aléa dont l’étudiant fait librement état » est permise sur l’année.

Le directeur de l’IEP veut, par ces mesures limiter l’absentéisme, « alléger le travail de pointage de l’assiduité » de l’administration et « combattre l’inégalité entre étudiants résultant des dispositifs de dérogation individuelle au cas par cas » dans les termes de la réforme. Objectif bien éloigné de sa volonté d’« améliorer le bien-être étudiant » vous vous en doutez.

Par ailleurs, rien ne dit que les « filous » (sic) dénoncés par l’administration seront les principaux touchés par la réforme dans la mesure où ils auront toujours les moyens de frauder. Ça se saurait si une interdiction empêchait les gens d’enfreindre une règle...

En particulier, les membres des associations se verraient contraints dans leur engagement comme ils ne pourraient pas se dégager du temps sur une conférence de méthode pour organiser un évènement. Pire, ils devraient pour certains annuler des évènements à l’image de l’Ecole des Jeunes Orateurs ou de Sciences Po Forum qui auraient lieu sur une conférence de méthode. Le lien associatif en pâtirait donc nécessairement.

Cette réforme touche aussi les personnes ayant des problèmes médicaux chroniques (problèmes psychologiques, …), mais aussi passagers (règles douloureuses, coup de froid, …) qui devront justifier toute absence avec un passage chez le médecin (payant !). Elle n’en est d’ailleurs pas moins problématique pour les élèves travaillant en temps partiel.

Ces quelques éléments montrent bien que la réforme aura de nombreux effets pervers. En conséquence, nous demandons que le texte actuel soit retiré sinon modifié en collaboration avec les étudiant.e.s, et qu’une véritable consultation directe du corps étudiant soit mise en place.

Signé : des étudiant.e.s concerné.e.s

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !