Un désistement de l'appui de l'Algérie à l'internement des Ouïghours au Xinjiang

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


Depuis des décennies, les Ouïghours, peuple musulman du Xinjiang, subissent des crimes atroces au Nord-Ouest de la Chine. 

La scène politique internationale s'est montrée beaucoup plus inquiète au cours de la dernière année quant à la situation au Xinjiang, plus particulièrement face au refus de la Chine de permettre un accès total aux organisations gouvernementales politiques dans cette région. Ces atrocités qui ne font que s'envenimer toujours davantage ont mené l'Organisation des Nations Unies à mettre de la pression sur la Chine pour arrêter ces actions d'endoctrinement et de détentions arbitraires envers les habitants de cette région. 

Actuellement, près d'un million de Ouïghours sont enfermés dans des camps d'éducation politique, soumis à une oppression religieuse et forcés à adhérer à certaines idéologies politiques, tout cela sous la surveillance extrême par la police chinoise. Sans oublier les violences et persécutions qu'ils subissent en même temps. Il s’agit d’un cas alarmant considéré comme un génocide par certains analystes. À l’heure actuelle, des dizaines de pays soutiennent directement ou indirectement les politiques chinoises contre les Ouïghours.  

Afin de contrer les soupçons des diverses organisations dénonçant cette cause, Pékin a réussit à faire signer une déclaration acquiesçant de la défense de la région de Xinjiang contre le terrorisme et la radicalisation. Ainsi, plusieurs pays, incluant l’Algérie, appuient la politique chinoise, au dépit des Ouïghours, venant mettre le frein sur la bataille pour la libération de ce peuple. 

Étant de nationalité algérienne, je me sens dans le devoir d’exprimer mon mécontentement vis-à-vis cette prise de position de l'Algérie. J'aimerais faire réagir TOUT LE MONDE, mais en particulier la population algérienne à s’indigner contre une telle décision du gouvernement, afin qu'il désapprouve et retire son soutien à la politique chinoise d'internement des musulmans au Xinjiang ou du moins qu’il condamne de tels actes. Il est d'autant plus de notre devoir, en tant que musulmans, de venir en aide à cette minorité et de s'indigner contre les atrocités qu'ils subissent.

//

For many decades, Uyghur people have lived in terror and are victims of many criminal practices from the Chinese government. 

Lately, the international scene has become more aware of those activities in the Xinjiang province, especially after China blocked access for governmental organizations to figure out what is going on in the region. Even though the uproar, China continues to put harsher measures to cripple the Uyghur people. The UN even decided to step in to pressure China to stop its genocidal agenda. 

Close to a million Uyghur are locked in concentration camps and are indoctrinated to adhere to Chinese ideologies. This means that they are to renounce their faith and culture. It doesn't end here as Uyghur people are also monitored continuously through AI and video surveillance by the police. With that said, the injustice lived by the Uyghur people is considered genocide by many analysts. While the injustice persists, many countries directly or indirectly support China's effort to eliminate the Uyghur nation. 


To counter the accusations of many organizations denouncing the genocide, China gave the excuse that their efforts are to protect the Xinjiang province from terrorism and radicalization. Thus, many countries decided to support the cause, such as Algeria, to the detriment of Uyghur lives who are wrongfully accused of such lies. 

Being Algerian myself, I feel the need to express my anger towards my country's action to support China's effort to eliminate the Uyghur people. I want EVERYONE, especially my people, to oppose such decisions to push our governments to renounce and end their partnership with China to stop this genocide and at least condemn the act of genocide. It is also in my duty as a Muslim to help my fellow brothers and sisters against the vile atrocities they live.