L'acte de naissance n'est pas un acte de naissance vivante !

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Le Peuple est en droit d'exiger sa Libération, sa sortie de ce système esclavagiste, d’injustice et de spoliation sur le fondement des textes UCC N°2012127810, 2012127854, 2012127907, 2012114776 et 2012127914.

l'État c'est nous, en vérité ! Prenez tous conscience de qui vous êtes en réalité

Abolition et saisie du système d’esclavage opéré par les entreprises au moyen de la dette ; droit international : UCC Doc. #2012079290, 25 juillet 2012 ; UCC Doc. #2012079322, 25 juillet 2012 ; UCC Doc. #2012086794, 15 août 2012 ; UCC Doc. #2012088865, 21 août 2012 ; UCC Doc. #2012096074, 10 octobre 2012 ; UCC Doc. #2012114586, 24 octobre 2012 ; UCC Doc. #2012114776, 24 octobre 2012 et UCC Doc. #2012114586, 24 octobre 2012

Le CCU (code commercial uniforme) de droit civil qui gouverne la législation du commerce mondial et ce de façon parallèle à la « Common Law », le droit coutumier ancestral toujours applicable.

Le CCU gouverne les relations entre les entreprises partout dans le monde, mais également pour les personnes.

Sur le plan légal, il ne peut y avoir de proclamation supérieure à celle de l’UCC… excepté celle exprimée par le Créateur.

Nous avons été habitués à un monde de guerres constantes, de pauvreté, de rareté, de contrôle gouvernemental, d'instabilité financière et d'endettement massif. Nous avons vécu dans un état d'esclavage sans même le savoir. Nous avons été trompés.

A travers l’UCC, le 25 décembre 2012, il a été porté à la connaissance du public que le "système" qui dominait notre planète a été fermé (légitimement forclos).

Les avoirs des grandes entreprises, des Banques et des Gouvernements, ont été saisit légalement pour abus d’esclavage et usage de systèmes monétaires privés.

LA FRANCE s'est enregistrée à l'ucc aux Usa le 01/01/1988 en tant que société multinationale sous les lois du commerce

Chartes des gouvernements abrogées :
(Réf. : DECLARATION OF FACTS: UCC Doc # 2012127914 Nov. 28, 2012)
«...Que toutes les CHARTES, incluant le Gouvernement Fédéral des États-Unis, ÉTATS-UNIS, “ÉTAT de ...", incluant toutes les abréviations, idem sonans, ou toutes autres formes juridiques, financières ou administratives, ainsi que tous les équivalents internationaux (toutes les corporations gouvernementales dont la France, le Québec, le Canada et ses provinces, etc.), incluant tous les BUREAUX et MINISTÈRES, incluant tous les MINISTRES, les SERVITEURS PUBLICS, incluant tous les DÉCRETS, les TRAITÉS, les CONSTITUTIONS, les INSTITUTIONS, les LOIS, ainsi que tous les autres contrats et ententes conclus sous leur gouverne, sont maintenant nuls et non avenus, sans effets, ou autrement abrogés, non-réfuté ; »

Chartes des banques abrogées :
(Réf: TRUE BILL: WA DC UCC Doc# 2012114776 Oct. 24, 2012)
“Déclarées et ordonnées irrévocablement abrogées; toutes les chartes de la Banque des Règlements Internationaux (Bank of International Settlements - BIS), les membres qui en découlent (ce qui inclue le FMI, la Banque Mondiale, toutes les Réserves Fédérales, toutes les Banques de tous les pays), incluant tous leurs bénéficiaires, incluant tous ceux qui possèdent, opèrent, assistent et se rendent complices de systèmes monétaires privés et leurs mécanismes d’émission et de recouvrement, incluant tous les systèmes judiciaires qui opèrent un SYSTÈME d’ESCLAVAGE … qui mobilisent des valeurs légales par des représentations illégitimes...”

Autrement dit, nous continuons à danser alors que la musique s'est arrêtée.

Les «pouvoirs en place» sont maintenant les «pouvoirs du passé». Toute dette a été effacée et les entreprises incluant, sans limite, les Multinationales Gouvernementales, et les Banques – ont été saisies. Bien entendu, les pouvoirs en place ont cachées cette information au Peuple, ils continuent leur jeu en espérant que nous continuerons à jouer avec eux. Le gouvernement refuse d’annoncer sa propre disparition.

A travers les textes UCC cités en référence ci-dessus, il a été prouvé que :

1) Les Gouvernements étaient des multinationales.

2) Les individus étaient des entreprises privées : A la naissance, un acte de naissance est signé par nos parents, qui est utilisé ensuite par la Multinationale Gouvernementale pour alimenter un Trust en notre nom. Ce Trust permet de cautionner notre fond de garantie, et «un compte en fond de garantie» est créé et financé sous notre propre nom. Nous sommes le bénéficiaire de ce Trust… mais personne ne nous signifie qu’il existe.

l'être humain souverain doit reprendre possession de son titre, sa société "patronymique" !

Les gouvernements sont les plus gros usurpateurs d'identité, qui est une infraction pénale !
Donc le gouvernement ne crée pas il usurpe une entité afin de mettre en esclavage l'Être Humain. 

3) En conséquence, la structure du monde économique était un mécanisme d’esclavage de masse. L’esclavage est un système dans lequel les gens sont traités comme une propriété, et forcés de travailler. Les esclaves sont détenus contre leur gré, depuis le temps de leur capture, l’achat ou la naissance, et privés de leur droit de partir, ou de refuser de travailler. Leurs maîtres ont le droit de vie ou de mort ou de spoliation.

Merci de prêter attention au document “DECLARATION AND ORDER : UCC Doc # 2012096074”, 9 septembre 2012, dûment confirmé et ratifié par “COMMERCIAL BILL UCC Doc. N ° 2012114586” et “TRUE BILL UCC Doc. NO.2012 114776” ; qui stipulent :

« Les volontaires des forces militaires… d’arrêter et d’emprisonner tout dirigeant, leurs agents et officiers, leurs représentants, sans égard à leur emplacement, qui possèdent, opèrent, assistent ou se rendent complices des systèmes monétaires privés, leurs mécanismes d’émission et de recouvrement, et de tous les systèmes judiciaires qui opèrent des SYSTÈMES D’ESCLAVAGE… »

Le gouvernement Français par exemple (et il n'est pas le seul),
EST UNE MULTINATIONALE : il est inscrit sur un registre de commerce , ART 9 UCC (code commercial uniforme) aux US en tant que multinationale, destinée au commerce avec les autres pays de l'Otan; bien sur , ce fut fait en toute discrétion, car l'ART 9 UCC fait partie des lois des hautes sphères de la finance !
Ils sont en tant qu'actionnaires au service des multinationales et pas au service du Peuple ! Cela explique les grosses primes touchées en fin d'année !

 De plus,La France n’a plus de Constitution.
Sans Constitution :
- Inexistence des Pouvoirs Exécutif et Législatif,
-Inexistence de l’Autorité Judiciaire (nuls et non avenus les jugements rendus, toutes les décisions judiciaires),
- Aucune possibilité légale d’organiser une quelconque élection, qu’elle soit présidentielle, législative (Assemblée Nationale et Sénat),
européenne, régionale, départementale, municipale,
-Abolition de tous les Traités liant la France,
-Impossibilité de modifier l’ex Constitution,
- Impossibilité de fonder une nouvelle République, par une nouvelle Constitution,
-FREXIT consommé.

Déclarez votre Liberté et ôtez-leur votre consentement pour TOUT !!! En leur donnant du pouvoir sur vous par votre consentement, vous leur offrez TOUT sur un plateau d’argent.

COMPRENEZ CELA ou soyez à jamais leurs esclaves par votre propre CONSENTEMENT. Chaque être humain est en droit d'avoir un acte de naissance vivante.

L'entreprise est sous le Secrètement gouvernementale du Vatican Contrôle du crépuscule et par le Brésilien CONTRAT, et faire Elle Doït Fait le Vatican CE qu'exige

La justice Française est illégale depuis 1958!

Sommes-nous encore en République ?

- Suppression des Juges
(Défaut de signature et de promulgation de l’ordonnance n° 58-1270 du 22/12/1958 )
- Suppression des juridictions du 17/12/1991
- Suppression des Juges d’Instruction du 15/06/2000

- Que faire de nos condamnations pénales pour :
« Outrages à Magistrats » et « Dénonciation Calomnieuse » ?

- Que faire de tous nos jugements civils, ordonnances et arrêts ?

- Comment épuiser toutes nos voies de recours en France, devant des Juges, des Tribunaux et un Ministère de la Justice virtuels ?

Vous n’êtes pas sans savoir que la séparation des pouvoirs de l’Etat est l’un des fondements de notre République, tel que prévu par la Constitution Française. Or, il semblerait :

1°) – que depuis 1958, la France n’a plus de juges.

L’ordonnance n° 58-1270 du 22 décembre 1958 portant loi organique relative au statut des magistrats, n’a pas été signée ni promulguée par Monsieur René COTY, Président de la République de l’époque, et qu’en application de l’article 1er du Code Civil, cette ordonnance est dépourvue de toute valeur juridique.

Monsieur Thierry MARIANI – Député a interrogé sur ce point, le Garde des Sceaux, par question écrite parue au Journal Officiel du 21 octobre 2002 portant le n° 5097.

2°) – que depuis le 17 décembre 1991, nous n’avons plus de juridictions.

Aucune juridiction de l’ordre judiciaire de la République Française n’est plus établie au sens de l’article 6 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme vu la loi 91-1258 du 17 décembre 1991, parue au Journal Officiel du 19 décembre 1991, qui par son article 3, a vidé de son contenu le code de l’organisation judiciaire. Il n’y a donc plus : de Cour de Cassation, de Cour d’Appel, de Tribunaux de Grande Instance, de prud’homme, etc…

3°) – que depuis le 15 juin 2000, nous n’avons plus de juges d’instruction.

La loi sur la présomption d’innocence, en son article 47 a supprimé le premier alinéa de l’article L 611-1 du code de l’organisation judiciaire, et il n’y a plus de juge d’instruction dans la République Française. On peut se demander rétrospectivement pourquoi, les politiques ressentaient la nécessité d’occire pour la seconde fois les juges d’instruction, dès lors que les juges n’existaient déjà plus depuis 1958 et les juridictions depuis 1991 ?

Il relève de ces constatations juridiques, que :

- la France viole la Constitution et tous les pactes et traités relatifs aux Droits de l’Homme,

- nous n’avons plus de République, le régime politique actuel pouvant être assimilé à celui de la Monarchie Absolue,

- le principe de la séparation des pouvoirs de l’Etat n’étant plus respecté, nous avons un Ministre et un Ministère de la Justice virtuels,

- des juges virtuels, qui abusent de leurs titres et de leurs fonctions, et sont réduits au simple statut de fonctionnaires administratifs, quelques raisons de plus qui confortent leur incapacité à être civilement et pénalement responsables de leurs actes,
- des tribunaux virtuels,
- des mandataires de justice virtuels, puisque ceux-ci sont censés prêter serment devant des tribunaux devenus virtuels, et par extension,
- aucun procureur n'a plus le droit de faire appel à aucune force de police,
- toutes les personnes divorcées, condamnées, exécutées, internées sur décisions administratives ou judiciaires, détenues ou persécutées par les instances judiciaires depuis 1958, l'ont été illégalement, et le sont toujours.

Nous nous trouvons devant un vide juridique et une incapacité majeure qui nous prive du moyen de saisir la Cour Européenne des Droits de l'Homme, qui exige avant sa saisine l'épuisement des voies de recours internes.

La légitime question qui s'impose, est celle de savoir, dans quelles conditions pouvons-nous épuiser les voies de recours en France par-devant des juges et des tribunaux virtuels, ce, en violation de l'article 6 § 1 de la Convention de Sauvegarde des Droits de l'Homme

Merci à tous les signataires.

 



Michèle compte sur vous aujourd'hui

Michèle CRITICOS a besoin de votre aide pour sa pétition “L'acte de naissance n'est pas un acte de naissance vivante ! pour l'être humain”. Rejoignez Michèle et 1 470 signataires.