Pour ou contre les Dons d'organes - For or against Organ donations

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !


Bonjour,
Je m’appelle Caroline Fortier et je suis la maman d’une petite fille de 5 ans qui est hospitalisée à l’hôpital Ste-Justine depuis le 6 mars 2017. Nous sommes en attente d’une greffe cardiaque depuis 4 mois et demi. Maélie a du être opérée 2 fois à cœur ouvert depuis le 6 mars 2017. On a du lui installé un cœur de Berlin pour lui permettre de rester en vie pendant l’attente d’un nouveau cœur. L’attente pour un nouveau cœur est très longue et difficile autant pour Maélie que pour notre famille. 
La raison de ma lettre aujourd’hui est pour vous faire part de mon désespoir face à la façon dont notre province et notre pays gèrent les dons d’organes en général. Plusieurs pays d’Europe sont loin devant nous, non seulement au niveau de la sensibilisation des dons d’organes, mais aussi au niveau des lois faisant en sorte que toute personne soit par défaut un donneur d’organes plutôt que l’inverse comme ici au Québec et au Canada.
Je suis fière d’être québécoise et canadienne et je suis convaincue que le Québec et le Canada pourraient s’améliorer a ce niveau. Nous pourrions devenir un exemple pour toutes les autres provinces et pays. Le temps d’attente pour une greffe est infernal. Le temps d’attente normal pour une greffe cardiaque est de 238 jours, 1689 jours pour un pancréas et 641 jours pour un rein. En 2016, 40 personnes sont décédées dans l’attente de leur greffe et 841 personnes étaient toujours dans l’attente. En 2016, il y a eu aucun donneur au Québec pour le groupe d’âge 6 ans à 11 ans. La moyenne d’âge des donneurs au Québec, en 2016 est de 55 ans. Pourtant, beaucoup d’enfants sont dans l’attente d’une greffe.
Nous vivons dans une province libre ou nos enfants ont le droit dès l’âge de 14 ans de consulter un médecin et ce sans le consentement de ses parents, de plus nous vivons dans une province ou le mariage gai est accepté, ou les femmes sont égalent à l’homme, une province ou nous acceptons les immigrants a bras ouvert et je trouve ca extraordinaire, par contre je ne comprends pas pourquoi nous n’avons pas le droit d’avoir le choix final et ce même lors de notre décès, de donner nos organes.
Comment se fait-il que si l’on décide de signer notre carte d’assurance maladie afin de devenir un donneur d’organes a notre mort, ce qui est un choix important et majeur à faire de son vivant, quelqu’un de notre entourage immédiat a le droit de révoquer notre décisions et de ne pas donner nos organes lors de notre décès ? Il me semble que cette façon de procéder me semble très archaïque et semble aller a l’encontre de nos valeurs québécoises. 
Dès l’âge de 14 ans, un citoyen québécois, devrait pouvoir avoir le droit de choisir si oui ou non il désire donner ses organes lors de son décès et ce sans que personne puisse contredire son choix a sa mort. De cette façon nous aurions beaucoup plus de donneurs, moins d’attente, moins de décès infantiles et ca couterait moins cher a l’état. Donner ses organes ne cout rien et peut sauver jusqu'à 8 vies.
Le cœur de Berlin à Maélie coute des milliers de dollars à un hôpital en plus de tous les médicaments et soins qu’elle devra avoir pour la prochaine année. Dites moi qu’il existe une solution a ce grave problème. Je parle non seulement pour ma fille mais pour tous les enfants québécois et canadiens qui sont en attente d’une greffe ainsi que leurs familles. Nous vivons quelque chose de difficile autant pour la condition médicale de Maélie que pour nous, sa famille, frères et sœur, papa, maman, les grands-parents, les oncles, les tantes cousins et cousines.
Notre vie ne sera plus jamais la même et nous en sommes très conscients. Par contre j’aimerais profiter de ce drame pour changer les choses. J’ai promis à ma fille que je lui trouverais un nouveau cœur de princesse et que je ferais en sorte que les choses changent pour ses amis qui sont eux aussi en attente de greffes.
Au nom de tous les parents qui souffrent et qui ont besoin d’aide et d’espoir, aidez nous à faire changer notre Québec. Devenons une province exemplaire pour tous. Peut-être que ma lettre ne se rendra jamais aux personnes dirigeants cette province et pays mais sachez que mon intention est bonne et que je souhaite sincèrement changer les choses. Je voudrais sensibiliser les gens aux dons d’organes. J’aime ma fille plus que tout au monde et je ferai TOUT pour lui trouver un cœur. 
Je vous fais parvenir des articles qui démontrant a quel point le Québec et le Canada sont LOIN derrière au niveau des dons d’organes.

Aidez moi en signant cette pétition pour que le gouvernement puisse changer sa facon de proceder face aux dons d'organes.


My name is Caroline Fortier and I am the mother of a 5 year old girl who has been hospitalized at Ste-Justine Hospital since March 6, 2017. We have been waiting for a heart transplant for 4 months and a half. Maélie had two open heart surgery since March 6, 2017. It was necessary to install a Berlin's heart to allow her to stay alive while waiting for a new heart. The wait for a new heart is very long and difficult for both Maelie and our family.
The reason for my letter today is to express my despair at how our province and our country are managing organ donation in general. Several European countries are far ahead of us not only in terms of organ donation awareness, but also in terms of legislation making everybody by default an organ donor rather than the reverse as here Quebec and Canada.

I am convinced that Quebec and Canada could improve at this level. We could become an example for all the other provinces and countries. The waiting time for a transplant is infernal. The normal wait time for a heart transplant is 238 days, 1689 days for a pancreas and 641 days for a kidney. In 2016, 40 people died waiting for their transplant and 841 people were still waiting. In 2016, there were no donors in Quebec for the age group 6 to 11 years old. The average age of donors in Quebec in 2016 is 55 years old. Yet, many children are waiting for a transplant.


We live in a free province where our children have the right to see a doctor from the age of 14 without the consent of their parents, and we live in a province where gay marriage is accepted, or women are Equal to man, a province where we accept immigrants with open arms and I find it extraordinary, on the other hand I do not understand why we do not have the right to have the final choice even on our death, To give our organs.
How is it that if we decide to sign our health insurance card in order to become an organ donor at our death, which is an important and important choice to make during our lifetime, someone from our Immediate entourage has the right to revoke our decisions and not give our organs at our death? It seems to me that this way of proceeding seems very archaic and seems to go against our Quebec values.
From the age of 14, a Quebec citizen should have the right to choose whether or not he wishes to donate his organs at the time of his death, without anyone being able to contradict his choice at his death. In this way we would have many more donors, less waiting, fewer infant deaths and less cost to the state. Giving her organs cost nothing and can save up to 8 lives.

Help me sign this petition so that the government can change its way of dealing with organ donations.



CAROLINE compte sur vous aujourd'hui

CAROLINE FORTIER a besoin de votre aide pour sa pétition “Justin Trudeau: Pour ou contre les Dons d'organes - For or against Organ donations”. Rejoignez CAROLINE et 109 signataires.